remise sur les carburants, aides aux pêcheurs et aux entreprises énergivores… les mesures du gouvernement pour compenser les hausses des prix

remise sur les carburants, aides aux pêcheurs et aux entreprises énergivores… les mesures du gouvernement pour compenser les hausses des prix
Written by admin

« L’Etat sera au rendez-vous »a promis le premier ministre, Jean Castex, en présentant, mercredi 16 mars, onu « plan de résilience économique et sociale » pour faire face aux conséquences du conflit en Ukraine. Ce plan est destiné à « protéger les ménages et les entreprises des conséquences immédiates du choc » dû, notamment, à la hausse des prix des matières premières et de l’énergie.

« Nous avons le devoir de nous préparer à une crise longue »a provoqué le premier ministre, a entraîné que les répercussions sur l’économie européenne étaient « l’inévitable contrepartie de la réalité et de l’efficacité de nos sanctions ».

Extension de la remise de 15 centimes sur les carburants

Le premier ministre a annoncé que la remise à la pompe de 15 centimes par litre de carburant, accordée par le gouvernement à partir d’avril pour une durée de quatre mois, serait étendue au gaz naturel véhicule (GNV) et au gaz de pétrole liquéfié (GPL).

Lire aussi Face à la hausse du prix des carburants, la débrouille des automobilistes

Cette remise « concernera tous les Français, sur le territoire métropolitain et dans les outre-mer, les particuliers comme tous les professionnels »a déclaré M. Castex. « Pourront notamment bénéficier de la mesure les routiers, les taxis et les transporteurs sanitaires, les agriculteurs, les acteurs des travaux publics et les pêcheurs, mais aussi toutes les professions qui utilisent beaucoup leur véhicule, telles que les aides à domicile »a détaillé le premier ministre.

Accompagné du ministre de l’économie, Bruno Le Maire, Jean Castex a à nouveau appelé les pétroliers à faire « un geste complémentaire » et a fait savoir que TotalEnergies avait « donné son accord de principe pour aller au-delà de l’effort de l’Etat ».

« Au 1euh avril, notre remise en caisse de 10 centimes par litre sera appliquée dans toutes les stations-service TotalEnergies en France »et non seulement en zone rurale comme annoncé en février, a déclaré dans la foulée le PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, sur Twitter. Cette remise s’ajoutera à celle du gouvernement.

Aide pour les entreprises énergivores

Pour les entreprises, une nouvelle aide sera attribuée à celles dont les dépenses de gaz et d’électricité représentent « au moins 3 % de leur chiffre d’affaires », qui font face à une hausse « d’au moins 40 % de [leurs] factures d’électricité ou de gaz depuis le début de la guerre » et qui réalisent « des pertes d’exploitation », ont détaillé Jean Castex et Bruno Le Maire.

Cette aide, qui concernera notamment l’industrie, sera distribuée sans condition de taille ou de secteur et « permettre une prise en charge de la moitié du surplus de leurs dépenses énergétiques »a précisé le premier ministre.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Energie et matières premières : « On tue notre trésorerie », la hausse des prix fait trembler l’industrie française

Le coût pour l’Etat de cette subvention est évalué à trois milliards d’euros, a précisé Bruno Le Maire peu après. Une entreprise pourra recevoir au maximum 25 millions d’euros. Selon lui, les secteurs les plus concernés sont l’industrie métallurgique, l’industrie chimique, l’industrie du papier et du carton, certaines industries agricoles et agroalimentaires.

Prolongation des dispositifs mis en place depuis le début de la pandémie

Trois dispositifs déjà en place depuis le début de la crise due au Covid-19 seront renforcés. Le plafond d’emprunt du prêt garanti par l’État est relevé à 35 % du chiffre d’affaires, au lieu de 25 % aujourd’hui.

Lire aussi Crise énergétique : mettre à contribution les pétroliers

Les rapports de charges fiscales et sociales seront « facilités pour les entreprises affectées par la hausse des prix de l’énergie ou les restrictions à l’export ».

