ce qu’il faut retenir de la journée du jeudi 7 avril

ce qu'il faut retenir de la journée du jeudi 7 avril
Written by admin

Alors qu’une nouvelle offensive russe est redoutée à l’est de l’Ukraine, la Russie a été suspendue du Conseil des droits de l’homme de l’ONU et une nouvelle salve de sanctions économiques ont été prises par l’Union européenne et le G7 contre Moscou. Voici ce qu’il faut retenir de la journée du jeudi 7 avril.

La Russie suspendue du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

C’est une décision historique. L’Assemblée générale de l’ONU a suspendu la Russie de son siège au Conseil des droits de l’Homme des Nations unies en raison de l’invasion de l’Ukraine. Une décision “illégal”a réagi le ministère russe des Affaires étrangères.

Sur les 193 pays membres, 93 ont voté pour, 24 contre et 58 se sont abstenus. Mais les abstentions n’étaient pas prises en compte dans la majorité des deux tiers requise parmi les seuls votes pour et contre. Il s’agit de la deuxième suspension de l’histoire de l’ONU, après l’éviction de la Libye en 2011.

L’Union européenne a approuvé un embargo sur le charbon russe

Une cinquième salve de sanctions contre Moscou. Les représentants des Vingt-Sept ont décidé un embargo sur le charbon russe et la fermeture des ports européens aux navires russes, a annoncé la présidence française du Conseil de l’UE. Ce paquet “très substantiel” prévoir également l’interdiction d’exportations vers la Russie, notamment de biens de haute technologie, à hauteur de 10 milliards d’euros, et de nouvelles sanctions contre des banques russes, selon la même source.

Le G7 a également annoncé de nouvelles sanctions. Nous interdisons de nouveaux investissements dans des industries clés de l’économie russe, y compris l’énergie”affirment ses membres (l’Allemagne, le Canada, les Etats-Unis, la France, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni et l’Union européenne) dans un communiqué, annoncént aussi “des sanctions supplémentaires contre le secteur de la défense russe” et contre des “élites” qui nécessite la guerre. Du côté des États-Unis, ils ont également révoqué le statut commercial de la Russie et du Bélarus, ouvrant la voie à des tarifs douaniers punitifs contre ces deux pays.

Des évacuations de civils sous les bombes dans l’est de l’Ukraine

Craignant une offensive contre ces régions orientales, les autorités ukrainiennes ont à nouveau appelé la population civile à les quitter. “Les prochains jours sont peut-être la dernière chance pour partir. Toutes les villes libres de la région de Lougansk sont sous le feu ennemi” et les forces russes sont “en train de couper toutes les voies possibles de sortie”, un gouverneur averti sur Facebook, Serguiï Gaïdaï. Il a assuré que les responsables ukrainiens ne permettrontient pas qu’il y ait dans l’Est un “deuxième Marioupol”.

La ville de Severodonetsk, la plus à l’est tenue par les forces ukrainiennes, est pilonnée par les troupes russes. Des journalistes de l’AFP ont vu des civils évacués par des voitures, pendant que des explosions retenaient régulièrement à sa périphérie. Des trains d’évacuation ont été bloqués par des frappes russes sur la seule voie ferrée ukrainienne restée sous contrôle, a annoncé le directeur des chemins de fer ukrainien Olexandre Kamichine.

Après Boutcha, de lourds bilans à Borodianka, près de Kiev, et Marioupol

Vingt-six corps ont été extraits par les secouristes ukrainiens des décombres de deux immeubles d’habitation bombardés à Borodianka, au nord-ouest de Kiev, a annoncé la procureure générale d’Ukraine Iryna Venediktova. C’est “la ville la plus détruite de la région” de la capitale, at-elle soulignée sur Facebook. La situation y est “bien plus horrible” qu’à Boutcha, où des massacres de civils ont été commis, selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

A Marioupol, cité portuaire assiégée et dévastée par l’armée russe depuis fin février et où se terrent toujours quelque 100 000 habitants, le “nouveau maire” proclamé par les forces pro-russes a annoncé qu’“environ 5 000 personnes” étaient mortes parmi la population civile. Les autorités ukrainiennes ont avancé des bilans beaucoup plus lourds.

L’Ukraine demande à l’Otan des armes “maintenant” ou “ce sera trop tard”

L’Ukraine a besoin des armes des pays de l’Otan “maintenant” pour repousser l’offensive russe, ou “ce sera trop tard”a déclaré son ministre des Affaires étrangères Dmytro Kouleba lors d’une réunion de l’Alliance atlantique à Bruxelles. “Je ne doute pas que l’Ukraine aura les armes nécessaires pour combattre. La question c’est quand”, at-il insisté après avoir rencontré ses homologues des pays de l’Otan. Il a réclamé avec la même urgence l’arrêt des achats de pétrole et de gaz à la Russie.

Le Kremlin reconnaît des “pertes importantes” au sein de l’armée russe

Lors d’une interview sur la chaîne britannique Sky News, le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, un reconnu des « pertes importantes » au sein de l’armée russe déployée en Ukraine, sans les quantifier. “C’est une immense tragédie pour nous.” La Russie est restée très discrète sur l’ampleur de ses pertes depuis le début de l’invasion de l’Ukraine. Le dernier bilan officiel, communiqué le 29 mars, faisait état de 1 351 morts et 3 825 blessés.

Leave a Comment