You are currently viewing Renault envisage de transférer la production de l’Alpine A110 en Angleterre

Renault envisage de transférer la production de l’Alpine A110 en Angleterre

Une fierté française qui ne sera bientôt plus produite en France ? Selon des sources proches du dossier, l’Alpine A110 actuellement produite à Dieppe, l’usine historique de la marque sportive française du groupe Renault, pourrait être fabriquée à Norfolk (Est de l’Angleterre) par Lotus. Cette délocalisation interviendra lors du renouvellement du modèle prévu entre 2025 et 2026, qui sera 100% électrique.

La marque ultra-sportive britannique avait déjà été choisie pour développer en partenariat avec le groupe français le nouveau châssis de la future “berlinette” française, le surnom historique de l’Alpine A110. Lotus, filiale du groupe chinois Geely, vient de dévoiler Eletre, un SUV électrique. C’est ce modèle qui doit lui permettre d’assurer sa transition électrique.

Dieppe, le coeur battant d’Alpine (Renault)

Deux autres modèles fabriqués en France

L’usine de Dieppe, se verra quant à elle confier la production d’un SUV électrique toujours sous la marque Alpine, conformément aux annonces qui avaient été faites le 28 janvier dernier, à l’occasion de la visite du ministre français de l’ Économie, Bruno Le Maire. La future compacte Alpine, qui sera un dérivé de la future R5 Renault, sera, pour sa part, produite à Douai dans les Hauts-de-France.

Contacté, Renault n’a pas souhaité commenter cette information. Une autre source interne a reconnu qu’il s’agissait bien d’une hypothèse mais qu’aucune décision n’avait été prise. Le successeur de l’A110 n’est pas attendu avant 2025 mais d’ores et déjà, la question de sa production se pose.

Ressuscitée en 2012, sous l’impulsion de Carlos Tavares, alors numéro deux groupe Renault, la marque Alpine tient une place importante dans le plan Renaulution (du nom de la stratégie de redressement du groupe initiée par Luca de Meo), qui vis à aller chercher de fortes marges unitaires.

Une stratégie rodée de montée en gamme

Par le passé, le dirigeant italien a déjà prouvé qu’il était très attaché à ces stratégies de label haut-de-gamme. Chez Fiat, il avait relancé Abarth, et chez Seat, il avait créé Cupra. En arrivant chez Renault, il a immédiatement perçu le potentiel d’Alpine pour créer de la valeur. Il avait d’ailleurs annoncé que c’est Alpine qui portera désormais les couleurs du groupe en Formule 1 pour renforcer la notoriété et la légitimité d’Alpine. En outre, Luca de Meo vient de lancer une finition “Esprit Alpine” sur l’Austral, son nouveau SUV de segment C, qui doit remplacer le Kadjar. L’ambition est ici de représenter le niveau de finition le plus premium de ce nouveau modèle.

Alpine tire son capital Premium de l’histoire d’un célèbre pilote, Jean Rédélé (disparu en, 2007). Il avait fondé sa propre marque en 1955 notamment pour concourir dans les rallyes automobiles. La première A110 a été produite en partenariat avec Renault à Dieppe – dont le pilote était originaire, entre 1962 et 1977 – pour un total de moins de 8.000 exemplaires en tout. L’A110 avait été championne du monde des rallyes en 1971 et en 1973.