une employée de la télévision interrompt le JT avec une pancarte contre la guerre en Ukraine

une employée de la télévision interrompt le JT avec une pancarte contre la guerre en Ukraine
Written by admin

Une employée de la première chaîne russe s’est diffusée ce lundi soir sur le plateau du principal journal télévisé de Russie pour protester contre la guerre en Ukraine. Elle a ensuite été arrêtée.

C’est une image rarissime, dans un pays où l’information est strictement contrôlée. Une femme a fait irruption lundi soir pendant le journal télévisé le plus regardé de Russie avec une pancarte “No War”, critiquant l’offensive militaire en Ukraine.

L’ONG de défense des droits des manifestants OVD-Info, qui présente cette femme comme Marina Ovsiannikova, une employée de la chaîne, rapporte qu’elle a depuis été arrêtée et emmenée au commissariat.

“Ne croyez pas à la propagande”

C’est pendant le principal programme d’information du soir, Vremia (“le temps”), diffusé sur la plus puissante chaîne télévisée du pays, Pervy Kanal, que la scène à eu lieu. La célèbre présentatrice de l’émission Ekaterina Andreïeva était en train de parler, quand Marina Ovsiannikova a fait apparition derrière elle, brandissant une pancarte sur laquelle on peut lire “Non à la guerre. Ne croyez pas à la propagande. On vous ment, ici “, alors que le Kremlin continue de parler ” d’opérations militaires ” en Ukraine, évitant le terme de ” guerre “.

“Les Russes sont contre la guerre”, peuvent-on encore lire sur la pancarte, sur laquelle le drapeau de l’Ukraine et celui de la Russie sont dessinés.

La présentatrice continue de parler avant que la chaîne ne finisse par diffuser à la hâte un reportage sur les hôpitaux, mis fin au direct en plateau. Depuis, la chaîne a déclaré dans un communiqué qu’une “enquête interne était en train d’être menée” sur cet “incident”.

Plusieurs milliers de manifestants arrêtés

Plus tôt, Marina Ovsiannikova avait pris la parole dans une vidéo enregistrée et publiée par OVD-Info. Elle y explique que son père étant et sa mère russe ukrainienne, elle n’arrive pas à voir comme ennemis les deux pays de ses parents.

“Ce qui se passe actuellement en Ukraine est un crime, et l’agresseur, c’est la Russie. La responsabilité de ce crime pèse sur la conscience d’un homme et d’un seul : Vladimir Poutine” lance-t-elle .

Elle dit par la suite avoir “honte d’avoir permis que des mensonges soient diffusés à la télévision” en travaillant pour Pervy Kanal, “faisant de la propagande pour le Kremlin”.

Très vite, la vidéo s’est propagée à une vitesse folle sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes saluant “le courage de cette femme” alors que tout discours dissident est réprimé par Moscou depuis le début du conflit en Ukraine.

Léonid Volkov, un proche de l’opposant à Vladimir Poutine Alexeï Navalny, a assuré sur Twitter que son mouvement était “prêt à payer toute amende” qui aurait été subi par Marina Ovsiannikova.

L’ancien ambassadeur de France aux États-Unis Gérard Araud s’est également dit eimpressionné devant la prise de risque de celle-ci :

“Je dirais que ma première réaction es très humaine : une réaction d’admiration, d’estime pour le courage de cette personne : le courage d’une seule personne peut sauver. Elle sauve l’honneur, et je crois qu’il faut lui rendre hommage, qu’il faudra conserver son nom” à-il assuré sur BFMTV ce lundi soir.

Depuis le début de l’intervention en Ukraine le 24 février, plusieurs milliers de manifestants ont été arrêtés par les forces de Moscou, dont plus de 5000 dans la seule journée du 6 mars.

Selon l’agence de presse Tass, la jeune femme pourrait être poursuivie pour avoir “discrédité l’utilisation des forces armées russes”.

Leave a Comment