You are currently viewing la plateforme va faciliter le désabonnement après un rappel à l’ordre de la Commission européenne

la plateforme va faciliter le désabonnement après un rappel à l’ordre de la Commission européenne

Une plainte déposée en 2021 auprès des autorités européennes remettait en cause les pratiques du géant du commerce en ligne.

Rattrapé par la patrouille. Le site de commerce en ligne Amazon a réalisé dès vendredi des modifications pour permettre à sa clientèle européenne de se désabonner plus facilement de son service payant «Prime». Une plateforme qui permet, pour 49 euros par an, aux utilisateurs de recevoir plus rapidement une commande, d’accéder à un catalogue de films et de séries ou même de lire des e-books.

Après une plainte déposée l’année dernière par le Bureau européen des unions de consommateurs, le Conseil des consommateurs norvégien et le Dialogue transatlantique des consommateurs, la Commission européenne s’est intéressée aux usages commerciaux du géant américain.

Un bouton « annuler » bien visible

Dans un communiqué de presse vendredi, Bruxelles indique qu’« Amazon s’est engagé à mettre ses pratiques d’annulation en conformité avec les règles de l’UE en matière de protection des consommateurs (…). au moyen d’un bouton Cancel bien visible et sans équivoque ». L’entreprise était accusée de ne pas respecter les «règles de l’UE en matière de protection des consommateurs, et notamment la directive sur les pratiques commerciales déloyales». En d’autres termes, Amazon «posait de nombreux obstacles au désabonnement, comprenant notamment des menus de navigation complexes, des formulations alambiquées, des choix déconcertants et des incitations douces répétées.»

Après des négociations avec les autorités européennes, Amazon a changé de braquet. Même si la plateforme avait déjà commencé à modifier son interface depuis quelques mois. Celui-ci “permettra dorénavant aux consommateurs de se désabonner en deux étapes simples, au moyen d’un bouton d’annulation évident et visible”, souligne notamment l’organe exécutif de l’Union européenne. L’occasion aussi pour Didier Reynders, commissaire à la justice, de mettre les points sur les i : « Les consommateurs doivent être en mesure d’exercer leurs droits sans subir aucune pression des plateformes (…). Une chose est claire, les procédés manipulateurs, ou « pièges à utilisateurs », doivent être interdits. »

.

Leave a Reply