meilleur que le Tesla Model Y ?

meilleur que le Tesla Model Y ?
Written by admin

Commercialisé cet été, l’Enyaq Coupé RS de Skoda est plus à voir comme un véhicule familial que comme un modèle sportif. Nous vous expliquons pourquoi.

La gamme des Skoda Enyaq Coupé iV comptera prochainement 4 modèles : Propulsion 60 et 80 respectivement équipés d’une batterie de 58 et 77 kWh de capacité énergétique utile, qui s’ajouteront les 80x et le RS (Rallye Sport) que nous venons d’ essayer. Ces 2 derniers récupèrent le pack lithium-ion supérieur et bénéficient de la motricité intégrale. Principale différence : un package sport qui ajoute du dynamisme au Skoda Enyaq Coupé iV.

Ainsi améliore, et avec une empreinte au sol de 4,65 x 1,88 m, le grand SUV électrique RS tutoie les Volkswagen ID.4 (4,58 x 1,85 m) et ID.5 (4,60 x 1 ,85 m) dans leur présentation GTX, mais aussi le Tesla Model Y plus volumineux (4,75 x 1,92 m). Tous ces véhicules diffèrent d’une hauteur similaire comprennent entre 1,60 et 1,62 m.

Même motorisation que les ID.4 et ID.5 GTX de Volkswagen

De série, l’Enyaq Coupé RS reçoit un toit panoramique en verre, des phares Matrix Full Led, des logos spécifiques, des boucliers plus travaillés et des jantes de 20 pouces. L’exemplaire à notre disposition reposait cependant sur des roues optionnelles de 21 pouces montées avec des pneus Bridgestone. Il arborait une calandre rétroéclairée Crystal Face.

Pour animer l’engin, une architecture commune aux GTX de Volkswagen, composée d’un moteur à induction à l’avant et d’un autre à aimants permanents chargés du train arrière. L’ensemble présente une puissance cumulée de 220 kW (300 ch) pour 460 Nm de couple maximal. À comparer aux 258 kW (351 ch) et 527 Nm de la Tesla Model Y à grande autonomie.

Peu de volume perdu pour le coffre

Autre signe distinctif du Coupé RS par rapport au modèle classique : le hayon électrique spécifique plongeant doté d’un petit becquet intégré. Cette cinquième porte ouvre sur un coffre tout juste amputé de 15 litres : 570 contre 585 l.

Une fois les 2 parties de la banquette rabattues en utilisant les poignées latérales, le volume passerait sans doute aux alentours de 1 700 l. Le plancher alors révélé est presque plat. Le double fond assez profond permet de ranger à peine plus que les câbles de recharge.

Ne cherchez pas à l’avant un espace supplémentaire de rangement : tout comme sur les Volkswagen GTX, il n’y en a pas. Contrairement au Tesla Model Y qui offre jusqu’à 2 158 litres de capacité exploitable.

Le confort des passagers

Le coupé ne prive pas les passagers assis à l’arrière d’un généreux espace à leur disposition. Et ce, aussi bien au niveau des jambes que de la tête. Un bac de rangement amovible peut libérer la place à un troisième occupant sur la banquette. À condition bien sûr d’escamoter le grand inconvénient central qui abrite 2 porte-gobelets.

Les personnes installées aux bénéficieront individuellement d’un pare-soleil, d’une poignée de maintien, d’une climatisation et du siège chauffant.

Face au conducteur, la présentation de la planche de bord est similaire à celle qui équipe le Skoda Enyaq classique. Les matériaux rembourrés sont omniprésents à bord, y compris sur le haut des panneaux des portes et les amortisseurs. « C’est mieux fini qu’un Volkswagen GTX », apprécie Maxime Fontanier.

Le Coupé RS se caractérise par des inserts façon carbone et une sellerie spécifique avec surpiqûres. À l’avant, les sièges sont bien enveloppants. Cependant, ils apparaissent un peu fermes à l’usage, aussi bien au niveau des assises que des dossiers.

Le point de vue du conducteur

En plus de disposer d’un chargeur par induction pour smartphones et d’une prise USB-C, les occupants à l’avant sont entourés de nombreux espaces de rangement, dont une boîte à gants relativement profonde.

Au milieu de la planche de bord, une tablette tactile de 13 pouces compatible avec Apple CarPlay et Android Auto. Elle est parfaitement adaptée à l’affichage du système multimédia. Cependant, elle hérite des bogues de fonctionnement de la suite de logiciels que Volkswagen peine vraiment à fiabiliser en dépit des mises régulières à jour à distance.

Derrière le volant, un écran 5,3 pouces récupère de façon très lisible les informations de conduite indispensables, tels la vitesse instantanée, le niveau d’énergie, l’autonomie estimée restante, le rappel du GPS et les dispositifs d’aide à la conduite.

Premiers tours de roue

La prise en main montre un Skoda Enyaq Coupé RS doux au niveau des suspensions, et de la direction doté d’un diamètre de braquage de 11,6 m. Identique à celui des ID.4 et ID.5 GTX de Volkswagen, ce dernier est meilleur que les 12,1 m affichés par le Model Y mais plus imposant.

