le maire de Kiev annonce un couvre-feu de 36 heures après une série d’explosions

le maire de Kiev annonce un couvre-feu de 36 heures après une série d'explosions
Written by admin

Le point sur la situation en Ukraine

L’armée russe avance lentement et continue sa campagne de bombardements. Alors que les négociations entre les deux camps se poursuivent, sans résultat pour l’instant, l’opération militaire russe s’étend à toute l’Ukraine. L’état-major de l’armée ukrainienne dit que « l’ennemi continue de mener des frappes avec des missiles et des bombes, de l’artillerie et des chars sur des infrastructures et des quartiers civils » dans plusieurs grandes et moyennes villes. Les lignes de front sont restées attendues les mêmes depuis le début du week-end, avec les combats les plus féroces dans le nord-ouest de Kiev et autour de la ville de Marioupol, près de la mer Noire.

A Kiev, une nouvelle nuit de bombardements. Plusieurs explosions puissantes ont été entendues dans des quartiers résidentiels de Sviatochyn et Podil ce matin. Les pompiers ont éteint un bâtiment d’une dizaine d’étages en flammes à l’aube. Selon les services de secours, au moins deux personnes ont été tuées. De violents combats ont lieu depuis plusieurs jours à la périphérie nord-ouest, dans les villes d’Irpin, Hostomel ou Boutcha. « De nombreuses rues sont devenues une bouillie d’acier et de béton. Les gens se cachent dans les caves depuis des semaines », a dit Oleksi Kouleba, dirigeant de la région. Selon un haut responsable américain, cité par AP, les troupes russes sont à environ 15 kilomètres du centre-ville.

Le siège de Marioupol continue. Cette ville portuaire stratégique du Sud subit, depuis désormais plus d’une semaine, un siège dramatique. Pendant que les combats entre forces armées ukrainiennes et russes ont lieu au nord de la métropole, les missiles russes tombent et pulvérisent des bâtiments civils et militaires, sans distinctions. L’armée ukrainienne affirme avoir repoussé, lundi, une percée russe dans la ville, et avoir détruit, depuis le début des combats, plus de 150 chars.

Un convoi humanitaire avec des tonnes de nourriture et d’eau est toujours bloqué par des soldats russes, selon les autorités ukrainiennes. En revanche, près de 160 voitures ont pu partir vers la ville de Zaporijie, lundi, avec l’autorisation de l’armée russe, selon un représentant du conseil municipal. Près de 400 000 personnes survivent encore à Marioupol, privés d’eau, d’électricité, de chauffage et de. Selon un bilan de la mairie, au moins 2 187 civils y ont péri depuis le 24 février. Le Comité international de la Croix-Rouge parle des conditions de vie « qui ne sont rien de moins qu’un cauchemar ».

Les Russes tentent toujours de prendre Kharkiv, dans le Nord-Est. Plusieurs tirs d’artillerie sont tombés dans le centre de la deuxième plus grande ville ukrainienne, selon l’état-major de l’armée. « D’après les informations disponibles, l’ennemi prévoit de favoriser le regroupement de troupes (…) en direction de Kharkiv »ajoute-t-il. Selon Michel Goyahistorien militaire et ancien colonel, « un quart des forces [russes] sont consacrés aux sièges de Marioupol et Kharkiv »« les forces ukrainiennes résistent et même contre-attaquent, mais pour combien de temps ? »

Un bilan humain encore incertain. Au moins 596 civils depuis le début de cette guerre, selon le décompte fait dimanche par l’ONU, qui souligne que ce bilan est probablement très inférieur à la réalité. Plus de 2,8 millions de personnes ont fui les combats et les bombardements et environ 2 millions d’autres ont été déplacées à l’intérieur du pays.

Leave a Comment