“Nul”, “minable”, Alexandre Astier critique vivement l’Education Nationale

"Nul", "minable", Alexandre Astier critique vivement l'Education Nationale
Written by admin

Depuis maintenant plus de deux décennies, Alexandre Astier passionne. Kaamelott, Astérix : Le Domaine des dieux, L’Exoconférence, des oeuvres qui ont permis à cet artiste talentueux de briller dans bien des domaines. Et alors qu’Astier dévoilait récemment la date de tournage et la durée de Kaamelott : Deuxième Volet (partie 1), l’acteur et réalisateur s’attardait également lors d’une interview sur l’éducation scolaire de ses enfants, en profitant de ce moment pour critiquer vivement l’Education Nationale.

une histoire de famille

Habitué des plateaux télévisés, Alexandre Astier était retrouvé sur celui de l’émission En aparté pour le compte de Canal+, le 25 mars dernier. L’occasion pour l’acteur et réalisateur de revenir sur le premier volet de Kaamelottson succès, des anecdotes de tournage et surtout, la suite, que les fans de cet univers né au début des années 2000 attendent avec impatience. Questionné sur de nombreux sujets sur le plateau de l’émission de Canal+, Astier s’est également attardé sur un sujet personnel : ses enfants.

Père de 7 enfants (Jeanne, Ariane, Neil, Ethan, James et Aaron, et Isaac, son petit dernier-né de sa relation avec Luna Karys), Astier cherche à passer un maximum de temps aux côtés de sa petite tribu. Pour parvenir à les voir un maximum, même en période de tournage, ses enfants sont invités à l’accompagner sur les plateaux de tournage. Après des rôles plutôt minimes dans la série Kaamelottplusieurs de ses enfants ont pu apprécier des rôles plus importants dans Kaamelott : Premier Volet. Ariane et Jeanne Astier ont de nouveau partagé leurs traits à ceux de Mehben et Mehgan, les filles de Karadoc et Mevanwi, quand Neil Astier, déjà l’interprète d’un Arthur enfant dans les livres IV et V, était ici présent dans des séquences de flash-back où son personnage, adolescent, intégrait la légion romaine.

quand les critiques fusent

Un stratagème qui permet ainsi à Alexandre Astier de passer du temps à côté de ses enfants, tout en leur partageant sa passion pour la réalisation et l’acting. Et sur le plateau de l’émission de En aparté, l’acteur a été interrogé sur leur éducation. Ayant connu l’ennui à l’école en son temps, Astier souhaite offrir une éducation passionnante à ses enfants, quitte à esquiver le système traditionnel mis en place par l’Education Nationale :

“Dès qu’ils en ont plein le dos, je les enlève. Je leur paie des cours à la maison ou ils font une école un peu parallèle comme ils veulent. Je suis réglo, attention. J’ai eu des inspections de l’académie, qui n’a jamais rien trouvé à redire d’ailleurs. Tout Va Bien.

Dès que je sens qu’il y a un truc, où apprendre ça devient un truc, où ils ne pigent plus pourquoi en plus ils font les choses. Le premier jour de CP [de Jeanne]le matin je l’emmène et je lui dis : ‘Tu vas apprendre à lire quand même, c’est cool ! Tu vas pouvoir lire des trucs’. Le soir, elle revient. Elle dit : ‘Papa, il faut que je fasse mes devoirs, sinon je vais me faire gronder’. C’est nul ! C’est lamentable. C’est minable. Min-capable”, un scandé Alexandre Astier.

Des critiques qui ne datent pas d’hier. A plusieurs reprises déjà, Astier avait souligné “l’absurdité” du système actuel. Dans son idée, Alexandre Astier ne vis pas les professeurs, mais un système éducatif considéré comme trop rigide et trop focalisé sur l’évaluation des savoirs jugés nécessaires.

Leave a Comment