Le moteur de la marque tchèque est en revanche mieux conçu pour régler la puissance de la décélération régénérative. En plus du mode B (break), elle s’appuie sur un jeu de palettes derrière le volant. À faible allure, et sur chaussée dégradée, les passagers apprécieront le travail de la suspension. Peut-être un peu moins les bruits qu’elle fait remonter à bord, en particulier du fait des grandes jantes qui équipent le modèle à notre disposition.

À noter que ce dernier bénéficie des suspensions pilotées DCC (Dynamic Chassis Control) qui rendent plus souple le châssis par rapport à la configuration Sport d’origine. « C’est beaucoup plus confortable qu’un Tesla Model Y ou qu’un Kia EV6 », compare notre essayeur.

Routes sinueuses

Les 2 255 kg du Skoda Enyaq Coupé RS, soit presque 300 kg de plus qu’un Tesla Model Y, se font sentir dans les virages. L’engin se montre bien souple sur ses appuis, même en mode de conduite Sport. Les freins n’invitent pas non plus vraiment à une conduite des plus dynamiques.

« C’est mou en début de course, on sent que c’est lourd au niveau du train avant, avec une tendance au sous-virage », estime Maxime Fontanier. Il modère cependant positivement son appréciation : « On n’est pas trop balloté, la suspension filtre bien les chocs et la voiture ne prend pas trop de roulis ». Ce qui rend finalement ce SUV électrique très adapté à un usage familial.

Sur l’autoroute

Si vous pourriez réellement secouer l’Enyaq Coupé RS, vous pourrez mieux abattre le 0 à 100 km/h en 6,5 secondes. Une performance en retrait par rapport au Tesla Model Y (5,1 s pour la Grande Autonomie, et 3,7 s avec la Performance) ou au Kia EV6 à 4 roues motrices (5,2 s). Même le Volkswagen ID.4 GTX fait un peu mieux avec 6,2 s.

Est-ce vraiment un problème pour la clientèle ciblée par cette voiture qui se veut un peu plus cocooning que les autres ? S’insérer sur une autoroute s’effectuera de toute façon sans problème, y compris en Allemagne. D’ailleurs, pour ces dernières, sachez que la vitesse de pointe de la version RS a été portée à 180 km/h, contre 160 km/h pour les 60, 80 et 80x.

Avec le vitrage feuilleté dont disposait le modèle essayé, la voiture se montre très silencieuse, même à vive allure. Le régulateur de vitesse actif avec maintien à distance du véhicule qui précède, les capteurs d’angle mort et autres systèmes d’aide à la conduite en série sur ce modèle haut de gamme modifie l’évolution sur les voies rapides.

Consommation, autonomie

L’autonomie en cycle mixte WLTP de la version RS est ramenée à 478 km, contre 545 pour le modèle 80 à propulsion. Sur une distance de près de 500 km, nous avons obtenu une consommation moyenne de 22,2 kWh. Soit un peu moins de 350 km de rayon d’action.

Sur autoroute, il vaudra mieux s’attendre à ne pouvoir parcourir que 300 km environ avec des conditions météorologiques favorables. En milieu urbain, les 400 km seront accessibles avec une conduite souple.

La pompe à chaleur est proposée en option à 1 200 euros. Toutefois, la dépense n’est intéressante que pour ceux qui résident dans des zones où les températures sont régulièrement négatives. Dans ce cas, elle apporte une aide non négligeable pour éviter à l’autonomie de trop tomber en hiver.

Recharger

Quoi qu’il en soit, 300 kilomètres pour voyager en famille sur autoroute sont satisfaisants. L’arrêt qui s’impose toutes les 2 heures, selon un refrain bien connu, permettra de régénérer les batteries, avec une puissance qui pourrait sur le papier grimper jusqu’à 135 kW.

Ça paraît sans doute peu par rapport à la concurrence, mais n’oublions pas que les valeurs qui présentent les 200 kW ne sont pas très connues. Et même parfois très rarement, voire jamais, comme nous le confirmons régulièrement nos lecteurs.

Un chargeur 11 kW monté de série permettra de profiter de façon raisonnable des bornes 22 kW AC qui fleurissent en voirie.

Tarifs

Les tarifs du Skoda Enyaq Coupé iV RS n’étaient pas précisément connus lors de l’essai ni au moment de l’écriture du présent article. Comme l’indique Maxime Fontanier, « ils devaient osciller entre 57 000 et 60 000 euros ».

Pour comparaison, le Model Y est proposé ce jour à partir de 62 990 euros sur le site de Tesla (3 000 euros de plus qu’en début de semaine). Le SUV américain est cependant plus spacieux, offre de meilleures performances et une autonomie plus importante. Il est cependant moins confortable que la voiture de la marque tchèque, et ne profite pas d’un réseau de concessionnaires aussi développé.

La date initiale de commercialisation risque bien d’être signalée de juin à septembre du fait de la crise des semi-conducteurs.


Leave a Comment