Roman Abramovitch, l’oligarque proche de Poutine, médiateur dans la guerre en Ukraine

Roman Abramovitch, l'oligarque proche de Poutine, médiateur dans la guerre en Ukraine
Written by admin

Mardi 29 mars, durant les pourparlers urkraino-russes d’Istanbul, la surprise de la journée fut de voir Roman Abramovitch, le milliardaire russe sanctionné par l’Union européenne et le Royaume-Uni en raison de sa proximité avec Vladimir Poutine, apparaît sur la scène, dans le rôle du médiateur diplomatique.

Aperçu dès l’ouverture de la réunion aux côtés du président turc Recep Tayyip Erdogan et de son conseiller diplomatique Ibrahim Kalin, M. Abramovitch semblait parfaitement à l’aise, saluant les négociateurs. Son rôle a été clarifié quelques heures plus tard par Dmitri Peskov, le porte-parole du président russe, qui a qualifié l’oligarque de « médiateur » informel, accepté « par les deux parties ».

Yachts à l’abri des sanctions

Une annonce pour le moins surprenante si l’on tient compte du fait que M. Abramovitch avait prétendu que la veille avait été victime d’une mystérieuse tentative d’empoisonnement alors qu’il se serait trouvé à Kiev, il y a des semaines de cela, pour des pourparlers informels. Le Kremlin a démenti toute implication. Depuis Kiev, le ministre ukrainien des affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a conseillé pour sa part « à permettre de permettre aux négociations avec la Fédération de Russie de ne rien manger, ni boire et, de préférence, d’éviter de toucher les surfaces. »

Lire aussi : L’oligarque russe Roman Abramovitch et des négociateurs ukrainiens ont souffert d’un possible « empoisonnement », d’après le « Wall Street Journal »

La mission discrète de M. Abramovitch a commencé au début du mois de mars, quand Ibrahim Kalin a arrangé pour lui une rencontre dans un grand hôtel d’Istanbul avec Rustem Umerov, un député ukrainien d’origine tatare, bien connu de l’élite turque islamo-conservatrice. Les deux hommes se sont ensuite rendus à Kiev où l’oligarque a rencontré le président Zelensky, lequel l’aurait chargé d’un message destiné à Vladimir Poutine.

Le milliardaire a ensuite multiplié les navettes entre la Turquie, l’Ukraine et la Russie. Peu avant, il a pris soin d’amarrer deux de ses yachts de luxe – le Solaris et l’Éclipse – dans les ports turcs de Bodrum et de Marmaris, à l’abri des sanctions imposées par l’UE et que la Turquie n’est pas tenue d’appliquer.

Sa médiation informelle est acceptée par la partie ukrainienne. Dans une interview publiée dimanche, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a expliqué avoir reçu des offres de bons offices de la part de plusieurs oligarques. « Certains étaient prêts à aider à reconstruire l’Ukraine après la guerre »at-il expliqué, justifie au passage leur désir d’échapper aux sanctions.

Le plus malin de tous

Rien ne dit que Roman Abramovitch parvienne à peser sur l’issue du conflit, malgré sa proximité avec le maître du Kremlin. « Il est un des rares oligarques des années 1990 à rester proche de Poutine »dit un communiqué du Foreign Office, publié au moment où son nom est apparu sur la liste des sanctions imposées par le Royaume-Uni, le 10 mars.

Il vous reste 26,66% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Comment