Un gros problème pour les Bleus !

Un gros problème pour les Bleus !
Written by admin

Sacrée en 2018, l’équipe de France pourra s’appuyer au Qatar, sauf blessure, sur les principaux artisans de sa victoire en Russie. Néanmoins, la proportion des champions du monde au Qatar interroge.

La tâche des Bleus s’annonce immense au Qatar. En témoigne l’histoire de la Coupe du monde. Depuis le Brésil en 1962, aucune équipe championne du monde n’est en effet parvenue à conserver son titre remporté quatre ans plus tôt. Pire, depuis 1998, les tenants du titre ne font généralement que passer. Si ce n’est le Brésil, sacré en 2002 et quart de finaliste en 2006, battu par la France, aucune équipe venue défendre son titre n’a dépassé l’écueil de la phase de groupes.

Série noire pour les locataires du titre

Après la France, vainqueur en 1998 et piteusement éliminée en Corée du Sud sans même marquer un but, l’Italie, bourreau de Zidane and co en 2006, l’Espagne, couronnée en Afrique du Sud entre deux sacres à l’Euro, et l’Allemagne, titrée quatre ans avant les troupes de Didier Deschamps, ont ainsi elles aussi calé dès la phase de poules quatre ans après leur sacre. Et ce alors qu’ils étaient tous arrivés avec de très hautes ambitions. De quoi mettre la pression sur les Bleus et leur sélectionneur…

Ce n’est pas trop en notre faveur

« Je sais : statistiquement, ce n’est pas trop en notre faveur », at-il d’ailleurs constaté, ajoutant : « C’est factuel que pour le tenant du titre, c’est plutôt compliqué. C’est le haut niveau, les adversaires ne s’endossent pas. » Et la série est d’autant préoccupante pour l’équipe de France que si la France en 2002 et l’Espagne en 2014 avaient joué la carte de la continuité en conservant 14 et 15 des champions du monde sacrés quatre ans plus tôt , l’ L’Italie et l’Allemagne n’avaient au contraire gardé que neuf de leurs champions du monde. Aucune recette ne semble donc fonctionner.

Je vais y réfléchir

Alors que neuf des derniers champions du monde apparus parmi les 24 joueurs ont été annoncés, jeudi, pour les quatre rencontres de Ligue des Nations au programme des Bleus en juin, Didier Deschamps a néanmoins assuré que cela ne constituait pas un critère. Pour l’instant ? « Ce n’est pas la Coupe du monde, là, at-il lancé. Après sur le fait d’en prendre 6,7,8, 9 ou 15… D’un côté, 15, avec une grosse ossature, ça ne marche pas et avec 9, soit plus de la moitié qui n’est pas là, ça ne marche pas non plus. Je vais y réfléchir, je vous promets, longuement. »

Leave a Comment