Covid-19 : “hypoxie”, “brouillard cérébral”… ces nouveaux symptômes qui peuvent permettre de savoir si vous êtes infectés

Covid-19 : "hypoxie", "brouillard cérébral"... ces nouveaux symptômes qui peuvent permettre de savoir si vous êtes infectés
Written by admin

l’essentiel
Depuis le début de la pandémie, les symptômes liés à une contamination au Covid-19 ont parfois changé. L’apparition de nouvelles variantes est associée à des pathologies qui n’avaient jusqu’à présent pas été décrites par les patients touchés par une infection. La Dépêche du Midi fait le point avec un médecin.

De la gorge irritée aux maux de tête, en passant par le nez qui coule… À l’heure de la reprise épidémiologique en France, qui coïncide avec “la saison des allergies”, tout ou presque fait craindre une infection au Covid- 19. À tel point qu’il devient aujourd’hui difficile de différencier les symptômes qui sont liés au SARS-CoV-2 des affections liées aux autres virus de saison.

D’autant plus difficile aussi qu’en deux ans de pandémie, les symptômes provoqués par une contamination au Covid-19 ont changé, même si aujourd’hui, la moitié des personnes infectées ont développé des formes asymptomatiques de la maladie. La Dépêche du Midi fait le point.

Pourquoi les symptômes liés au Covid-19 ont-ils évolué ?

Avec l’apparition de nouvelles variantes ces derniers mois, l’impact du Covid-19 sur les organismes a changé. “Aujourd’hui, on a un variant BA.2, majoritaire en France qui représente 73 % des cas de contamination qui sont détectés, décrit le docteur Jérôme Marty, médecin généraliste à Fronton (Haute-Garonnne) et président du syndicat indépendant de médecins UFML. Le variant Omicron et son sous-variant BA.2 vont aller “nider” dans les voies aériennes supérieures alors qu’auparavant, le virus allait toucher les bronches”.

Les symptômes constatés aujourd’hui par les médecins sont donc différents : “Omicron et BA.2 ont un impact bien plus important au niveau de ce que l’on appelle la sphère “ORL” qui regroupe le visage, l’oreille (interne et externe), le nez, les sinus, la bouche et la langue, la gorge (larynx, trachée, etc.), les glandes salivaires, la glande thyroïde et le cou”, résume le docteur Marty.

Quels symptômes sont aujourd’hui observés ?

“Ce qui revient le plus fréquemment ce sont les maux de gorge, les maux de tête et une fatigue courante“, remarque le médecin généraliste de Fronton. Ces derniers s’accompagnent fréquemment d’une toux sec, “laryngée plus que bronchique” avec des difficultés à avaler. Au premier abord, ces symptômes s’apparentent à une angine. Cependant, dans le cas d’une contamination au Covid-19, aucun signe de tuméfaction des amygdales n’est visible, “c’est la principale différence”, précise le docteur Jérôme Marty.

L’essoufflementla perte de l’odorat et du goutte” ne sont pas toujours cités, mais ils “existent toujours”, remarque le médecin. Signe que ces symptômes sont moins fréquents qu’auparavant.

Des symptômes qui durent moins longtemps ?

C’est là l’une des grandes particularités des nouvelles variantes Omicron et BA.2 : la période symptomatique semble plus courte que ce que l’on pouvait observer avec les variantes Alpha et Delta. “À l’époque, on disait que la période dite dangereuse dans les symptômes, c’était entre le 7e et le 9e jour. Aujourd’hui, les symptômes courent en général sur cinq jours seulement”, décrit Jérôme Marty.

Des envies de Covid plus fréquentes ?

Le phénomène dit du Covid s’est longtemps accentué ces derniers mois. Les personnes qui ressentent des symptômes au-delà de 4 semaines après l’infection sont de plus en plus nombreuses : “Entre 10 et 30 % des adultes contaminés se sont développés un Covid longtemps, affirme le médecin généraliste de Fronton. Les personnes développées des symptômes qu’elles vont garder pendant des mois”, allant de la fatigueauxiliaire douleurs musculairesen passant par des problèmes articulairesdes maux de têteet des vertiges.

Dans le cadre de Covid longs, “de nombreux patients également généreux un”brouillard cérébral“, affirme le docteur. Ils ont l’impression de temps en temps de se retrouver “en pause” et de ne pas pouvoir réfléchir. D’être absent pendant quelques instants et de ne pas pouvoir se concentrer”.

Quel symptôme doit alerter sur un risque de forme grave ?

Le Covid-19 est en ceci particulier qu’il peut provoquer une désaturation de l’oxygène dans le sang et ce que l’on appelle une “heureusement hypoxie” : “Cela arrive lorsqu’un malade ne se rend pas compte que le taux d’oxygénation de son sang diminue, parfois dans l’espace de seulement quelques minutes”, décrit Jérôme Marty. Selon le médecin, c’est là un signe qui peut alerter sur le risque de forme grave de la maladie.

Celui-ci préconise l’achat d’un saturomètre, une pince placée au bout du doigt et qui permet de mesurer le taux d’oxygène présent dans le sang.

Leave a Comment