You are currently viewing Volkswagen annonce le départ surprise de son patron, Herbert Diess

Volkswagen annonce le départ surprise de son patron, Herbert Diess

Le patron du géant de l’automobile Volkswagen, Herbert Diess, va quitter la direction du groupe, a annoncé Volkswagen vendredi 22 juillet. Ce départ surprise a été décidé « d’un commun accord » lors d’une réunion du conseil de surveillance de Volkswagen, selon un communiqué. Pourtant, rien ne laissait présager son départ. Ce vendredi encore, il souhaitait sur LinkedIn une « pause estivale bien méritée » à ses collaborateurs.

Il sera remplacé à partir de septembre par l’actuel président du directoire de Porsche, filiale du groupe Volkswagen, Oliver Blume.

Période de tensions avec les représentants du personnel

Herbert Diess était sur la sellette depuis des mois au sein du géant aux douze marques engagées dans un virage à marche forcée vers la voiture électrique et connectée. Il avait jusqu’ici toujours sauvé sa tête.

« Herbert Diess a joué un rôle-clé dans la poursuite de la transformation de l’entreprise pendant son mandat » à la tête de Volkswagen et de la marque éponyme, a déclaré le président du conseil de surveillance, Hans Dieter Pötsch, dans un communiqué. « Il a non seulement dirigé l’entreprise dans des eaux extrêmement difficiles, mais il l’a également réaligné stratégiquement »at-il ajouté.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés La marche forcée vers l’électrique de Volkswagen

A la fin de 2021, M. Diess, venu de BMW avec une réputation de manager intransigeant, était sorti vainqueur d’une période de tensions avec les puissants représentants du personnel. A l’origine des turbulences internes, le style de gestion et la stratégie d’électrification de l’homme qui avait pris le volant de Volkswagen en 2018 avec l’ambition de tourner définitivement la page du « dieselgate ». Volkswagen avait en effet reconnu à l’automne 2015 avoir équipé 11 millions de ses véhicules diesel d’un logiciel capable de dissimuler des émissions dépassant parfois jusqu’à quarante fois les normes autorisées. Les enquêtes sur ce scandale avaient longtemps été ralenties par une bataille judiciaire devant la Cour de justice de l’Union européenne, mais cette dernière a finalement été confirmée à la fin de 2020 l’illégalité du logiciel de Volkswagen.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « Une Volkswagen, un accord à l’amiable pour tourner la page du « dieselgate » »

Le dirigeant de Porsche aux commandes

le début de l’année, M. Dies Depuiss avait dû déjà céder la responsabilité des opérations en Chine, marché stratégique, à un autre poids lourd de l’entreprise, obtenant en compensation la supervision de l’entité Cariad, unité de Volkswagen chargée de coder les logiciels au cœur de la révolution électrique et connectés engagés par la filière automobile.

Ironie de l’histoire, en raison de la lenteur des progrès réalisés par Cariad, Porsche a dernièrement décidé de rompre le partenariat avec cette unité pour développer ses propres solutions informatiques.

Ce choix a été porté par le futur remplaçant de M. Diess à la tête de Volkswagen. Oliver Blume dirige en effet Porsche depuis 2015. Il avait rejoint le groupe en 1994, occupant successivement des postes de direction au sein des marques Audi, Seat et Volkswagen. Il est membre du directoire de Volkswagen depuis 2018.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Volkswagen : « La famille Porsche compte s’inviter à la grande restructuration de l’industrie automobile mondiale »

Le Monde avec AFP

Leave a Reply