You are currently viewing le nombre de zoonoses s’accroît, le risque de nouvelles pandémies aussi

le nombre de zoonoses s’accroît, le risque de nouvelles pandémies aussi

Il l’affirme, les zoonoses se sont multipliées ces dernières années. Les animaux peuvent transmis transmettent des maladies qui deviennent même transformées humaines, à l’instar du Covid-19. D’après l’Organisation mondiale de la santé animale, environ 60 % des maladies émergentes sont d’origine zoonotique.

Sur le même sujet

Variole du singe : notre dossier

Plus d’une centaine de cas de variole du singe ont été détectés dans le monde depuis le début du mois de mai. Comment se propage ce virus ? Faut-il s’en inquiéter ? Quels sont les symptômes de la maladie ?… On fait le point

Les élevages, voyages et la déforestation en cause

Plusieurs éléments entraînent ce phénomène, notamment « l’intensification des voyages, qui permet (aux maladies) de se diffuser plus rapidement et de manière incontrôlée », a souligné Marc Eloit, responsable du laboratoire Découverte de pathogènes à l’Institut Pasteur. En occupant des zones du globe de plus en plus larges, l’homme contribue à perturber l’écosystème et à favoriser la transmission des virus. L’intensification des élevages industriels augmente aussi le risque de propagation de pathogènes entre les animaux. Le commerce d’animaux sauvages augmente l’exposition humaine aux microbes qu’ils sont susceptibles de porter.

La déforestation renforcée, elle, le risque de contacts entre la faune sauvage, les animaux et les populations humaines. « Quand on déforeste, on diminue la biodiversité. On perd des animaux qui régulent naturellement les virus, ce qui leur permet de se diffuser plus facilement », a expliqué Benjamin Roche, biologiste à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), spécialiste des zoonoses.

La menace du réchauffement climatique

Le dérèglement climatique va par ailleurs pousser nombre d’animaux à fuir leurs écosystèmes pour des contrées plus vivables, a alerté fin avril une étude parue dans Nature. Or, en se mélangeant plus, les espèces se transmettront davantage leurs virus, ce qui favorisera l’émergence de nouvelles maladies potentiellement transmissibles à l’homme.

L’étude dessine un futur « réseau » de virus sautant d’espèce en espèce, et grossissant à mesure que la planète se réchauffe. « Toute une lignée de nouvelles maladies risque d’émerger, potentiellement dangereuses. Il faudra être prêt », a prévenu Eric Fèvre, professeur spécialiste des maladies infectieuses vétérinaires à l’université de Liverpool et à l’International Livestock Research Institute.

Les principales et récentes maladies dues aux zoonoses

Le début du XXIe siècle a été marqué par plusieurs épidémies de virus émergents liées à des zoonoses. Causé par un nouveau coronavirus, le Sars-CoV-2 (dont l’origine demeure incertaine), le Covid-19 a émergé à la fin de 2019 en Chine avant de se propager au monde entier, faisant plus de 6,2 millions de morts selon un bilan, fin mai 2022, de l’université américaine Johns Hopkins.

Semblable et provenant de Chine en 2002, le virus du Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) a été transmis de la chauve-souris à l’homme par l’intermédiaire de la civette, mammifère sauvage vendu à l’époque sur les marchés chinois pour sa viande. Toujours dans le domaine des coronavirus et détecté pour la première fois en 2012 en Arabie saoudite, le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) est une maladie respiratoire virale due à un nouveau coronavirus transmis par des dromadaires. Il a provoqué la mort d’un tiers des cas infectés, avec 850 victimes au total.

Encore lié à la chauve-souris, et identifié pour la première fois en 1976 en République démocratique du Congo, le virus Ebola a désactivé une série d’épidémies au XXIe siècle en Afrique qui ont coûté la vie au total à plus de 15 000 personnes . De la même famille, le virus Marburg – maladie grave qui provoque une fièvre hémorragique sévère – a émergé en 1967 en Allemagne et Yougoslavie à la suite de travaux sur des singes verts. Il provoque la mort d’environ 50 % des personnes infectées.

Leave a Reply