You are currently viewing Qui sont les Français touchés par le Covid-long ?  Une première étude lève le voile

Qui sont les Français touchés par le Covid-long ? Une première étude lève le voile

COVID-19 – Santé publique France tente de percer les mystères du Covid long. Dans les premiers résultats d’une étude parue jeudi 21 juillet, l’agence nationale estime à 4% le nombre de Français souffrant d’un Covid long, soit 2,06 millions d’adultes. La proportion monte à 30 % pour les personnes infectées plus de trois mois antérieurs.

Le but de cette étude est d’évaluer la prévalence de la maladie dans la population et d’en mesurer les impacts sur la vie quotidienne. Pour la réaliser, SpF a interrogé 27 537 personnes de 18 ans et plus représentatives de la population française. L’institution précise avoir utilisé la définition de Covid longtemps utilisée par l’Organisation mondiale de la Santé.

Pour cette dernière, le Covid long « apparaît généralement dans les 3 mois suivant l’infection initiale au SARS-COV-2 et se caractérise par des symptômes persistants au moins 2 mois ». Ces symptômes, tels que le toux, la fatigue, la perte du goût ou de l’odorat, ou encore la dépression, “ne peuvent pas être expliqués par d’autres diagnostics” et “ont un impact sur la vie quotidienne”.

Les femmes et les actives plus sujets au Covid long

33,9% des répondants ont indiqué avoir été malades du Covid-19 (infection probable ou avérée). Parmi eux, 39,3% (soit 3.668 personnes) l’ont eu au moins trois mois avant l’enquête, soit 13% de la population totale interrogée. 30 % de ces derniers susceptibles d’un Covid long, c’est-à-dire qu’ils ont des symptômes précédemment cités trois mois après leur infection. Sur la population totale de l’étude, le taux est de 4 %.

Les résultats démontrent que le Covid long, ou “l’affection post-Covid-19” touche plus les femmes, les actifs et les personnes ayant été hospitalisées. Par ailleurs, les signes de la maladie diminuant au fil du temps, bien que « 20 % des personnes ayant eu une infection par le SARS-CoV-2 » avaient encore des symptômes « 18 mois après l’infection », détaille SpF.

Autre enseignement, le professionnel de santé le plus sollicité en cas de Covid long est le médecin généraliste (87% des cas). C’est pourquoi SpF a conclu qu'”une bonne information des médecins généralistes sur l’affection post-Covid-19′ et les dispositifs complémentaires de prise en charge apparaissent nécessaires”.

« Les résultats de l’étude doivent cependant être interprétés avec prudence. Bien que la méthode permette d’assurer la représentativité de l’échantillon, les résultats retenus sur un échantillon constitué de volontaires recrutés à partir d’un panel », pointe Santé publique France. Une seconde étude sur le sujet doit être réalisée, cette fois sur un échantillon aléatoire “afin de produire des estimations plus robustes”.

À voir également sur le Huffpost: Variole du singe: pourquoi la communauté gay s’inquiète

Leave a Reply