Test Xiaomi Soundbar 3.1ch : une barre de son rudimentaire à la connectique bien fournie

Test Xiaomi Soundbar 3.1ch : une barre de son rudimentaire à la connectique bien fournie
Written by admin

La Soundbar 3.1ch se présente sous une forme tout à fait conventionnelle avec des dimensions moyennes de 86 x 11,5 x 6 cm. Hormis la grille en métal qui protège les haut-parleurs sur la face avant, la qualité du plastique utilisé laisse ici à désirer. La surface supérieure prend facilement les traces de doigts et est légèrement réfléchissante, ce qui peut potentiellement créer une gêne quand le téléviseur est allumé.

Avec des dimensions de 21 x 29,7 x 37 cm, le caisson est plutôt imposant eu égard à la taille contenue de la barre. Il est toutefois bien mieux conçu que son accompagnatrice, car tout de bois vêtu. Il abrite un haut-parleur dirigé vers le bas et un évent bass reflex dirigé vers l’arrière.

En guise d’accessoire fourni, on découvre deux câbles d’alimentation, un câble HDMI très court (1 m), une télécommande et un système d’accroche murale. Un câble optique n’aurait pas été de trop… Élément assez rare sur ce genre de produit, le bloc d’alimentation n’est pas intégré dans la barre : cela peut être disgracieux à l’œil, mais facilite son remplacement en cas de panne.

Les traces de doigts sont très dures à enlever à l’aide d’un chiffon sec et nécessitent l’application d’un produit nettoyant.

Les traces de doigts sont très dures à enlever à l’aide d’un chiffon sec et nécessitent l’application d’un produit nettoyant.

Pour une barre de son sans prétention, Xiaomi a gâté cette Soundbar 3.1ch d’une large connectique. On retrouve ainsi à l’arrière une entrée et une sortie HDMI, une entrée S/PDIF Optique, une entrée S/PDIF RCA et un port USB-A. En chipotant, nous pourrions lui reprocher l’absence d’une entrée mini-jack, mais la variété reste louable. La Soundbar 3.1ch dispose également d’une connectivité sans-fil Bluetooth, mais fait l’impasse sur le wifi, et donc sur toutes les éventuelles fonctions connectées (pas d’AirPlay, de Chromecast…).

Le port HDMI ARC est compatible avec le protocole HDMI CEC, ce qui permet de gérer la Soundbar 3.1ch avec la télécommande du téléviseur.

Le port HDMI ARC est compatible avec le protocole HDMI CEC, ce qui permet de gérer la Soundbar 3.1ch avec la télécommande du téléviseur.

Une des prises HDMI prend en charge la fonction ARC permettant de faire transiter le son du téléviseur à la barre. La Soundbar 3.1ch est capable de décoder les formats Dolby Digital, Dolby Digital+, DTS Digital Surround et LPCM en stéréo et multicanal. Elle ne prend toutefois pas en charge les flux HD comme le Dolby True HD et encore moins les formats 3D tels que le Dolby Atmos et le DTS:X. Cette barre de son n’est pas non plus capable de décoder les flux 4K/120, mais comprend tout à fait les HDR10 et Dolby Vision.

Expérience d’utilisation

La Soundbar 3.1ch est très facile à appréhender et utiliser au quotidien. Elle comporte quatre boutons sur sa face supérieure servant à la mise sous tension, le changement de source ou la gestion du volume. Pour aller plus loin, la barre est livrée avec une télécommande certes très simple, mais complète. On peut ainsi naviguer entre les différents modes d’écoute, lancer l’appairage Bluetooth, gérer la lecture/naviguer entre les pistes dans ce dernier mode de connexion, ou encore agir sur le niveau du caisson de basses. Avec la télécommande, il est aussi possible d’accéder à des réglages plus avancés afin de paramétrer le niveau des aigus et des graves ou encore gérer la synchronisation audio/vidéo.

Xiaomi n’a pas jugé bon de fournir deux piles AAA LR03 pour la télécommande. Vous devrez donc vous en procurer par vous-même.

Xiaomi n’a pas jugé bon de fournir deux piles AAA LR03 pour la télécommande. Vous devrez donc vous en procurer par vous-même.

La barre de son de Xiaomi héberge un petit écran sur sa droite, parfaitement lisible et indiquant un tas d’informations. Elle intègre également une puce NFC sur sa face supérieure droite pour appairer un appareil en Bluetooth à la volée — ne fonctionne qu’avec les smartphones sous Android.

Tout comme sa qualité de fabrication générale, la Soundbar 3.1ch ne brille pas particulièrement par ses prestations acoustiques. Que ce soit purement pour de l’écoute musicale avec le mode Musique ou la virtualisation surround en mode Cinema, la barre délivre un rendu déséquilibré.

