pari réussi pour l’AS Monaco !

pari réussi pour l'AS Monaco !
Written by admin

« Avez-vous déjà vu une équipe débutante atteindre les playoffs », nous interrogeait Oleksiy Yefimov, dans un sourire, le 26 décembre dernier à Marseille. À l’époque, alors que la moitié du chemin avait déjà été parcourue en EuroLeague et que l’AS Monaco pointait à la 13e place du classement avec six maigres victoires au compteur, personne n’aurait pu prédire le dénouement de ce vendredi 1er avril 2022. Si ce n’est peut-être le directeur sportif ukrainien… « Je suis encore persuadé que quelques matchs à peine suffiraient pour changer de dynamique », disait-il. « C’est l’une des raisons qui nous ont fait dire qu’il y avait besoin de changer d’entraîneur. Il est encore trop tôt pour baisser les bras en EuroLeague. Les deux prochains matchs peuvent tout changer. »

Une réussite labellisée Sasa Obradovic

Trois mois plus tard, la prophétie s’est réalisée. À la faveur de la victoire de l’Anadolu Efes Istanbul sur l’ALBA Berlin (87-77), l’AS Monaco a sécurisé sa place dans les huit premiers. Ce qui lui assure non seulement un billet pour les playoffs, mais aussi un renouvellement de son bail en EuroLeague pour la saison prochaine ! Soit, outre le titre de champion de France, la réalisation du plus gros objectif de l’année pour le club du Rocher, qui avait massivement investi pour imaginer à ses fins (6,7 millions de masse salariale, avant même la signature de Dwayne Bacon). « Atteindre les playoffs est crucial », admettait Yefimov en décembre, en vue de la reconduction de l’engagement de Monaco en EuroLeague. « Bien sûr que c’est extrêmement important. Une fois que vous avez goûté à l’EuroLeague, une fois que vous avez vu à quel point c’est une compétition géniale, vous ne voulez pas revenir en arrière… » Et pourtant, les circonstances n’ont pas aidé le club du président Fedoricsev à valider une telle réussite. Actuelle 7e du classement, la Roca Team serait même 5e sans l’exclusion des clubs russes !


Sasa Obradovic “a sauvé la saison” monégasque dixit Mike James
(photo : Sébastien Grasset)

Personne ne pourra jamais à Zvezdan Mitrovic les honneurs qu’il mérite, notamment celui d’avoir installé l’ASM parmi le gratin du panier continental en rapportant l’EuroCup l’année dernière, mais cet accomplissement porte la marque d’un homme : celle de Sasa Obradovic. Revenu mi-décembre sur les bords de la Méditerranée, le technicien belgradois pourrait prétendre au trophée d’entraîneur de l’année en EuroLeague tant qu’il a retourné la saison monégasque. Avant son arrivée, la Roca Team ressemblait à un assemblage d’individualités, sans alchimie, incapable de défendre (un seul déplacement en dessous de la barre des 80 points encaissés lors de la phase aller). La seconde mi-temps de jeudi à Milan est l’une des preuves les plus éclatantes de son impact dans ce domaine : seulement 26 points encaissés. Dès son arrivée, l’ancien entraîneur de l’Étoile Rouge avait identifié les principaux maux du vestiaire de la Principauté : une ambiance peu réjouissante, l’absence d’un fort collectif. Alors il s’est attaché à créer un esprit d’équipe et cela a si bien marché que Monaco reste sur une série de 12 victoires en 15 rencontres ! « L’approche de Sasa, comment il gère l’équipe, les choses qu’il a changées ont sauvé notre saison », disait Mike James dès la fin janvier à L’Équipe. « Cette nouvelle énergie a modifié notre dynamique. On joue plus sur nos points forts, j’ai plus la balle à la mène, on nourrit Donatas Motiejunas au poste bas, Dwayne Bacon reçoit la balle aux spots qu’il aime… La philosophie, la passion et l’envie de gagner de Sasa sont contagieuses. Notre ancien entraîneur était par moments trop… passif, il ne prêtait pas la même attention aux détails. Au début, Sasa pouvait être agaçant, comme un patron qui te répète la même chose mille fois jusqu’à ce que tu l’exécutes exactement comme il veut. C’est usant, mais quand tu sens sa volonté de vaincre, et que tu vois le résultat, tu ne peux qu’essayer et le suivre. Il nous a beaucoup aidés. »

Et maintenant, objectif Final Four ?

Et si la saison européenne de l’AS Monaco est déjà une réussite, la Roca Team peut légitimement viser plus haut. Meilleure attaque de la compétition, sur une dynamique exceptionnelle, dotée de certaines des meilleures individualités du continent (Mike James, Dwayne Bacon…), l’équipe de la Principauté a de quoi effrayer n’importe quel adversaire potentiel en playoffs : le FC Barcelone, le Real Madrid, l’Olympiakos ou Milan. Il n’y a qu’à se rappeler la démonstration contre l’équipe du Pirée la semaine dernière (92-72), la victoire arrachée en Lombardie jeudi (72-64) ou observer à quel point le Real est en perte de vitesse pour s’en convaincre. Premier club français en playoffs depuis 2001, l’AS Monaco n’ira certainement pas en quart de finale la fleur au fusil, pour y faire de la figuration. Alors une équipe française de retour au Final Four pour la première fois depuis l’ASVEL 1997 ? Désormais, on ne parierait pas contre…

Leave a Comment