Steelrising : Un jeu d’action sur la révolution française inspiré de Bloodborne et Jedi Fallen Order

Steelrising : Un jeu d'action sur la révolution française inspiré de Bloodborne et Jedi Fallen Order
Written by admin

News jeu Steelrising : Un jeu d’action sur la révolution française inspiré de Bloodborne et Jedi Fallen Order

Spiders s’est taillé une petite réputation jeu après jeu auprès des amateurs d’Action-RPG. Après l’époque victorienne fantastique de Greedfall, les studios parisiens revisitent une autre période de l’Histoire dans Steelrising. Une révolution française uchronique est à l’honneur en 2022.

Lors de la BigBen Week organisée par l’éditeur Nacon, la rédaction de JV a pu assister à une présentation de 30 minutes de Steelrising menée par les studios Spiders. Malheureusement, nous n’avons pas eu l’occasion de prendre en main cette version, le jeu étant toujours en développement.

Sommaire

  • 1789 : Une révolution française uchronique
  • Un Action-RPG : De Bloodborne à Jedi Fallen Order

1789 : Une révolution française uchronique

Steelrising débute en 1789 au beau milieu d’une ville de Paris plongée dans le chaos. Dans cette version uchronique de la révolution française, le souverain Louis XVI, passionné d’automates, instaure une couvre-feu et réprime les rebelles dans le sang avec l’aide de ses troupes mécanisées. L”intrigue, qui dure une seule et unique “nuit”, s’attarde sur le personnage d’Aegis. Cette danseuse-automate, qui performait autrefois à la cour de roi Horloger, reçoit l’ordre de protéger Marie-Antoinette face à l’insurrection populaire.

Par une nuit particulièrement agitée, la reine du royaume de France ordonne à sa garde du corps automatisée de parcourir les rues de la capitale afin de retrouver son créateur… Eugène Vaucanson. Il s’agit du neveu (fictif) de l’inventeur d’automates Jacques Vaucanson décédé en 1782. Pour information, ce dernier est devenu célèbre grâce notamment au “Canard de Vaucanson” créé en 1734. Bien que les motivations de la monarque restent floues, Aegis se rend en ville.

Les studios Spiders promettent une durée de vie tout à fait honorable sans tomber dans l’excès. Selon les dires des développeurs, il faudra compter entre 15 et 20 heures de jeu pour arriver au bout de l’aventure et parcourir un Paris uchronique de “carte postale”. De Saint Cloud (introduction du jeu) aux Tuileries en passant par La Cité et Les Invalides, etc. cette capitale française en ruines et surtout drapée d’Histoire est une invitation à l’exploration. Steelrising se structure autour de plusieurs zones semi-ouvertes et incite à y revenir. A la manière d’un Metroidvania, l’obtention de certains outils et/ou compétences ouvrent de nouveaux chemins à arpenter.


Un Action-RPG : De Bloodborne à Jedi Fallen Order

Depuis Mars : War Logs en 2013, Spiders se focalise sur un genre en particulier, et même un sous-genre… l’Action-RPG, et a développé avec le temps un certain savoir-faire dans ce domaine. Steelrising est donc sans surprise un jeu de rôle centré sur l’action. Toutefois, les studios parisiens s’inspirent en 2022 des titres qui ont marqué la sphère vidéoludique au cours de ces dernières années. Leur nouvelle création, de leurs propres aveux, puise dans Bloodborne, Star Wars Jedi : Fallen Order et enfin Nioh, et se réapproprie certains principes ludiques.

Il faut bien reconnaître que ces influences se ressentent, plus particulièrement au niveau des combats qui se veulent bien plus exigeants que par le passé. Steelrising défie les joueurs sans pour autant faire de la difficulté le cœur de l’expérience. Bien que le bestiaire, intégralement composé d’automates, puisse s’avérer retors, surtout les boss, l’aventure se veut accessible à tous. Spiders a intégré un mode “Assist” destiné aux joueurs moins aguerris afin de gérer la difficulté via plusieurs options “à la carte” qui permettent entre autres de réduire les dégâts, etc.

Le système de combat présente des faux airs du jeu de From Software précédemment mentionné avec son mix d’attaques combinées au corps à corps et à distance, ses esquives et ses parades rythmées, et sa gestion de l’endurance. Néanmoins, Steelrising s’émancipe de son modèle en ajoutant une dimension aérienne aux affrontements et un “refroidissement” express. Cette mécanique spécifique aux automates recharge instantanément la jauge d’endurance. Attention à ne pas en abuser sous peine de rester totalement figé plusieurs secondes, et donc vulnérable.

RPG oblige, la personnalisation et la montée en puissance de l’héroïne sont de mise. Aegis peut arborer plusieurs visages, à sélectionner en début de partie (et uniquement en début de partie), et revêtir divers vêtements qui au-delà de l’aspect purement cosmétique, octroient bonus et/ou malus. L’arsenal n’est pas en reste. Les 7 types d’armes de mêlée, auxquelles s’ajoutent celles à distance, ouvrent un panel d’opportunités qui impactent fortement le gameplay. Toutes ces options, et bien plsu encore, sont disponibles via des “vestales” disposées au sein des différents niveaux. Ces lieux spécifiques, qui rappellent les feux de camp de la saga des Souls et plus récemment ceux d’Elden Ring, servent également de points de sauvegarde.

Steelrising : Un jeu d'action sur la révolution française inspiré de Bloodborne et Jedi Fallen Order

Steelrising sortira le 8 septembre 2022 sur PC, PlayStation 5 et Xbox Series X/S.


Leave a Comment