Mesure de la réponse en fréquence (normalisée à 85 dB SPL à 1 kHz à 1 m). Avec le mode Musique, niveau du caisson à 0 en noir, niveau du caisson à -4 en bleu, sans caisson en orange.

Mesure de la réponse en fréquence (normalisée à 85 dB SPL à 1 kHz à 1 m). Avec le mode Musique, niveau du caisson à 0 en noir, niveau du caisson à -4 en bleu, sans caisson en orange.

Quel que soit le mode d’écoute sélectionné, la première chose qui frappe à l’écoute et la lecture de la courbe de réponse en fréquence est l’énergie complètement affolante qu’est capable de délivrer le caisson de basses au vu de sa taille. Certes, les basses ne manquent clairement pas de profondeur et d’assise, mais l’effet recherché n’est absolument pas maîtrisé. Elles débordent complètement et masquent significativement le reste du spectre reproduit. L’unique solution pour sauver un tant soit peu la mise et conserver un minimum de lisibilité consiste à régler immédiatement le niveau du caisson à -4, voire -6 dans les paramètres de la barre. Comme toujours — mais d’autant plus dans ce cas —, il faudra veiller à ne pas placer le caisson trop près d’un mur (ou pire, dans un coin) afin de limiter au maximum les résonances et le caractère tonitruant des basses.

Mesure de la distorsion harmonique (normalisée à 85 dB SPL à 1 kHz à 1 m). Avec le mode Musique, niveau du caisson à 0 en rouge, niveau du caisson à -4 en bleu.

Mesure de la distorsion harmonique (normalisée à 85 dB SPL à 1 kHz à 1 m). Avec le mode Musique, niveau du caisson à 0 en rouge, niveau du caisson à -4 en bleu.

La Soundbar 3.1ch se montre également peu flatteuse avec le reste des fréquences reproduites. La signature sonore est assez peu naturelle avec un aspect “pincé” qui se répercute sur de nombreux éléments et particulièrement audible sur les voix ou les guitares, par exemple. L’intelligibilité des dialogues est correctement assurée, mais on a connu mieux. Ce comportement, principalement dû au creux situé aux alentours de 1,5 kHz, crée donc un manque de liant entre les bas-médiums et les haut-médiums, et a pour effet de faire ressortir les hautes fréquences. Malheureusement, ces dernières sont loin d’être reproduites avec la plus grande justesse et le plus grand détail qui soient, ce qui renforce nettement l’aspect métallique des cymbales, shakers, tambourins et autres grelots, par exemple.

La mesure de réactivité des membranes à 500 Hz démontre une maîtrise relative des médiums. La précision est loin d'être parfaite, mais reste tout à fait acceptable.

La mesure de réactivité des membranes à 500 Hz démontre une maîtrise relative des médiums. La précision est loin d’être parfaite, mais reste tout à fait acceptable.

Le manque de maîtrise de la barre a aussi une incidence sur le rendu de la scène sonore, ici très écrasée, sans aucune profondeur. La reproduction des effets surround est quant à elle pour le moins anecdotique. Les effets latéraux ne s’étendent jamais au-delà des limites physiques de la barre et ne créent en aucun cas la bulle sonore immersive promise par l’algorithme de virtualisation DTS Virtual:X. Dernier point plus agaçant : Xiaomi a fait l’étrange choix d’excentrer légèrement ses haut-parleurs centraux sur la gauche, ce qui engendre inévitablement un léger décalage de la voie centrale. Les dialogues et autres sources censées se trouver au milieu de l’écran se retrouvent donc localisés légèrement sur la gauche.

Points forts

  • Très facile à prendre en main (commandes complètes, écran en façade).

  • Connectique complète.

Points faibles

  • Caisson de basses beaucoup trop expressif, graves non maîtrisés.

  • Restitution sonore qui manque de naturel (aspect pincé, métallique).

  • Voie centrale légèrement décalée, reproduction insignifiante des effets surround.

  • Conception rudimentaire et salissante.


Comment fonctionne la notation ?

Malgré sa simplicité et une connectique complète, la Soundbar 3.1ch peine à convaincre de par sa qualité de fabrication passable et une signature sonore plombée, entre autres, par des graves tonitruants et un rendu peu naturel. La première barre de son vendue en France par Xiaomi ne brille pas non plus par la reproduction des effets surround, totalement indiscernables.

Sous-Notes

  • Fabrication

  • Connectique

  • Expérience d’utilisation

  • Audio

Leave a Comment