You are currently viewing la ville de New York demande à l’OMS de ne plus utiliser ce nom « stigmatisant »

la ville de New York demande à l’OMS de ne plus utiliser ce nom « stigmatisant »

La ville de New York a demandé mardi 27 juillet à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de rebaptiser la variole du singe, variole du singe en anglais, un nom jugé stigmatisant et qui risque de pousser des malades à s’isoler plutôt que de demander des soins.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La communauté homosexuelle de New York se mobilise contre la variole du singe

« Nous sommes de plus en plus préoccupants par les effets potentiellement dévastateurs et stigmatisants que les messages autour du virus de la « variole du singe » peuvent avoir sur [des] communautés déjà vulnérables »écrit le commissaire à la santé de la ville de New York, Ashwin Vasan, dans un courrier au directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. Ce dernier avait d’ailleurs évoqué ce possible changement à la mi-juin, comme le rappelle M. Vasan dans sa lettre.

L’OMS a décrété samedi une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) contre la variole du singe. Il s’agit du plus haut niveau d’alerte de l’institution, qui n’a recours que pour la septième fois.

Lire aussi : Variole du singe : comment se transmet-elle, quels sont les symptômes ?

D’après le commissaire à la santé de la ville, cette « terminologie » est aussi « ancrée dans une histoire raciste et douloureuse pour les communautés de couleur ». Dans son courrier, il rappelle les effets négatifs de fausses informations lors de l’apparition du virus du sida (VIH) ou du racisme dont ont souffert les communautés asiatiques après la pandémie de Covid-19, que le président américain Donald Trump avait qualifié de « virus chinois ».

« Des sentiments traumatisants de racisme et de stigmatisation »

« Le fait de continuer à utiliser le terme de “variole du singe” pour décrire l’épidémie actuelle peut raviver ces sentiments traumatisants de racisme et de stigmatisation – en particulier pour les personnes noires et les autres personnes de couleur, ainsi que pour les membres des communautés LGBTQIA+, et il est possible qu’ils évitent de recourir à des services de soins de santé vitaux pour cette raison »ajoute Ashwin Vasan.

Tout le monde peut attraper la variole du singe, mais depuis son apparition en Europe et aux Etats-Unis, le virus se propage dans une immense majorité chez des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes.

New York est la ville la plus touchée aux Etats-Unis en nombre de cas, avec 1 092 contaminations détectées depuis le début de l’épidémie. Plus de 15 000 ont été confirmés dans 74 pays depuis le début de l’année.

Lire aussi : Variole du singe : pourquoi les hommes gays et bisexuels sont-ils davantage touchés ?

Le Monde avec AFP

Leave a Reply