Qu’est-ce que l’alopécie, cette maladie dont souffre Jada Pinkett Smith ?

Qu'est-ce que l'alopécie, cette maladie dont souffre Jada Pinkett Smith ?
Written by admin

Le docteur Philippe Assouly explique à BFMTV.com en quoi consiste l’alopécie, terme général qui englobe de nombreuses causes responsables de la perte de cheveux ou de poils.

La plaisanterie de Chris Rock sur le crâne glabre de Jada Pinkett Smith, dimanche soir aux Oscars, n’aura pas révélé qu’un gifle mémorable de la part de Will Smith. Elle a aussi mis en lumière l’alopécie, maladie dont souffre l’actrice et dont le nom peu connu cache pourtant des symptômes très dangereux.

“Jada, je t’adore, j’ai hâte de voir GI Jane 2!”, a lancé l’humoriste alors qu’il se trouve sur la scène pour remettre un prix. Une référence à GI Jane, film de 1997 dans lequel Demi Moore campait une militaire au crâne rasé. Une plaisanterie que l’actrice a peu goûté, à en juger par le regard désabusé qu’elle lui a lancé, avant que Will Smith ne surgisse sur scène pour frapper son confrère en l’enjoignant à “garder le nom de (sa) femme en dehors de (sa) p***** de bouche”.

Selon la presse anglophone, la réaction furieuse du couple Smith vient du fait que la coiffure de Jada Pinkett Smith ne résulte pas d’un choix, mais d’une maladie. L’actrice révélée souffrant de graves chutes de cheveux en 2018 dans un épisode de son talk-show, Discussion de table rouge, diffusé sur Facebook Watch. Il y a quelques mois, elle a publié une vidéo sur Instagram dans laquelle elle dévoilait un crâne entièrement tondu :

“Au point où j’en suis, je ne peux qu’en rire”, déclare-t-elle. “Vous savez tous que je me bats contre l’alopécie.” Et d’ajouter en légende : “Cette alopécie et moi allons devenir amies… un point c’est tout !”

Un terme général

D’après le Larousse, l’alopécie est une “chute totale ou partielle des cheveux ou des poils dus à l’âge, à des facteurs génétiques ou faisant suite à une affection locale ou générale.” Une définition que complète le docteur Philippe Assouly, dermatologue au centre Sabouraud de l’hôpital Saint-Louis à Paris et membre d’honneur de l’association La Tresse, un organisme destiné aux femmes atteintes d’alopécie :

“L’alopécie est la constatation du fait qu’il y a eu eu destruction ou perte temporaire de cheveux ou de poils”, déclare-t-il auprès de BFMTV.com. “Une brûlure sur le crâne qui laisse une cicatrise, une chute de cheveux sur le sommet du crâne, un lupus qui donne lieu à une chute de cheveux, une maladie auto-immune comme une pelade : tout cela correspond à une alopécie.”

L'”alopécie” est donc un terme général qui englobe de nombreuses pathologies qui débouchent sur un manque de cheveux ou de poils. “C’est comme chercher à définir les maux de ventre”, comparer le spécialiste : “ça peut venir d’une mauvaise digestion comme d’un cancer de l’œsophage.” On fera par ailleurs la différence entre une alopécie non cicatricielle, potentiellement réversible, et une alopécie cicatricielle, qui a définitivement détruit les follicules pileux.

Pas de données chiffrées

En 2015, 13 % des Français déclaraient être atteints de calvitie – ou “alopécie androgénétique” – dans un sondage Ifop, et trois Français sur quatre déclaraient perdre leurs cheveux. Mais la définition très large de l’alopécie empêche d’établir des données chiffrées spécifiques.

Le docteur Assouly ajoute que certaines formes d’alopécies touchent particulièrement les femmes noires, en raison de “coiffures qui tirent beaucoup sur les cheveux” comme les “tresses ou les nattes”. On parle alors d'”alopécies de traction”. Mais l’alopécie, au sens large, touche toutes les tranches de la population : “Les pelades peuvent se déclarer chez les enfants, des gens jeunes entre 20 et 30 ans dont les golfs se creusent, des femmes qui arrêtent leur pilule et voient leur alopécie évaluée…”

Le spécialiste alerte, enfin, sur le danger des informations qui circulent sur le web : “C’est un sujet qui angoisse beaucoup les gens. Alors on va trouver des influenceuses qui racontent n’importe quoi, des entreprises de greffes de cheveux, des thérapies ruineuses… c’était l’objectif de Catherine Tormo en accordant l’association La Tresse : offrir des informations vérifiées et sans conflit d’intérêt. La première des choses à faire, c’est de consulter pour poser un diagnostic. “

Leave a Comment