You are currently viewing la Russie annonce qu’elle va quitter la Station spatiale internationale “après 2024”

la Russie annonce qu’elle va quitter la Station spatiale internationale “après 2024”

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #UKRAINE

13h59 : Le départ des Russes de la Station spatiale internationale est un vieux serpent de mer, qui a retrouvé une certaine actualité avec le conflit en Ukraine. L’an dernier, déjà, Moscou évoquait un retrait en 2025, comme le rappelle Libération.

13h57 : Après son départ de l’ISS, Roscosmos “commencera à former la station orbitale russe”, avance le patron de l’agence russe, cité par Interfax (en russe). Ce chantier, déjà dans les tuyaux, deviendra alors la “priorité” de l’agence. En voici un aperçu présenté au début du mois.

(ROSCOSMOS)

14h02 : La Russie acte sa “décision” de quitter l’ISS “après 2024”. Lors d’une rencontre télévisée avec Vladimir Poutine, le patron de l’agence Roscosmos, Iouri Borissov, fait un pas de plus vers un désengagement russe. “Nous allons bien sûr remplir toutes nos obligations à l’égard de nos partenaires” avant ce départ, assure-t-il.

13h50 : La Russie annonce son retrait de la Station spatiale internationale “après 2024”.

12h51 : Cet accord vise avant tout à aider l’Allemagne, très dépendante du gaz russe, qui serait la première à faire les frais d’un arrêt des livraisons russes. “Si la chimie tousse en Allemagne, c’est toute l’industrie européenne qui peut s’arrêter”, a rappelé la France, ce matin, en apportant son soutien au plan européen.

12h42 : “Economiser du gaz dès maintenant nous aidera à faire face. Cet hiver coûtera moins cher et sera plus facile pour les citoyens et l’industrie de l’UE.”

L’accord conclu par les pays de l’UE prévoit d’abord une application sur la base du “volontariat”, avant un éventuel déclenchement d’une alerte qui rendrait obligatoire la baisse de 15% de la demande de gaz de chaque Etat.


(MARKUS SCHREIBER/AP/SIPA)

12h34 : “Ce n’était pas une mission impossible”, se réjouit la présidence tchèque du Conseil de l’UE, après l’accord conclu sur un plan de réduction coordonnée de la consommation de gaz en Europe. Elle y voit une réponse ferme face à “une tentative russe de diviser l’UE en utilisant les ressources énergétiques comme une arme”.

12h42 : La version approuvée par les Vingt-Sept contient une série d’exemptions liées à la situation particulière de chaque pays par rapport au gaz. Reste que chaque Etat doit faire “tout son possible” pour réduire sa consommation d’au moins 15% par rapport à la moyenne des cinq dernières années, notamment en baissant le chauffage des bâtiments.

12h23 : La Commission européenne avait proposé, la semaine dernière, de diminuer de 15% la demande européenne de gaz de chaque Etat membre à partir du mois d’août, afin de pouvoir passer l’hiver malgré la baisse des livraisons russes. Face à l’opposition de plusieurs pays, ce texte a été remanié.

12h15 : Les Etats membres de l’UE s’accordent sur un plan de réduction de leur consommation de gaz.

12h29 : A midi, voici un nouveau point sur l’actualité :

Elisabeth Borne demande “l’exemplarité” aux ministres et aux administrations en matière de sobriété énergétique. La Première ministre souhaite mettre en place une série de mesures visant à “réduire la consommation d’énergie et accélérer la sortie des énergies fossiles”.

Les débats patinent encore à l’Assemblée. Après une première semaine épique, les discussions se sont à nouveau embourbées sur le second volet des mesures pour le pouvoir d’achat. Les députés ne sont pas parvenus à examiner des dispositions clés comme la nationalisation d’EDF.

Le géant gazier russe Gazprom a annoncé qu’il allait réduire drastiquement les livraisons de gaz russe à l’Europe via le gazoduc Nord Stream. Le groupe invoque une raison technique, Berlin ne croit pas à cette explication. Suivez notre direct.

“Il n’y aura pas d’impôt JO”, promet Emmanuel Macron dans une interview accordée à L’Equipe. A deux ans de l’ouverture des JO de Paris, le 26 juillet 2024, le slogan a par ailleurs été dévoilé hier par les organisateurs : “Ouvrons grand les Jeux.”

Jour après jour, la longue liste des restrictions d’usage de l’eau s’allonge : la quasi-totalité de la France métropolitaine, 90 départements sur 96, est désormais placée en état d’alerte sécheresse, à des degrés divers.

12h28 : L’Ukraine a signé un accord vendredi avec la Russie pour relancer les exportations de céréales, ce qui n’a pas empêché Moscou de frapper la grande ville du Sud. Dans le port, les salariés se rendent au travail avec appréhension. “On n’attend rien de bon. Nous avons deux bateaux otages de l’agression de la Russie, on se demande comment les faire sortir du port. Personne ne garantit leur sécurité”, confie à franceinfo un responsable de chargement sur le port d’Odessa.

