Test Honor Magic 4 Pro : retour réussi avec un vrai smartphone haut de gamme

Test Honor Magic 4 Pro : retour réussi avec un vrai smartphone haut de gamme
Written by admin

Pour affronter une féroce concurrence sur le haut de gamme (comprendre les smartphones à plus de 1000 €), Honor s’est armé au niveau de la photo. La firme chinoise propose deux modules de 50 mégapixels, grand-angle et ultra grand-angle, ainsi qu’un téléobjectif périscopique de 64 Mpx. À ces trois modules vient se joindre un capteur ToF (pour Time of Flight) qui aidera notamment pour la profondeur. L’ensemble n’est pas sans rappeler l’iPhone 13 Pro Max, quelques millions de pixels en moins.

Module principal : 50 Mpx, f/1,8, éq. 27 mm



Oppo Find X5 (12,5 Mpx, f/1,8, ISO 186, 1/250 s)


Honor Magic 4 Pro (12,5 Mpx, f/1,8, 1/100 s)

Sur le grand-angle, le Magic 4 Pro a une fâcheuse tendance à surexposer. On le voit très clairement en comparaison avec le Find X5 d’Oppo. Le modèle de Honor essaye toutefois d’offrir une image aux couleurs assez proches du naturel, sans trop forcer sur le contraste comme c’est le cas du Find X5. Ceci étant, ce dernier délivre un bien meilleur piqué et un lissage moins prononcé.



Oppo Find X5 (12,5 Mpx, f/1,8, ISO 5201, 1/20 s)


Honor Magic 4 Pro (12,5 Mpx, f/1,8, 1/15 s)

Le constat est quasi identique de nuit. Le cliché capturé par le Magic 4 Pro bave quelque peu, sûrement à cause de la trop haute montée en sensibilité pour tenter de cacher le bruit numérique. Chez Oppo, la philosophie est différente puisqu’elle laisse apparaître ces aspérités de l’image, quitte à perdre un peu en détail.

Ajoutons que notre notation prend en compte l’intégralité de notre scène de test, et non seulement son centre, isolé dans les images ci-dessus. Le Honor Magic 4 Pro s’en sort très bien en périphérie, zone souvent floue chez la concurrence. Cela lui permet donc de grappiller des points supplémentaires.

Mode 50 Mpx



50 Mpx (crop 100 %)


12,5 Mpx (crop 100 %)



50 Mpx (crop 100 %)


12,5 Mpx (crop 100 %)

En pleine définition, on observe une nette amélioration sur les photos diurnes. Le mode 50 Mpx corrige ce souci d’exposition, offre davantage de netteté et un piqué légèrement amélioré. Ce n’est pas vraiment ébouriffant, mais reste indéniablement meilleur. En revanche, en basse luminosité, c’est une catastrophe ; préférez le pixel-binning si vous souhaitez capturer des clichés de nuit.

Module ultra grand-angle : 50 Mpx, f/2,2, éq. 13 mm



Oppo Find X5 (12,5 Mpx, f/2,2, éq. 16 mm, ISO 399, 1/125 s)


Honor Magic 4 Pro (12,5 Mpx, f/2,2, éq. 13 mm, 1/125 s)

La tendance s’inverse avec l’ultra grand-angle puisque le Honor Magic 4 Pro parvient à octroyer une image bien plus satisfaisante. L’exposition est meilleure — même si encore trop forte à certains endroits —, la colorimétrie bien plus agréable et le piqué plutôt bon.



Oppo Find X5 (12,5 Mpx, f/2,2, éq. 16 mm, ISO 6326, 1/10 s)


Honor Magic 4 Pro (12,5 Mpx, f/2,2, éq. 13 mm, 1/15 s)

De nuit, c’est la douche froide : le cliché capturé est brouillon, là où le Find X5 d’Oppo se montre beaucoup plus convaincant.

Téléobjectif périscopique x3,5 : 64 Mpx, f/3,5, éq. 95 mm



Oppo Find X5


Honor Magic 4 Pro

Le zoom est plutôt efficace de jour. Il offre un bon rendu colorimétrique, une belle exposition et un piqué plus flatteur que chez sa concurrence. Précisons que le grossissement de l’Oppo est moins puissant que celui du Honor, puisqu’il n’est que de x2.



Oppo Find X5


Honor Magic 4 Pro

Comme souvent, le smartphone n’use pas de son téléobjectif lors de la capture d’un cliché de nuit. Il se base alors sur le module principal dans lequel l’image est recadrée pour correspondre au grossissement promis. C’est ce qui explique la qualité plus que dégradée de notre photo dans laquelle la scène est très brouillonne.

Module frontal, mode portrait et vidéo

À l’avant, le Magic 4 Pro intègre un module de 12 Mpx couplé à un capteur ToF qui sert principalement à la reconnaissance faciale. Ce module avant est un ultra grand-angle pour faire rentrer plus de monde dans ses selfies. Ces derniers sont d’ailleurs très bons, même si nous regrettons un léger manque de piqué.

Même chose pour les clichés tirés en mode portrait avec le module frontal. Avec celui présent à l’arrière, le résultat est excellent. Le détourage est presque parfait, le Magic 4 Pro arrivant facilement à capturer les sujets. Les cheveux ne sont pas un problème, tout comme les barbes, par exemple. L’utilisateur veillera seulement à désactiver les artifices de beauté pour bénéficier de la photo la plus “pure” possible. La remarque vaut aussi pour les selfies sans mode portrait.

En vidéo, le smartphone est capable de filmer jusqu’en 4K à 60 i/s. Il autorise à filmer en LOG, un mode qui se rapproche du raw et permet de filmer sans traitement directement apposé sur la vidéo, pour ensuite la modifier à loisir en post-production. Le Honor Magic 4 Pro propose aussi de filmer en LUT (Look-Up Table), c’est-à-dire avec une image déjà étalonnée, donc avec des tons et couleurs variables — des sortes de filtres vidéo pour résumer. Ces LUT sont aussi applicables aux fichiers filmés en LOG, que l’on pourra retravailler directement depuis le téléphone. Quant à la réalisation, le module grand-angle et le téléobjectif périscopique sont dotés d’un stabilisateur optique pour limiter au maximum les tremblements. Le seul petit souci relevé se trouve être les à-coups qui surviennent lors du changement de focale. Quoi qu’il en soit, ce Magic 4 Pro est une proposition sérieuse en matière de vidéo.

Leave a Comment