You are currently viewing Les taux annoncés par la Banque de France vont peser lourd sur le pouvoir d’achat immobilier

Les taux annoncés par la Banque de France vont peser lourd sur le pouvoir d’achat immobilier

Pour François Villeroy de Galhau, les taux des crédits immobiliers vont revenir dans une fourchette allant de 2 à 3 %. Ainsi, pour emprunter 600.000 euros sur 20 ans, il faudra débourser 100.000 euros de plus qu’aujourd’hui.

Pour endiguer l’inflation, la Banque centrale européenne va commencer dès le mois de juillet à augmenter ses taux. Et ce changement de politique monétaire va avoir une conséquence très concrète pour les Français qui empruntent de l’argent. Invité ce matin de Good Morning Business, le gouverneur de la banque de France a tenu à prévenir tous ceux qui ont des projets d’achat immobilier.

“On va revenir à des taux plus normaux. Tout le monde l’a un peu oublié mais normalement, le crédit immobilier est plutôt de l’ordre de 2 à 3%” estime François Villeroy de Galhau. Un niveau que la France n’avait plus connu depuis 2014.

Ce “retour à la normale” va avoir un impact financier pour les ménages qui veulent acheter une maison ou un appartement. Prenons l’exemple d’un couple dont les revenus cumulés atteignent 3600 euros. S’ils ne sont pas déjà endettés, leurs mensualités peuvent, au maximum, atteindre 1260 euros. Dans le meilleur des cas, leur banque est donc en mesure, aujourd’hui, de leur accorder un crédit sur 20 ans au taux de 1,5%, leur permettant d’emprunter 246.000 euros.

Une capacité d’emprunt réduite de 12%

Mais si, comme l’annonce le gouverneur de la banque de France, pour ce même crédit, le taux passe à 3 %, leur capacité d’emprunt sera inférieure. Toujours pour la même mensualité -1260 euros-, ils doivent se contenter de 216.000 euros, soit 12% de moins qu’aujourd’hui.

Et en toute logique, plus le montant à emprunter augmente plus l’effet de ce doublement annoncé des taux se fait sentir. Ainsi pour un crédit de 600.000 euros, toujours sur 20 ans et avec un taux à 1,5%, la mensualité s’élève à 3070 euros. Pour rembourser sa banque, l’emprunteur va donc lui reverser la somme totale (assurance comprend) de 736.865 euros (soit 136.865 euros de coût du crédit). Alors qu’avec un taux à 3%, la mensualité passera à 3503 euros, et le coût du crédit à plus de 240.000 euros, soit 100.000 euros de plus.

Profiter des taux actuels ou attendre l’inéluctable baisse des prix ?

A travers ces deux exemples, on mesure mieux l’effet de cette hausse annoncée du taux d’emprunt sur le pouvoir d’achat immobilier des Français. Et par voie de conséquence son possible impact sur les prix. Pour le moment, le léger renchérissement du crédit, n’a pas poussé les acquéreurs à revoir leurs ambitions à la baisse. Mais, avec cette hausse clairement annoncée par la Banque de France, le retournement du marché apparaît inéluctable.

Reste une question : faut-il profiter au plus vite des taux actuels, dont l’écart avec le niveau de l’inflation est historique ou bien attendre que les prix baissent, voire plongent ?

Leave a Reply