Perturbateurs endocriniens, substances cancérogènes ou mutagènes… trop de pesticides à risques dans nos fruits et légumes, selon UFC-Que Choisir

Perturbateurs endocriniens, substances cancérogènes ou mutagènes… trop de pesticides à risques dans nos fruits et légumes, selon UFC-Que Choisir
Written by admin

Plus de la moitié des fruits et légumes de l’agriculture conventionnelle en France seraient contaminés par des produits dangereux pour la santé, alertez l’UFC-Que Choisir.

Le constat est édifiant. Dans une étude rendue publique jeudi 24 mars, L’UFC-Que Choisir révèle que 51 % des fruits et légumes issus de l’agriculture intensive testés sont contaminés par des pesticides à risque.

L’association de consommateurs a passé au crible les résultats des analyses officielles de résidus de pesticides effectuées par les autorités françaises en 2019 sur 14 000 échantillons de produits végétaux bio et conventionnels.

Sur l’ensemble des pesticides détectés, l’association a relevé la présence de “pas moins de 150 substances suspectées d’être cancérogènes, mutagènes, toxiques pour les fonctions reproductrices ou perturbateurs endocriniens”.

A lire aussi :
Pesticides : le cancer de la prostate reconnu maladie professionnelle

Les cerises et le céleri les plus contaminés

Pour les fruits et légumes issus de l’agriculture intensive, un pesticide à risque a été retrouvé dans 51 % des contrôles et au moins deux dans 30 % des contrôles. Parmi les fruits les plus contaminés, on retrouve les cerises en tête avec 92 % des échantillons contaminés. Les contrôles ont révélé notamment la présence de phosmet, un insecticide suspecté par l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (Aesa) d’être toxique pour la fonction reproductrice, dans 47% des échantillons.

A lire aussi :
Covid : Pesticides, gel hydroalcoolique, nicotine… Ces substances plus fréquemment retrouvées dans le placenta des femmes enceintes depuis le début de la pandémie

Viennent ensuite les pamplemousses (90,6%), les pêches/nectarines (89,7%), les pommes (80%), les raisins (77%) ou encore les fraises (76%). Dans les pommes, “on détecte fréquemment du fludioxonil (48 % des échantillons), un fongicide suspecté d’être un perturbateur endocrinien”, précise l’UFC-Que Choisir.

Parmi les légumes les plus contaminés, le céleri arrive en tête avec 91,2% des échantillons contaminés. Suivent les choux de Bruxelles (84,6%), les haricots verts (73,6%), le céleri-rave (72,9%) et le fenouil (63,6%).

Le bio épargné

À l’inverse, les aliments bio sont beaucoup moins impactésnotamment en raison de l’interdiction des pesticides de synthèse pour ce mode de production”rappelle l’association de consommateurs.

Par rapport à leurs équivalents de l’agriculture intensive, on relève six fois moins d’échantillons de tomates bio contaminées par des pesticides à risques, sept fois moins pour les haricots verts bio et huit fois moins pour les pommes. Et “dans les rares cas, où le bio est contaminé, les teneurs relevées en pesticides à risque sont beaucoup plus faibles qu’en conventionnel”précise l’UFC-Que Choisir.

A lire aussi :
Avec “Goliath”, les halls et les pesticides s’invitent dans les salles obscures

A lire aussi :
Occitanie : 27 pesticides décelés dans l’air respiré en région

Leave a Comment