Enfin, le recours à l’activité partielle longue durée est « prolongé de douze mois supplémentaires pour accords déjà signés »a détaillé Jean Castex, ajoutant que les entreprises non couvertes par ce dispositif pourraient « signataire des accords jusqu’à la fin de l’année 2022 ».

Mesures ciblées pour les pêcheurs, agriculteurs, entreprises du BTP…

Le premier ministre a également annoncé une série de mesures ciblées pour les pêcheurs, les agriculteurs, les entreprises de transport, celles du BTP et les entreprises exportatrices. A l’adresse de ces dernières, Jean Castex a exhorté à ne « pas céder à la tentation du repli ».

Pour les pêcheurs, dont l’activité est indispensable à « notre souveraineté alimentaire »a souligné le premier ministre, le gouvernement a apporté un « aide financière exceptionnelle équivalente à 35 centimes par litre de gazole de pêche »et ce jusqu’au 31 juillet. « Le dispositif sera ouvert dès [jeudi] matin, pour que tous les bateaux déclarés puissent reprendre la mer au plus vite avec l’assurance de bénéficier du dispositif de soutien »a déclaré Jean Castex.

Lire le reportage : Article réservé à nos abonnés « Avec le prix de l’essence, est-ce que travailler vaut encore le coup ? »

Pour les agriculteurs, et notamment les éleveurs, très affectés par la hausse des prix de l’alimentation animale. Une enveloppe de 400 millions d’euros est prévue pour une « aide transitoire de quatre mois » qui « va compenser les pertes ». Les premiers versements sont prévus d’ici à deux mois. Les agriculteurs bénéficieront, en outre, d’un remboursement anticipé de la taxe sur les carburants (TICPE) sur leurs achats de gazole non routier (GNR) qui alimentent leurs tracteurs.

Un plan à long terme pour sortir de la dépendance aux matières premières russes

Le « plan de résilience » doit « nous protéger dans la durée », a affirmé Jean Castex. Réaffirmant la nécessité ré’« amplifier les actions permettant de réduire notre dépendance énergétique dans la durée »le premier ministre a rappelé l’ambition de se passer du gaz et du pétrole russe en 2027 et insisté sur l’impératif de sécuriser l’approvisionnement de la France en gaz pour l’hiver prochain.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés L’Union européenne veut s’ouvrir l’accès aux marchés publics étrangers

A cette fin, le gouvernement va subventionner les entreprises pour les aider à moins dépendre de certaines matières premières critiques venant de Russie comme le titane, le palladium ou encore le néon, a annoncé Bruno Le Maire. « Nous allons […] lancer un appel à projets pour subventionner, jusqu’à la fin de l’année, à hauteur de 15 % pour les grands groupes et 35 % pour les petites entreprises, les projets qui permettrontient de réduire la dépendance aux produits venus de Russie »at-il dit lors de la présentation du plan de résilience français.

Baisse du chauffage dans les bâtiments publics et aide aux changements de chaudière

La ministre de la transition écologique, Barbara Pompili, a, de son côté, annonce « un plan de sortie accélérée des hydrocarbures pour les bâtiments de l’Etat ». Les mairies, écoles et autres administrations et services publics français vont ainsi être incités à « baisser d’un degré » la température de leur chauffage intérieur, « afin d’économiser l’énergie et de réduire la facture ».

« Cette action s’accompagnera de la mise en place d’un fonds qui financera des travaux à impact rapide sur la réduction de la consommation de gaz et de fuel, en particulier des remplacements de chaudières fossiles par des solutions renouvelables », at-elle ajouté.

Les aides aux particuliers pour remplacer les chauffages individuels au fuel ou au gaz vont ainsi être relevées de 1 000 euros à partir du 15 avril, et les forfaits pour l’installation de chaudière au gaz seront arrêtés.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Rénovation énergétique : beaucoup de logements concernés mais peu de travaux

Le Monde

Leave a Comment