(SERGII KHARCHENKO / NURPHOTO)

11h58 : Les prix du gaz européen poursuivent leur envol. Ils ont atteint un plus haut niveau depuis le record historique de mars, après l’annonce de nouvelles coupes des livraisons via le gazoduc Nord Stream par le géant gazier russe Gazprom. Vers 11 heures, le TTF néerlandais, la référence du gaz naturel en Europe, évoluait à 189,75 euros le mégawattheure (MWh), peu après avoir dépassé les 190 euros le MWh.

10h21 : Putin’s gas war against Europe is a direct continuation of his war on Ukraine. Wherever he can bring harm, he will. He will use every dependence Europe has on Russia to ruin the normal life of every European family. The only way is to hit back hard and get rid of any dependence.

10h24 : “La guerre du gaz de Poutine contre l’Europe est une continuation directe de sa guerre contre l’Ukraine. Partout où il peut faire mal, il le fera.

Alors que Gazprom annonce une nouvelle réduction des livraisons de gaz, le ministre des Affaires étrangères ukrainien prévient sur Twitter que Vladimir Poutine risque d’utiliser chaque dépendance de l’Europe vis-à-vis de la Russie pour ruiner la vie normale de chaque famille européenne”. Il appelle l’UE à la riposte.

09h44 : (3/3) Russia will continue to prioritise efforts to degrade and destroy Ukraine’s anti-ship capability. However, Russia’s targeting processes are highly likely routinely undermined by dated intelligence, poor planning, and a top-down approach to operations.

09h44 : (2/3) Russia almost certainly perceives anti-ship missiles as a key threat which is limiting the effectiveness of their Black Sea Fleet. This has significantly undermined the overall invasion plan, as Russia cannot realistically attempt an amphibious assault to seize Odesa.

09h43 : (1/3)On 24 July 2022, Russian cruise missiles hit the dock-side in Ukraine’s Odesa Port. The Russian MoD claimed to have hit a Ukrainian warship and a stockpile of anti-ship missiles. There is no indication that such targets were at the location the missiles hit.

09h47 : Sur Twitter, le ministère de la Défense britannique conteste la version de la Russie concernant l’attaque de missiles sur Odessa. “Le ministère de la Défense russe a affirmé avoir touché un navire de guerre ukrainien et un stock de missiles anti-navires. Rien n’indique que de telles cibles étaient à l’endroit où les missiles ont frappé.

09h57 : A 9 heures, voici les titres de l’actualité :

Elisabeth Borne demande “l’exemplarité” aux ministres et aux administrations en matière de sobriété énergétique. La Première ministre souhaite mettre en place une série de mesures visant à “réduire la consommation d’énergie et accélérer la sortie des énergies fossiles”.

Les débats patinent encore à l’Assemblée. Après une première semaine épique, les discussions se sont à nouveau embourbées sur le second volet des mesures pour le pouvoir d’achat. Les députés ne sont pas parvenus à examiner des dispositions clés comme la nationalisation d’EDF.

“Il n’y aura pas d’impôt JO”, promet Emmanuel Macron dans une interview accordée à L’Equipe. A deux ans de l’ouverture des JO de Paris, le 26 juillet 2024, le slogan a par ailleurs été dévoilé hier par les organisateurs : “Ouvrons grand les Jeux.”

Le géant gazier russe Gazprom a annoncé qu’il va réduire drastiquement les livraisons de gaz russe à l’Europe via le gazoduc Nord Stream. Le groupe invoque une raison technique, Berlin ne croit pas à cette explication.

Jour après jour, la longue liste des restrictions s’allonge : la quasi-totalité de la France métropolitaine, 90 départements sur 96, est désormais placée en état d’alerte sécheresse, à des degrés divers.

09h29 : “L’unité et la solidarité sont les meilleures armes que nous ayons contre Poutine.”

La nouvelle coupe drastique des livraisons de gaz annoncée par Gazprom est “une preuve supplémentaire” que l’Europe doit “réduire sa dépendance dès que possible envers les approvisionnements russes”, estime le ministre tchèque de l’Energie, avant une réunion à Bruxelles avec ses homologues des Vingt-Sept.

07h32 : Première pierre de ce direct, je vous propose un point sur l’actualité :

Les débats patinent encore à l’Assemblée. Après une première semaine épique, les discussions se sont à nouveau embourbées sur le second volet des mesures pour le pouvoir d’achat. les députés ne sont pas parvenus à examiner des dispositions clés comme la nationalisation d’EDF.

“Il n’y aura pas d’impôt JO”, promet Emmanuel Macron dans une interview accordée à L’Equipe. A deux ans de l’ouverture des JO de Paris, le 26 juillet 2024, le slogan a par ailleurs été dévoilé hier par les organisateurs : “Ouvrons grand les Jeux.”

Le gouvernement a annoncé mobiliser “des bras supplémentaires” pour vacciner contre la variole du singe, à l’heure où des élus et associations dénoncent le manque de moyens. Un vaccinodrome doit ouvrir à Paris.

Le géant gazier russe Gazprom a annoncé qu’il va réduire drastiquement les livraisons de gaz russe à l’Europe via le gazoduc Nord Stream. Le groupe invoque une raison technique, Berlin ne croit pas à cette explication.

Jour après jour, la longue liste des restrictions s’allonge : la quasi-totalité de la France métropolitaine, 90 départements sur 96, est désormais placée en état d’alerte sécheresse, à des degrés divers.

Leave a Reply