les explications de Gabriel Attal sur RMC

les explications de Gabriel Attal sur RMC
Written by admin

Gabriel Attal dans “Les Grandes Gueules” : ce qu’il faut retenir

“Il y a une mélenchonisation des LR”, tacle Gabriel Attal

Chez Les Républicains, certaines voix, Gérard Larcher le président du Sénat en tête, questionnent “la légitimité du gagnant” de la présidentielle en l’absence de campagne et de débat, alors qu’Emmanuel Macron, le président sortant, est donné vainqueur par tous les sondages.

Pour le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, les propos de Gérard Larcher sont “irresponsables”: “Il y a une ‘Mélanchonisation’ des LR, notamment de Gérard Larcher. On connu Mélenchon qui disait en 2017, ‘cette élection n’est pas légitime parce que je n’ai pas gagné’, maintenant sur les LR qui expliquent que l’élection à venir ne sera pas légitime parce qu’ils ne vont pas la gagner”, assure-t-il.

“Il fait du sous-Mélenchon quand il dit ça Gérard Larcher. Je ne trouve pas ça responsable de la part du président du Sénat”, ajoute Gabriel Attal.

Gabriel Attal sur RMC : “McKinsey, c’est probablement de l’optimisation fiscale”

“Il y a une enquête sur McKinsey (accusé de fraude fiscale, ndlr). C’est probablement de l’optimisation fiscale. La maison-mère, qui n’est pas en France, fait payer des frais de transfert tellement élevé qu’à la fin, l’entreprise peut dire qu’elle ne fait pas de bénéfice en France. Ce phénomène-là ne date pas d’aujourd’hui, ça fait des décennies qu’il est identifié. fin ? C’est Emmanuel Macron, qui s’est mobilisé au niveau international pour qu’il y ait une imposition minimale. “Union européenne. En attendant, on a créé en France une taxe sur les géants du numérique qui rapporte 400 millions d’euros par an. On a mis des amendes à des entreprises qui ne payaient pas les impôts qu’elles devaient. Je ne sais pas ce qu’il adviendra pour McKinsey. Il y a une enquête qui est en cours.”

Rebond épidémique de cas de Covid-19 : “On n’attend pas de cette vague BA2, un impact massif sur notre hôpital”, estime Gabriel Attal

“On a relevé la plupart des mesures, il restait le port du masque dans les transports, dans certains lieux, parce qu’on a toujours dit que le juge de paix, c’était la situation à l’hôpital. Ça fait plusieurs semaines maintenant que la situation s’est nettement améliorée à l’hôpital. Il y a un rebond épidémique effectivement parce qu’il y a le BA2, mais la situation à l’hôpital notamment en réanimation continue de s’améliorer, moins fortement, mais qui s’améliore quand même.

Aujourd’hui ce que vous dites les principales autorités scientifiques, c’est qu’on n’attend pas de cette vague BA2, un impact massif sur notre hôpital. On va suivre les choses de près, mais c’est ce que disent aujourd’hui des experts du Conseil scientifique. Donc on confirme la levée des restrictions. Je pense que les Français ont fait beaucoup d’efforts depuis deux ans, ils ont accepté des mesures parce que quand on les mettait en place, on disait qu’elles étaient impérieusement nécessaires pour protéger l’hôpital. Donc la contrepartie de ça, c’est que quand l’hôpital n’est pas submergé, on lève les mesures.

Infos d'alerte

McKinsey : “Pas un scandale d’Etat” pour Gabriel Attal

“Ce n’est pas un scandale d’Etat. Est-ce un scandale qu’on pourrait avoir recours à des cabinets de conseil ? Ce n’est pas un scandale. L’Etat n’est pas omniscient. Ça fait des décennies que c’est utilisé. Il faut les utiliser avec un cadre, que ce fait avec parcimonie. Il faut que ça vienne en plus des compétences de l’État. Le gouvernement a fixé l’objectif de baisser de 15 % les dépenses. Je crois qu’on a dépensé 40 fois moins que certains de nos voisins, comme le Royaume-Uni, en cabinets de conseil.”

“Je ne vais pas vous mentir et vous dire que tout a été parfaitement géré sur la crise sanitaire”

Gabriel Attal a défendu la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement, tout en concédant que tout n’a pas été parfait.

“Qu’au début on se retrouve avec cette crise que personne ne pouvait prévoir, qu’il y ait eu du tâtonnement au départ… Oui il y en a eu. Je ne vais pas vous mentir, je ne vais pas vous dire que tout a été parfaitement géré sur la crise sanitaire. La réponse est non.”

“On ne peut pas nous reprocher d’essayer et de tenter des choses nouvelles”

Gabriel Attal a répondu aux accusations d’une gestion du pouvoir très centralisée par le président de la République, de la façon “du monde d’avant”.

“Emmanuel Macron a montré dans ce quinquennat qu’il était prêt à innover dans la manière de construire les politiques publiques, comme pour le Grand Débat, la Convetion citoyenne pour le Climat… On ne peut pas nous reprocher d’essayer et de tente des choses nouvelles.”

Justice : “On a renforcé drastiquement les moyens”, défend Gabriel Attal

Gabriel Attal a défendu le bilan du gouvernement en terme de justice et a vanté l’augmentation de 33% du budget de 2017 à 2022 :

“Qui a parlé de clochardisation de notre système judiciaire en 2016 ? C’est l’ancien garde des sceaux à l’époque (Jean-Jacques Urvoas, ndlr). Et nous à partir de 2017, on a renforcé drastiquement les moyens. Le budget de la justice entre 2017 et 2022, c’est +33%. Il n’y a jamais eu une telle augmentation dans l’histoire de notre pays”, at-il assuré sur le plateau des “Grandes Gueules”.

