You are currently viewing Petites et moyennes valeurs : les convictions de Portzamparc pour le second semestre – 27/07/2022 à 08:40

Petites et moyennes valeurs : les convictions de Portzamparc pour le second semestre – 27/07/2022 à 08:40


(Crédits photo : Unsplash – )

Début juillet, le bureau d’analyses présentait sa liste de condamnations pour la seconde partie de l’année. A ne pas confondre avec le “High Five”, la sélection de 5 valeurs réactualisées tous les mois, cette liste est mise à jour tous les semestres. L’occasion de voir les valeurs qui sur su convainquent Portzamparc de leur potentiel sur le moyen terme. Revue de détail.

Portzamparc commence la présentation de cette liste par un constat implacable : la période reste compliquée pour la classe d’actifs que constituent les petites et moyennes valeurs. Dans un contexte de fortes incertitudes, les investisseurs ont délaissé le secteur, ce qui se traduit notamment par une liquidité réduite depuis le printemps, “en particulier sur le CAC Small” explique le bureau d’analyses.

Portzamparc en profite pour faire un bilan des introductions au premier semestre. Sans surprise, les opérations ont été moins nombreuses que l’année précédente mais une dizaine de sociétés sont entrées sur le marché (Icape, Lhyfe, Smaio etc.) avec, pour le moment, des performances plutôt mitigées.

Les convictions de Portzamparc au S1 ont bien résisté

Au premier semestre, la liste de condamnations du bureau d’études a mieux résisté que le CAC Mid&Small ne reculant que de 9,7% quand l’indice cédait, lui 14,7% (données arrêtées au 6 juillet). Dans cette liste, on retrouvait, par ordre décroissant de performance : Groupe Gorgé (+31,2%), GTT, Eramet, Clasquin, Spie, SII, Lisi, Fountaine Pajot, Dontnod, Kalray et Metabolic Explorer (-50,4% ).

Pour le deuxième semestre, Portzamparc a décidé de renouveler une partie de ces joueurs : il conserve Eramet, Lisi, Fountaine Pajot et Kalray et décide d’y ajouter Esker, Carmat, Ipsos et Lumibird.

Concernant ces nouvelles recrues, Porzamparc est à l’achat sur Esker avec un objectif de cours de 191 euros. Il estime que les fondamentaux de l’éditeur de logiciels restent solides et que la valorisation actuelle offre enfin un point d’entrée alors que le cours a été divisé par trois depuis les plus-hauts.

Concernant Carmat, l’objectif de cours est à 31,70 euros alors que le besoin médical reste très important (150.000 coeurs par an en Europe et aux Etats-Unis) pour la prothèse de coeur intégrale développée par la medtech. Portzamparc pointe un “excellent retour des cliniciens sur les premières ventes”. Attention toutefois, la reprise des implantations au quatrième trimestre est conditionnée à un feu vert des organismes certificateurs alors que la qualité de production de la prothèse reste le plus gros défi à maîtriser pour le groupe.

Lumibird peu sensible au contexte actuel

L’objectif de cours visé pour Ipsos est de 60,80 euros. Le plan stratégique 2022-2025 est réalisé avec une accélération attendue de la croissance organique et une hausse structurelle des marges (une marge opérationnelle supérieure à 13 % est attendue en 2025) du spécialiste de l’étude par enquête. Portzamparc voit de nombreux relais de croissance tant sur le plan géographique (Etats-Unis) que sectoriel (TMT, santé, secteur public). Attention quand même au contexte d’inflation salariale et au « possible ralentissement de la grande consommation dans un contexte économique dégradé.

A lire aussi / Lumibird, le laser (breton) à la française

Dernière entrée de cette liste de convictions : Lumibird. Le spécialiste du laser est peu pénalisé par le contexte actuel, il a d’ailleurs confirmé ses escomptes 2023 et sa valorisation est raisonnable. De quoi justifier un objectif de cours à 24 euros. Le bureau explique notamment que la valeur se traite 15,8 fois le ratio valeur d’entreprise / résultat opérationnel attendu 2022 (VE/Ebit), contre 18 fois en moyenne. Surtout, dans le secteur, NKT Photonics, moins louable, a été acheté à 30 fois son ratio VE/Ebit par le japonais Hammmatsu.

Comment va se comporter cette liste pour le second semestre ? L’avenir le dira, Portzamparc fera en tout cas le point en décembre prochain.

Laurent Grassin (rédaction@boursorama.fr)

.

Leave a Reply