Moustique tigre : l’Occitanie en alerte rouge, mais faut-il vraiment s’inquiéter du risque de maladies tropicales ?

Moustique tigre : l'Occitanie en alerte rouge, mais faut-il vraiment s'inquiéter du risque de maladies tropicales ?
Written by admin

Face à la prolifération du moustique tigre, les départements d”Occitanie sont dans le rouge, tout comme beaucoup d’autres départements de France Métropolitaine. Mais que signifie réellement cette alerte et que disent les chiffres des années précédentes sur le nombre de contamination à la Dengue, au chikungunya au Zika ?

Vous l’avez certainement remarqué, le moustique tigre a fait son grand retour en Occitanie. La petite bête aux immenses pouvoirs de nuisance s’est installée sur le littoral, et bien au-delà. Elle a progressivement colonisé tout le territoire français. Résultat, 67 départements sont aujourd’hui placés en vigilance rouge par les services sanitaires.

Face à la prolifération du moustique tigre, l’Occitanie est dans le rouge, tout comme 66 autres départements de France Métropolitaine.
Vigilancemoustiques.fr

La carte disponible sur le site vigilance-moustiques.com montre que les départements du sud sont concernés. L’ensemble des départements de la région Occitanie se sont colorés en rouge, mais la zone de diffusion du moustique tigre remonte bien plus au nord. L’insecte est désormais bien installé sous une ligne qui va de la Loire-Atlantique à la Haute-Saône, mais qui englobe aussi l’Île-de-France.

Vigilancemoustiques.com, qu’est-ce que c’est ?

Créé en 2013, Vigilance Moustiques se présente comme un “site d’information indépendant des organismes publics”. Depuis sa création, il est momentanément lié à une marque de produits anti-moustiques, et ses analyses sont parfois remises en cause par les acteurs publics de la lutte contre les moustiques. De son côté, le site assure respecter « scrupuleusement une déontologie exigeante ».

Que signifie cette alerte rouge ?

Alors faut-il vraiment s’inquiéter de cette alerte rouge et que signifie-t-elle précisément ? Ce qui inquiète les autorités sanitaires, et notamment les Agences régionales de santé (ARS), c’est que ce moustique tigre – qui est originaire de l’Asie du Sud-Est et n’est arrivé en France qu’en 2004 -peut transmettre des maladies, dont la dengue, le chikungunya ou le Zika.

#Communiqué ud83duddde | Chikungunya, dengue, zika ud83dudc49 le moustique tigre sous surveillance pendant sa période d’activité en métropole de mai à novembre u2935

— Ministère des Solidarités et de la Santé ud83cuddebud83cuddf7 ud83cuddeaud83cuddfa (@Sante_Gouv) 3 mai 2022

“En soi, le rouge ne veut pas dire une alerte importante, indique Isabelle Esteve-Moussion, coordinatrice de la lutte antivectorielle de l’ARS d’Occitanie, au micro de Sud Radio. Cela signifie simplement que dans le département, ces maladies peuvent être transmises dans certaines communes du fait de la présence de cette moustique. S’il n’est pas présent, ces maladies ne sont pas transmises.”

Que disent les chiffres des contaminations ?

Chaque année, les Agences régionales de santé attachent une attention particulière à la surveillance de la dengue, du chikungunya et du Zika. Des données importantes de manière extrêmement précise, dont une partie est disponible sur le site santépubliquefrance.

Du 1er mai au 10 décembre 2021, 165 cas de dengue et 3 cas de chikungunya ont été confirmés en France métropolitaine. Aucun cas de Zika n’a été répertorié. Mais attention, la quasi-totalité des malades ont contracté le virus lors d’un déplacement extérieur (24 au total en Occitanie).

Dans le détail, seuls deux cas de dengue autochtones révélés dans les données de Santé Publique France. Il s’agit d’un malade infecté en juillet dans le département du Var et d’un autre infecté à Montpellier, dans l’Hérault, en novembre.

Leave a Comment