Infos d'alerte

Des drapeaux en berne en Corse pour rendre hommage à Yvan Colonna : “C’est inapproprié”, juge Gabriel Attal

“C’est inapproprié. Chacun sait ce qui a conduit Yvan Colonna en prison, c’est le meurtre de sang-froid du préfet Erignac. Yvan Colonna a été tué dans des conditions absolument terribles, il faut faire la lumière sur ce qu’il s’est passé. Je peux entendre qu’il y ait une émotion chez ses proches bien évidemment, mais encore une fois, je pense que c’était un geste de la part de la collectivité de Corse qui était inapproprié.”

“La première fois qu’on a parlé de discussions institutionnelles sur la Corse et potentiellement d’aller jusqu’à l’autonomie, c’est en 2018. Donc ça date de bien avant cette affaire. Il peut y avoir des discussions avec des Les collectivités qui permettent de regarder comment on peut améliorer la répartition des compétences. Elles sont relancées à l’occasion de cette situation.

>> Gabriel Attal : “Un geste inapproprié”

Russie : “On demande aux entreprises françaises d’appliquer les sanctions”, assure Gabriel Attal

Plusieurs entreprises françaises ont décidé de quitter la Russie en pleine guerre en Ukraine. Certaines au contraire, continuent leur activité, suscitant l’ire de certaines politiques. Mais l’exécutif l’assure, tant qu’elles respectent les sanctions en place, elle peut continuer leur activité :

“Nous demandons aux entreprises françaises d’appliquer les sanctions, qui sont notamment de ne pas faire de nouveaux investissements en Russie. Certaines décident de quitter le pays, d’autres non, c’est leur choix”, assure Gabriel Attal.

“A chaque fois qu’on décide une sanction, on se demande si ça va rendre la guerre plus cher pour Poutine et le pousser à arrêter”, explique le porte-parole du gouvernement.

>> Gabriel Attal : “Notre objectif est de renchérir le coût de la guerre pour Vladimir Poutine”

Emmanuel Macron, un président de droite ? “Je suis à l’aise avec toutes les mesures qui permettent aux Français de travailler”, affirme Gabriel Attal

“Ça fait cinq ans que j’entends dire, Emmanuel Macron est un président de droite, c’est un gouvernement de droite. D’abord je ne suis pas sûr que ça passionne les Français, et puis qu’est-ce qu’ on voit à la fin de ce quinquennat? il est mesuré. Je ne pense pas que les gens se demandent si c’est de droite ou de gauche, ils se disent juste que c’est utile pour le pays.”

“Moi, je suis à l’aise avec toutes les mesures qui permettent au Français de travailler. Au début du quinquennat, en 2017, on a fait des réformes, notamment les ordonnances travail, on a baissé la fiscalité des entreprises. Et beaucoup nous ont dit que c’était des mesures de droite. Mais qu’est-ce qu’on voit à la fin ? C’est qu’on a créé 1,2 millions d’emplois en cinq ans. C’est deux fois plus que le quinquennat précédent et quatre fois plus que celui d’avant ».

Retraite à 65 ans : “Il faut travailler plus”

Gabriel Attal a porté des précisions sur la proposition du président sortant de reporter l’âge de la retraite à 65 ans :

“Dans la précédente réforme il y avait un âge pivot à 64 ans. Mais il ne vous aura pas échappé qu’entre temps il y a eu une crise importante. L’âge proposé dans le programme d’Emmanuel Macron est 65 ans car on sait qu’il y a un déficit prévu de notre système de retraites qui est colossal, et que donc il faut travailler plus. Mais ça ne veut pas dire que tout le mode va travailler plus de la même manière. Evidemment qu’on va tenir compte des carrières longues et de la pénibilité.”

RSA conditionné “à 15 à 20h d’activité”: Gabriel Attal précise la nature des activités

Emmanuel Macron veut conditionner le RSA à une activité de 15 à 20 heures par semaine : “Pourquoi veut-on faire une réforme ? Parce qu’on considère que le RSA aujourd’hui ne fonctionne pas. Il faut faire évaluer le dispositif”, défendu Gabriel Attal avant de préciser.

“On demandera donc aux bénéficiaires du RSA d’avoir 15 à 20 heures par semaine d’activité menant vers l’insertion dans l’emploi. Ensuite ça s’adaptera aux bénéficiaires en question. Ils n’ont pas les mêmes besoins. Cela sera en contrepartie de leur RSA”, assure-t-il.

Et le porte-parole du gouvernement précise de quelle nature pourrait être cette activité : “Cela peut-être des sessions de formation, des mises en situation professionnelle dans des entreprises ou des collectivités publiques pour être en contact avec une activité professionnelle. à un stage. Cela pourrait être des activités d’engagement au service de l’intérêt général”, assure Gabriel Attal.

Gabriel Attal face aux “Grandes Gueules”

Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, est l’invité des “Grandes Gueules” ce jeudi sur RMC et RMC Story, à partir de 10h. Il répondra aux questions d’Alain Marschall, Olivier Truchot, Joëlle Dago Serry (coach de vie), Léa Falco (étudiante) et Johnny Blanc (fromager).

>> Ecoutez RMC en direct

Gabriel Attal sur RMC
Gabriel Attal sur RMC © RMC

Leave a Comment