Une flambée de grippe accompagne la fin du port du masque obligatoire

Une flambée de grippe accompagne la fin du port du masque obligatoire
Written by admin

Alors que la circulation du Covid-19 connaît un rebond sur l’ensemble du territoire, la grippe l’accompagne désormais. Depuis la semaine du 14 au 20 mars (semaine 11), cette infection respiratoire aiguë est en phase épidémique dans toutes les régions de France métropolitaine.
« On avait imaginé que le SARS-CoV-2 allait écraser tous les autres virus respiratoires. Il semble qu’avec Omicron ce ne soit pas le cas », remplaçant le professeur Bruno Lina, virologue et membre du conseil scientifique Covid-19. De fait, avec l’abandon de la plupart des mesures barrières, tous les indicateurs de la grippe grimpent en flèche.

Le taux d’incidence des consultations pour syndrome grippal a augmenté de 51 % durant la semaine 11, par rapport à la semaine précédente, note Santé publique France (SPF). Cette même semaine, les syndromes grippaux ont représenté 15,5 % de l’ensemble des actes médicaux réalisés par SOS Médecins (+ 3,8 points). Et 6 798 passages aux urgences pour ce syndrome ont été enregistrés par le réseau Oscour, qui coordonne la surveillance des urgences (+ 38 %). Cette hausse « était apparu dans toutes les classes d’âge »indique SPF.

Lire aussi : L’épidémie de grippe se propage et gagne désormais presque toute la France

Épidémie tardive

« L’épidémie de grippe a démarré depuis six à huit semaines dans certaines régionsnote Jean-Louis Bensoussan, secrétaire général du syndicat de médecins généralistes MG France. Mais depuis la fin des vacances de février, la reprise de l’école a entraîné un brassage des enfants, et le virus Influenza s’est propagé aux familles. »

Si le virus de la grippe a d’abord circulé chez les enfants, « il a basculé chez les adultes et commence à toucher les personnes âgées », indique Bruno Lina. A ce stade, son impact reste cependant limité en termes de gravité. Entre le 4 octobre 2021 et le 20 mars 2022, « seulement » 180 décès directement liés à la grippe ont été attribués. Pour mémoire, l’épidémie de grippe de 2018-2019 a entraîné une surmortalité (directe et indirecte) estimée à 8 100 décès. L’hiver précédent, cette surmortalité s’élevait à 13 000 morts.

Cette année, l’épidémie de grippe se distingue par son caractère exceptionnellement tardif. En cause, la levée massive des gestes barrières. Depuis le 14 mars, le masque n’est plus obligatoire dans les lieux clos, à l’exception des transports en commun. Ou, « toutes les mesures barrières qui freinent la circulation du SARS-CoV-2 sont aussi très efficaces contre les autres virus respiratoires », remplaçant Bruno Lina. Pour preuve, durant l’hiver 2020-2021, marqué par des périodes de confinement national et de couvre-feu et des gestes barrières plutôt respectés, le virus de la grippe n’a pratiquement pas circulé.

Il vous reste 54,53% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Comment