le SUV du renouveau électrique de la marque se la joue design et premium

Le SUV urbain #1 de Smart, mi-Allemand mi-Chinois.
Written by admin

On l’avait découvert au salon de Munich l’an passé sous la forme d’un concept car. On la retrouve aujourd’hui sous sa forme définitive sans pour autant que le design original soit tordu ou dénaturé. Tout y est, à l’extérieur comme à l’intérieur et la première impression que ce livre Smart #1 (qu’il convient d’appeler Hashtag One) est plutôt positif. La petite marque que l’on disait moribonde tente de renaître et de grandir avec un premier SUV tout électrique et, stylistiquement du moins, elle a réussi son premier examen de passage.

Un profil lisse, rehaussé par un toit flottant de couleur différenciée.

Évidemment, quelques éléments figurant sur le concept sont tombés au champ d’honneur de la rentabilité, comme les portes antagonistes ou les sièges individuels à l’arrière. Pour le reste, tout est là, notamment le fameux toit flottant (et vitré) d’une couleur différenciée de la carrosserie qui retombe sur le montant arrière et qui n’est pas sans évoquer les lignes d’une feu Opel Adam. Autre emprunt : l’avant a un air déjà aperçu sur les dernières productions coréennes, chez Kia et Hyundai.

Hormis ces facéties, les lignes générales sont ultra-sobres, en rupture totale avec le design torturé en anguleux actuel. La #1 est un galet très arrondi. Une volonté ne témoigne pas les poignées de portes escamotables.

Une console centrale flottante qui court entre la planche de bord et l'arrière des sièges passagers.
Une console centrale flottante qui court entre la planche de bord et l’arrière des sièges passagers.
Un coffre respectable de 411 l.
Un coffre respectable de 411 l.

À l’intérieur aussi, les grandes lignes du concept sont respectées. La console flottante, qui court entre les sièges avant, est toujours au programme, tout comme le grand écran central de 12,8 pouces qui trône sur la console. Les deux sièges arrière du concept sont devenus banquette coulissante et fractionnable 60/40 et les 5 passagers (qui se contenteront d’être 4 pour les grands trajets) pourraient profiter d’une sono de la marque américaine Beats avec ses 13 haut-parleurs.

Un écran de 12,8 pouces...
Un écran de 12,8 pouces…
... et des poignées de portes escamotables.
… et des poignées de portes escamotables.

Mais si ce Smart Hashtag One est un galet arrondi, ce n’est pas un petit caillou. La marque veut oublier son passé constellé de minicitadines avec ce SUV urbain long de 4,27 m, Il est certes un peu plus court qu’un Renault Captur ou qu’un Peugeot 2008, mais s’il joue dans la même catégorie dimensionnelle malgré tout, il n’est pas du même calibre tarif coté. Certes on ne les connaît pas encore, mais le SUV Smart se veut ouvertement premium. Et pas seulement en raison de sa qualité de fabrication, plutôt bonne de ce que nous avons pu en constater.

Une planche de bord dépourvue de boutons.
Une planche de bord dépourvue de boutons.

Chez Smart, le premium se cache dans les accessoires (sono haut de gamme et feux matrix led à l’avant comme à l’arrière) mais aussi sous le capot et sous le plancher, avec des batteries de 66 kWh qui vont donner d’ électricité un moteur de 200 kW (272ch). De quoi proposer une autonomie de près de 440 km.

L’engin, plutôt moins lourd que nombre de ses confrères ainsi motorisés, pèse tout de même 1 870 kg, ce qui devrait néanmoins lui offrir de jolies accélérations pour atteindre sa vitesse maximale fixée à 180 km/h. Côté recharge, il se branche sur une prise AC et réclame 3 heures pour retrouver un niveau de 80 % de charge, ou DC (offre de série) pour parvenir à la même charge en 30 minutes. Enfin, les responsables de Smart l’ont promis : ils envisagent de rejoindre le consortium Ionity sous peu.

Des versions moins puissantes et plus sportives à venir ?  Mystère.
Des versions moins puissantes et plus sportives à venir ? Mystère.

Cette mécanique, généralement réservée aux autos plus grandes, n’est pas vraiment du ressort de Smart. La division de Mercedes s’est chargée du design, mais toute la partie cachée est l’œuvre du Chinois Geely. Ce Hashtag One est conçu en Allemagne et en Chine, mais elle est assemblée là-bas, dans une usine détenue à 50/50 entre les deux marques. la plateforme, baptisée ACE, devrait d’ailleurs être rapidement utilisée par Geely sur d’autres futures autos.

Un tarif connu au mois de septembre

Un SUV électrique, qui plus est premium, ça coûte cher. Et le tarif de cette Smart est le grand mystère du moment. Il devrait être levé dès le mois de septembre, au moment de l’ouverture des précommandes. Les livraisons, quant à elles, devaient débuter en janvier 2023. Reste que nous n’avons découvert pour le moment qu’un seul modèle et une seule motorisation de #1. D’autres, moins puissants sont-ils au programme ? “On ne dément pas” indique la direction de la marque. Et une version Brabus, plus ouvertement sportive, selon une tradition Smart est-elle prévue ? “On y réfléchit” affirme la même source. Affaire à suivre, donc.

Leave a Comment