Les pays baltes arrêtent d’importer du gaz russe

Les pays baltes arrêtent d'importer du gaz russe
Written by admin

Alors que l’Union européenne se démène pour s’affranchir du gaz russe qui représente 40 % de ses importations, les pays baltes (Lettonie, l’Estonie et la Lituanie) ont mis fin le 1er avril à leurs importations de gaz naturel en provenance de Russie. Un défi de taille. Selon Eurostat, en 2020, la Russie représente 93% des importations estoniennes de gaz naturel, 100% des importations lettones et 41,8% des importations lituaniennes.

“Il y a des années, mon pays a pris des décisions qui nous permettent aujourd’hui de rompre sans peine les liens énergétiques avec l’agresseur”, a expliqué samedi à la radio lettone Uldis Bariss, PDG de l’entreprise de stockage lettone Conexus Grille Baltique.

Les États baltes sont désormais alimentés en gaz par des réserves de gaz étendues sous terre en Lettonie. “Si nous pouvons le faire, le reste de l’Europe peut le faire aussi !”, a ajouté Uldis Bariss.

Sur Twitter, le président lituanien Gitanas Nauseda a également appelé le reste de l’Union européenne à suivre l’exemple des pays baltes : “A partir de ce mois-ci, plus de gaz russe en Lituanie”, at-il déclaré.

Gaz russe : pourquoi l’Europe est piégée

La ministre allemande de la Défense veut un débat sur une interdiction des importations de gaz russe

Contrairement aux Etats-Unis, moins dépendants du gaz russe, l’UE n’a pas déclaré d’embargo sur les hydrocarbures russes. Mais la pression monte à la suite de l’annonce jeudi par Moscou d’obliger les acheteurs de pays “inamicaux” à payer le gaz russe en roubles depuis les comptes en Russie mais aussi la volonté de Bruxelles et du Royaume-Uni d’imposer de nouvelles sanctions à la Russie après les massacres de civils à Boutcha.

Selon le chancelier allemand Olaf Scholz, les alliés s’accorderont dans les prochains jours sur de nouvelles sanctions. LLe président russe, Vladimir “Poutine et ses soutiens doivent éprouver les conséquences” de leurs actes à-il déclarés dans une déclaration à la presse à la chancellerie.

“Et nous continuerons de fournir des armes à l’Ukraine afin que le pays puisse se défendre lui-même

La ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, a déclaré dimanche que l’Union européenne devait débattre d’une interdiction de l’importation de gaz russe.

“Il faut qu’il y ait une réponse. De tels crimes ne peuvent pas rester sans réponse”, a déclaré Christine Lambrecht sur la chaîne de télévision publique allemande ARD.

Berlin avait jusqu’à présent rejeté les appels en faveur d’un embargo total sur les importations de gaz, de pétrole et de charbon en provenance de Russie en expliquant que son économie, comme celle d’autres pays européens, était trop dépendante de cette source d’énergie.

Mais dimanche, Christine Lambrecht a déclaré que les États membres de l’UE devraient désormais discuter d’une telle interdiction, selon un message publié par son ministère sur Twitter.

Sa collègue des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, avait appelé dimanche à durcir les sanctions visant Moscou, sans toutefois évoquer le secteur de l’énergie. “Les responsables de ces crimes de guerre doivent rendre des comptes. Nous allons durcir les sanctions contre la Russie et nous aiderons encore davantage l’Ukraine à se défendre elle-même”, a déclaré Annalena Baerbock sur Twitter.

L’UE travaille à de nouvelles sanctions depuis un certain temps déjà mais samedi, le commissaire à l’économie, Paolo Gentiloni, a déclaré que de nouvelles mesures ne concernaient pas le secteur de l’énergie.

Paiement du gaz russe en roubles ? En représailles, Bruxelles étudie de nouvelles sanctions contre la Russie