You are currently viewing La Suisse en un assez des transports de marchandises qui encombrent ses routes.  Son plan : voyager sous terre

La Suisse en un assez des transports de marchandises qui encombrent ses routes. Son plan : voyager sous terre

Matériel de nouvelles La Suisse en un assez des transports de marchandises qui encombrent ses routes. Son plan : voyager sous Terre

En Suisse, la question de l’engorgement des axes routiers, du bruit et de la pollution est au cœur des discussions depuis des années. Le principal coupable désigné a été identifié, il s’agit du secteur des transports de marchandises. Et pour éviter d’arriver à une situation irréversible, le Pays a pris une décision radicale : faire voyager les marchandises sous Terre.

Sommaire

  • La Suisse routière craint une saturation de ses axes à l’horizon 2040
  • La Suisse lance l’opération Cargo Sous Terrain
  • Comment fonctionnera le projet Cargo Sous Terrain ?

La Suisse routière craint une saturation de ses axes à l’horizon 2040

En Suisse, et plus encore qu’ailleurs, le temps et l’environnement, c’est de l’argent. Petit pays de 8,1 millions d’habitants et d’une superficie de 41 285 km²coincé entre la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche et le Liechtenstein (ne les oublions pas !), on la connaît avant tout pour ses montres, son chocolat, ses stations de ski, sa neutralité et ses banques .

Bien installé dans le top des 5 des pays où les habitants sont les plus heureux au monde (en 2022, la Suisse est 4e d’un
classement par la Finlande
), la Confédération Helvétique (le fameux CH sur les voitures) connaît cependant un problème majeur, à savoir une augmentation considérable de son flux de transport de marchandises.

D’après leurs études, si rien n’est fait rapidement, celui-ci sera supérieur de 37% par rapport à 2010avec tout ce que cela entraîne, saturation des routes, des voies ferrées, plus d’accidents, plus de pollution, plus de bruit, etc etc etc.

La Suisse en un assez des transports de marchandises qui encombrent ses routes.  Son plan : voyager sous terre

Parmi les solutions diffusées, freiner les flux de marchandises n’est bien évidemment pas viable et mettrait l’économie du pays en péril. Augmenter la taille et le nombre de routes auraient des conséquences désastreuses sur l’environnement et le cadre de vie si cher aux habitants paisibles. Et si finalement la solution ne se trouve pas sur terre ou dans les airs, mais sous Terre ?

La Suisse lance l’opération Cargo Sous Terrain

Après avoir envisagé toutes les solutions, en long, en large et en travers, c’est finalement le projet baptisé “Cargo Sous Terrain” (CST) qui a été retenu. Celui-ci consiste à creuser et à créer un ambitieux et vaste réseau souterrain de plusieurs centaines de kilomètresavec une multitude d’embranchements, entre les lacs de Constance, situé à l’extrémité nord-est du pays, et de Genève, situé lui au sud-ouest, à la frontière française.

La Suisse en un assez des transports de marchandises qui encombrent ses routes.  Son plan : voyager sous Terre

Le projet, qui débutera dès le mois d’aout de cette année, doit prendre fin d’ici à… 2045. Le premier tronçon, d’une longueur d’environ 70 km, s’étendra de la petite ville d’Härkingen-Niederbipp à Zurich et devrait être opérationnel en 2031, sauf contretemps.

Pour ce seul premier trajet de 70 km, en incluant la partie logistique et matérielle, mais aussi toute la partie logicielle ainsi que les machines, cela devrait coûter au minimum 3 milliards de francs suisses (3,05 milliards d’euros). Une somme déjà importante, mais très loin du coût global de l’opération qui s’avère lui, attention les yeux, à… 30 000 millions (oui oui, trente mille millions !) de francs suisses (30 500 millions d’euros). Une somme entièrement financée par le marché lui-même ainsi que le privé.

La Suisse en un assez des transports de marchandises qui encombrent ses routes.  Son plan : voyager sous terre

Sans rentrer dans des détails trop techniques, le projet Cargo Sous Terrain reliera des centres de dépôts entre eux pour les grosses marchandises, mais aussi vers des centres urbains depuis lesquels des livreurs avec des véhicules électriques légers pourront réaliser la livraison chez les particuliers.

La Suisse en un assez des transports de marchandises qui encombrent ses routes.  Son plan : voyager sous Terre

Tout sera automatisé avec des véhicules écologiques et électriques, sans chauffeur donc, en se conduisant sur des rails et dans des tunnels à trois voies à une vitesse de 30 km/h. 100 % de l’énergie proviendra de sources renouvelables et il sera possible de déplacer aussi bien des meubles et des matériaux que des produits frais.

La Suisse en un assez des transports de marchandises qui encombrent ses routes.  Son plan : voyager sous Terre

Si le projet est d’une ampleur titanesque, ses créateurs estiment que cela permettra de réduire le trafic des poids lourds sur les autoroutes de plus de 40 %, tout en baissant significativement le niveau de pollution et les nuisances sonores. Qui sait, peut-être que d’autres pays leur emboiteront le pas ?

Leave a Reply