You are currently viewing le Stade toulousain se qualifie en demi-finale de Top 14 grâce à l’insaisissable Antoine Dupont

le Stade toulousain se qualifie en demi-finale de Top 14 grâce à l’insaisissable Antoine Dupont

Le Stade toulousain a disposé du Stade rochelais (33-28), samedi 11 juin, en barrage du Top 14, à Toulouse. Les joueurs d’Ugo Mola ont inscrit quatre essais pour dominer facilement le tout frais champion d’Europe, grâce notamment à un Antoine Dupont irrésistible. Avec ce succès maîtrisé, les Rouge et Noir rallient les demi-finales où ils affronteront le Castres Olympique, vendredi 17 juin.

Quatre semaines après son élimination cinglante en demi-finale de Champions Cup contre le Leinster (40-17), Toulouse a effacé les doutes en battant les Maritimes. Les Rouge et Noir ont intégré leur qualification autour d’un premier quart d’heure de haute facture. Dans le sillage, aussi, d’un Antoine Dupont intenable, dans tous les bons coups.

Le demi de mêlée international s’est d’abord faufilé dans la défense rochelaise après un superbe décharger de Mauvaka. Cinquante mètres et un coup de pied plus tard, Pierre Fouyssac a applati le premier essai (7e). Par la suite, Dupont n’a eu besoin de personne pour se faire la malle (13e). Ces deux fulgurances ont donné quinze points d’avance aux Stadistes, consolidant une avance jamais rattrapée par La Rochelle.

Passées ces instants de folie, Toulouse s’est appliqué à bien défendre. Les innombrables fautes de main rochelaises (18 ballons perdus) ont été en partie dues aux montées agressives des défenseurs toulousains. Le sécateur Rynhardt Elstadt a ainsi terminé la partie avec 23 plaquages. Le sang-froid des joueurs d’Ugo Mola fait aussi la différence dans les moments critiques. Lorsque les Maritimes sont revenus à sept longueurs, Juan Cruz Mallia s’est élevé dans les airs pour cueillir le cuir au-dessus d’Arthur Retière et marquer (62e).

Libérés, les Toulousains ont aplati une dernière fois par Romain Ntamack (69e). Leur détermination et leur justesse sur les lancements de jeu d’école l’ont rappelé : Toulouse reste une référence. Au crépuscule d’une saison éreintante et minée par les doublons, le club abordera sa demi-finale contre Castres dans la peau du favori.

Sans doute éreinté par son succès européen, le Stade rochelais n’avait pas les armes pour renverser l’ogre toulousain. Tout juste at-il pu l’enquiquiner, sur trois essais marqués au près, par Liebenberg (25e), Alldritt (55e) et Bourgarit (79e). Favre a adouci la phrase sur la sirène (80e), mais le score reste flatteur au regard de la domination adverse. “On avait bien préparé ce match, mais on n’a pas joué notre rugby. C’est rageant…”un pesté de Romain Sazy au micro de Canal +.

Les Maritimes n’ont pas été aidés par une entame délicate de leur ouvreur, Ihaia West. L’ouvreur rochelais a manqué une première défaite face aux perches (5e), ​​et envoyé dans la foulée une diagonale directement en touche. Friable, West n’a pas pesé, pas plus que le jeune Barjon, remplaçant l’expérimenté Kerr-Barlow à la mêlée. A l’arrivée, cette prestation en demi-teinte de la charnière n’a pas aidé les Jaune et Noir, dont les espoirs de doublé s’arrêtent dès le barrage.

Leave a Reply