You are currently viewing les Français Romain Cannone et Ysaora Thibus champions du monde au Caire

les Français Romain Cannone et Ysaora Thibus champions du monde au Caire

La France vient de remporter deux médailles d’or, coup sur coup, aux Mondiaux d’escrime du Caire. La Française Ysaora Thibus a été sacrée championne du monde du fleuret, mardi 19 juillet. Quelques minutes plus tard, le Français Romain Cannone est devenu champion du monde de l’épée. Maxime Pianfetti, lui, était allé chercher la médaille d’argent au sabre lundi.

Un an après avoir conquis l’or à la surprise générale aux Jeux olympiques (JO) de Tokyo, Cannone est allé chercher le titre mondial grâce à sa victoire contre le Japonais Kazuyasu Minobe en finale, 15 touches à 12. Après avoir partagé sa joie avec les autres épéistes de la délégation française, le Français est monté sur la plus haute marche du podium, se parant de la médaille d’or et du némès égyptien, la coiffe des pharaons.

A 25 ans, le numéro 1 mondial de sa discipline confirme sa domination sur l’épée internationale. A deux ans des JO de Paris, il prouve aussi que son titre inattendu de Tokyo n’était pas le fruit d’un alignement de planètes providentiel, mais bien le signe d’une montée en puissance.

« J’ai digéré mon changement de statut, confiait-il le mois dernier. Je n’entre pas en compétition en me disant que je suis champion olympique et que, du coup, je mérite de gagner. Tout le monde peut battre tout le monde, surtout à l’épée. Il faut le garder à l’esprit. »

Lui qui n’avait jamais touché de l’épée un podium de Coupe du monde, dans une collectionné trois depuis son sacre au Japon. Son seul faux pas est survenu aux Championnats d’Europe, à Antalya, le mois dernier, où il avait été éliminé dès le premier tour. Au Caire, il a pris sa revanche sur son tombeur de l’Euro, le Belge Neisser Loyola, en l’écartant à la mort subite (15-14) en demi-finales, le match où le Français s’est fait le plus peur.

Après le bronze et l’argent, l’or pour Thibus

Quelques instants plus tôt, Ysaora Thibus avait montré l’exemple en finale du fleuret. Médaillée de bronze en 2017 et d’argent en 2018, Thibus a, cette fois, franchi la marche supplémentaire pour enfin décrocher l’or sur la scène mondiale. Après une frayeur à la cheville en quarts de finale, la fleurettiste de 30 ans à maîtrisé le numéro 4 mondiale, l’Italienne Arianna Errigo, 15 touches à 10 en finale.

La Guadeloupéenne rebondit ainsi de manière éclatante après sa déception, à l’été 2021, aux JO de Tokyo, lorsqu’elle avait été sortie dès le deuxième tour du tournoi individuel. Même la médaille d’argent décrochée par les équipes n’avait pas atténué sa détresse. Atteinte psychologiquement, elle avait mis quatre mois à reprendre l’entraînement, racontant le mois dernier à l’AFP :

« Je n’avais vraiment plus envie d’entendre parler d’escrime. J’étais épuisée psychologiquement après ces Jeux. J’ai pris la décision de mettre les choses en place pour continuer jusqu’aux JO de Paris et j’ai retrouvé l’envie de m’entraîner, le plaisir à l’entraînement. Pas tout le temps, mais globalement oui. »

Ysaora Thibus est la première fleurettiste française sacrée championne du monde depuis le titre de Marie-Chantal Demaille, en 1971. Les deux vainqueurs du jour ont apporté à la France ses deux premiers titres dans ces Mondiaux. Les Bleus comptent trois médailles au total après l’argent de Maxime Pianfetti au sabre lundi. Ils espèrent poursuivre dans ce bel élan, dès mercredi, lors des finales du sabre féminin et du fleuret masculin.

Lire aussi le récit : Article réservé à nos abonnés « Après les Jeux olympiques, j’étais vraiment déprimée » : en France, la protection de la santé mentale des sportifs à la traîne

Le Monde avec AFP

Leave a Reply