You are currently viewing Variole du singe : la France compte désormais 91 contaminations avérées, majoritairement chez des hommes entre 20 et 60 ans

Variole du singe : la France compte désormais 91 contaminations avérées, majoritairement chez des hommes entre 20 et 60 ans

Ce 9 juin 2022, 91 cas confirmés de Monkeypox ou variole du singe, ont été rapportés en France. Un chiffre en augmentation par rapport au mardi 7 juin.

Sur les désormais 91 cas de variole du singe confirmés à ce jour en France64 sont détectés en Ile-de-France, 10 en Occitanie, 8 en Auvergne-Rhône-Alpes, 2 en Normandie, 2 dans les Hauts-de-France, 1 en Centre-val de Loire, 1 en PACA, 1 en Bourgogne-Franche-Comté et 2 en Nouvelle-Aquitaine.

Sur ces personnes infectées, Santé Publique France précise que 85 d’entre elles ont fait l’objet d’une enquête épidémiologique. Tous les cas investigués sont des hommes, âgés entre 20 et 63 ans (âge médian : 35 ans). Toujours parmi ces cas d’infection, 4 concernent des personnes immunodéprimées, 2 d’entre eux ont nécessité une hospitalisation mais ils sont désormais sortis.

[#Monkeypox] Point de situation au 9 juin 2022 à 14h
u27a1ufe0f 91 cas confirmés de Monkeypox ont été rapportés en France
Pour en savoir plus ud83dudc47 https://t.co/le4PK4yW3e

— SantépubliqueFrance (@SantePubliqueFr) 9 juin 2022

Comme dans les autres pays d’Europe, ces cas sont majoritairement survenus, mais pas exclusivement, chez des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH), sans lien direct avec des personnes de retour de zone endémique. La majorité des cas rapporte des partenaires sexuels multiples. La plupart des cas enquêtés déclarent ne pas pouvoir identifier la personne qui les aurait contaminés.

Enfin, 4 des cas investigués sont des cas secondaires, non vaccinés.

Parmi les cas confirmés sous le coup d’une enquête plus poussée par les autorités sanitaires, 39 ont voyagé, séjourné ou travaillé à l’étranger avant le début de leurs symptômes, dont certains dans plusieurs pays différents : 18 voyages sont ainsi rapportés en Espagne , 6 en Belgique, 5 en Allemagne, 1 au Portugal, 1 au Royaume-Uni, 1 au Pays-Bas, 1 au Maroc, 1 en Inde, 2 en Suisse, 1 aux Etats-Unis, 2 au Mali et 1 en Colombie . Ces voyages ne constituent pas systématiquement l’origine de la contamination.

L’infection par le virus Monkeypox débute le plus souvent par une fièvre, fréquente forte et accompagnée de maux de tête, de courbatures et d’asthénie. Après 2 jours environ, apparaît une irruption vésiculeuse, faite de vésicules remplies de liquide qui évoluent vers le dessèchement, la formation de croûtes puis la cicatrisation. Des démangeaisons peuvent survenir. Les vésicules se concentrent plutôt sur le visage, les paumes des mains et les plantes des pieds. Les muqueuses sont également concernées, dans la bouche et la région génitale. Les ganglions lymphatiques sont enflés et douloureux, sous la mâchoire et au niveau du cou.

L’incubation de la maladie peut aller de 5 à 21 jours.

Leave a Reply