You are currently viewing Variole du singe : quels sont ces nouveaux symptômes muqueux du Monkeypox qui provoquent des “douleurs atroces” ?

Variole du singe : quels sont ces nouveaux symptômes muqueux du Monkeypox qui provoquent des “douleurs atroces” ?

La plus grande étude sur le Monkeypox a été publiée ce jeudi 21 juillet. Avec des conclusions surprenantes.

Il y a quelques mois, lorsque le Monkeypox a été découvert, nombreux sont ceux qui ont souri à la seule écoute du nom de cette maladie. Après deux ans de Covid, ça pouvait se comprendre. Mais après quelques semaines, les sourires ont commencé à s’effacer des visages, les premiers cas étant signalés un peu partout à travers le monde, et les douleurs avec. Aujourd’hui, la variole du singe est prix au sérieux ; Et même un peu plus.

Plus de 16 000 cas signalés dans 75 pays, 5 décès : ce samedi, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a autorisé son plus haut niveau d’alerterl’état d’“urgence de santé publique internationale”. Aujourd’hui, plus personne ne sourit.

Surtout que le Monkeypox a dévoilé sa face cachée : celle d’une maladie pouvant facilement être confondue avec d’autres pathologies. Et donc, par conséquent, entraîne de mauvais diagnostics.

A lire aussi :
Variole du singe : l’OMS déclare l'”urgence de santé publique internationale” pour le virus Monkeypox

“Des choses qui n’avaient pas été décrites auparavant”

Une grande étude publiée ce jeudi 21 juillet dans le New England Journal Of Medicine liste même de nouveaux symptômes : “Nous avons en fait réussi à trouver des choses sur cette épidémie particulière qui se produit maintenant qui n’avait pas été décrite précédemment”se réjouit Chloe Orkin, médecin et professeur à l’Université Queen Mary de Londres, auteur principal de l’étude. “Les gens ont leurs premiers symptômes comme des jeux à l’intérieur de la bouche et des plaies à l’intérieur de l’anus. Ces symptômes muqueux, comme nous les appelons, ne sont pas inclus dans les définitions internationales des séries de cas”.

Les descriptions précédentes des premiers symptômes tendaient plutôt vers des éruptions cutanées dégénérant en pustules. Mais pas de plaies dans les régions muqueuses. Qui plus est, ces blessures provoquaient des “douleurs atroces”.

Les autres symptômes répertoriés dans cette étude qui a analysé plus de 500 cas dans 16 pays étaient la fièvre, les ganglions lymphatiques enflés, les éruptions cutanées et la léthargie.

Leave a Reply