You are currently viewing Shopify perd son “pari” et licence un millier de personnes

Shopify perd son “pari” et licence un millier de personnes

Le cofondateur de Shopify explique y avoir recruté ces dernières années en fonction de prédictions fondées sur des tendances liées à la pandémie de Covid-19.

La plateforme de vente en ligne Shopify a annoncé mardi qu’elle licenciait 10% de ses employés, soit environ 1.000 personnes, car l’adoption massive du e-commerce pendant les confinements ne s’est pas traduite en un changement aussi rapide des habitudes qu’elle l’espère.

“Environ 10 % du personnel sera parti d’ici la fin de la journée”, a indiqué Tobi Lübke, le patron de la société canadienne, dans une lettre rédigée à ses équipes et publiée sur son site.

Le cofondateur de Shopify explique y avoir recruté ces dernières années en fonction de prédictions fondées sur des tendances liées à la pandémie de Covid-19.

“Nous avions parié (…) que la part de dollars dépensés en e-commerce plutôt que dans les magasins physiques allait bondir, de façon permanente, avec 5 à 10 ans d’avance sur nos escomptes”, at-il détaillé.

“Il est maintenant clair que ce pari ne s’est pas révélé payant”, at-il reconnu, se disant “profondément désolé”.

Inflation galopante

D’après les chiffres du groupe basé à Ottawa, la partie des ventes en ligne “continue à croître de façon régulière”, mais elle est un revenu au niveau prévu avant que la crise sanitaire ne fausse les calculs.

La plateforme d’hébergement de magasins en ligne pour les PME perdait plus de 15% à Wall Street, à 18H00 GMT.

De nombreuses autres entreprises technologiques ont décidé de licencier du personnel ou de ralentir les recrutements, après avoir largement profité pendant deux ans de l’explosion des habitudes en ligne des consommateurs.

Ceux-ci ont recommandé de sortir et de travailler au bureau. Et surtout, l’inflation galopante, la hausse des taux d’intérêt et les difficultés sur la chaîne d’approvisionnement concernent les activités des sociétés et font monter le coût de la main-d’œuvre.

Netflix et Twitter ont licencié quelques centaines de personnes. Microsoft et Alphabet, la maison mère de Google, ont revu à la baisse le rythme des embauches.

Les salariés de Shopify concernés par les suppressions de postes appartiennent principalement aux services des ressources humaines et des ventes, a précisé le patron. Ils percevront 16 semaines d’indemnités de licenciement, et une semaine supplémentaire pour chaque année passée dans l’entreprise.

Leave a Reply