You are currently viewing Disney rencontre le cinéma français sous pression

Disney rencontre le cinéma français sous pression

Un Noël 2022 sans Disney sur grand écran. C’est la décision du mastodonte américain pour protester contre la nouvelle chronologie des médias votée en janvier dernier. Cet accord a pour vocation de réglementer la diffusion des œuvres cinématographiques. C’est un mécanisme de protectionnisme qui vise à garantir la pluralité des supports – notamment la sauvegarde des salles de cinéma – et des consommations culturelles. Mais l’arrivée des plateformes propose un catalogue illimité sur abonnement (SVOD) bouscule le système qui a dû être réadapté.

Ce nouvel accord, voté en janvier 2022, diminue le temps d’attente entre une sortie en salle et sa disponibilité sur une plateforme. Disney + ou Prime video attendront dix-sept mois au lieu de trente-six précédemment. Petite exception pour Netflix qui n’attendra que quinze mois en raison de sa plus grande contribution au financement du cinéma français.

Mécontentements

Malgré cette avancée, Hélène Etzi – présidente de Disney France – a montré les muscles ce mardi 7 juin durant un entretien aux Échos. « C’est la conséquence de la chronologie des médias telle que pratiquée en France que nous jugeons inéquitable, contraignante et inadaptée aux attentes de nos audiences ».

Le groupe Disney – composé notamment des productions propres de Disney, mais aussi de Marvel, Star Wars, Pixar et 20th Century Fox – conteste deux points principaux dans cette nouvelle chronologie des médias. Il refuse d’attendre aussi longtemps pour pouvoir exploiter ses œuvres propres sur sa plateforme. Disney exige de pouvoir les exploiter au bout de quarante-cinq jours, comme il le fait aux États-Unis, quitte à réduire l’exclusivité des salles obscures ou de la VOD – service de localisation ou de vente de vidéo.

Ensuite, le poids lourd du cinéma ne veut pas retirer ses films de sa plateforme pendant la fenêtre d’exclusivité des chaînes gratuites. Aucun accord avec ces chaînes n’a été trouvé pour l’instant.

Coup de boutoir

En refusant de diffuser son film sur grand écran, il le retire de la chronologie des médias et met la pression sur les autres diffuseurs. Ainsi les chaînes n’ont plus automatiquement accès au film, les salles vendent moins d’entrées, les producteurs français perdant de l’argent – ​​car un pourcentage des billets de cinéma vendus sert à financer des films en langue française –, et cela embarrasse les pouvoirs publics.

La nouvelle chronologie des médias devrait durer trois ans. Disney n’a pas encore communiqué de décision quant aux sorties de « Avatar 2 » ou « Black Panthers 2 » également prévues pour la fin de l’année. Mais vu les cartons attendus, il serait étonnant qu’ils soient privés de salles.

Leave a Reply