You are currently viewing En Russie, les premiers “McDonald’s russes” ont ouvert leurs portes

En Russie, les premiers “McDonald’s russes” ont ouvert leurs portes

Publié le :

Quinze restaurants “Vkousno i totchka” (Délicieux. Point) ont ouvert leurs portes, dimanche en Russie, pour remplacer les anciens restaurants McDonald’s. L’inauguration du nouveau restaurant à Moscou a défini les clients nostalgiques depuis le départ de Russie de la chaîne de fast-food américaine.

“Le nom change, l’amour reste” : les premiers “McDonald’s russes” ont ouvert leurs portes, dimanche 12 juin, sous ce slogan dans le pays nostalgique de la chaîne de fast-food américaine, qui a quitté la Russie en raison du conflit en Ukraine.

“Vkousno i totchka” (Délicieux. Point) est le nouveau nom de l’enseigne, dévoilé dimanche à Moscou devant une centaine de journalistes russes et étrangers. Le nouveau logo représente lui deux frites stylisées orange et un point rouge sur fond vert.

“Nous essaierons de tout faire pour que nos clients ne remarquent aucune différence, ni en matière d’ambiance, ni en matière de goût, ni en matière de qualité”, assure le directeur général de la chaîne, Oleg Paroïev.

“Ce ne sera pas pire, c’est sûr. Nous essaierons de faire que ce soit meilleur” qu’avant, a renchéri de son côté le nouveau propriétaire, l’homme d’affaires Alexandre Govor.

“Nous souhaitons que le nombre de clients ne diminue pas mais au contraire, qu’il augmente. Surtout que désormais, c’est une entreprise entièrement russe”, at-il ajouté.

Implantée depuis plus de 30 ans en Russie, McDonald’s a été l’une des premières fenêtres sur le monde occidental à s’ouvrir pour les Russes et est devenue ancrée dans leur quotidien et leur cœur. Très populaires, les restaurants russes représentent environ 9 % du chiffre d’affaires du groupe américain.

Cinquante nouveaux restaurants dès lundi

Sa décision de suspendre le travail de ses 850 restaurants et 62 000 salariés en mars, puis de quitter définitivement le pays en mai en raison de l’offensive russe en Ukraine a créé le 24 février, un été mal digéré par les Russes.

Une longue file d’attente s’étendait dimanche devant le McDonald’s emblématique de la capitale russe, face à la place Pouchkine, l’un des quinze premiers restaurants à accueillir ses clients dimanche, bien avant l’ouverture officielle qui a eu lieu en grande Pompe à 9h GMT.

“Des millions de clients ont de nouveau une possibilité de venir dans leur restaurant préféré”, a lancé lors de la cérémonie Oleg Paroïev, alors qu’Alexandre Govor a maintenu, ovationné par le public, le retour de ces plats “comparables à rien”.

Lundi, 50 autres restaurants doivent ouvrir leurs portes, la chaîne prévoyant ensuite la réouverture de 50 à 100 restaurants par semaine à travers le pays.

Des prix qui ont “légèrement augmenté”

Au menu, la même gamme qu’auparavant : cheese et double cheeseburgers, vaste gamme de glaces et de desserts, mais le Filet-O-Fish s’appelle désormais le Fishburger, le Royal Deluxe s’est transformé en Grand Deluxe et le préfixe McDo ne figure plus sur aucun nom.

“Nous avons été obligés de supprimer du menu certains produits car leur police référence directement à McDonald’s, comme le McFlurry et Big Mac”, explique Oleg Paroïev.

Les prix, eux, ont “légèrement augmenté” en raison de l’inflation marquée la Russie de plein fouet depuis la mise en place de nouvelles sanctions occidentales en février et mars, dans la foulée de l’offensive russe en Ukraine, mais ils restent “raisonnables” selon le directeur général de “Vkousno i totchka”.

Quand à l’emballage, il est “neutre” : “aucun mot, aucune lettre” ne doit rappeler le groupe McDonald’s, explique-t-il.

Alexandre Govor, qui exploitait 25 restaurants du groupe américain en Sibérie depuis 2015, a racheté en mai les activités de McDonald’s.

Cofondateur d’une entreprise de raffinage de pétrole, Neftekhimservice, il a accepté de conserver les 51 000 salariés directs – 11 000 autres étant employés des restaurants sous franchise – pendant au moins deux ans, dans des conditions équivalentes à celles qu’ils avaient plusieurs .

L’entrepreneur de 62 ans originaire de Novokouznetsk (Sibérie du Sud), jusqu’alors inconnu en dehors du monde des affaires, dit avoir des “projets très ambitieux” : “Nous voulons que le nombre de nos restaurants atteigne un millier d’ici cinq ou six ans”.

Avec AFP

.

Leave a Reply