il flambe à nouveau, quel impact sur votre plein d’essence ?

il flambe à nouveau, quel impact sur votre plein d'essence ?
Written by admin


PRIX DU BARIL. Le prix du baril de pétrole revient à la hausse ce mercredi 23 mars. Fortement indexé sur son cours, le prix à la pompe en France pourrait rapidement en faire les frais. Toutes les infos.

[Mis à jour le 23 mars 2022 à 16h38] 116 dollars. C’est le prix du baril de Brent ce mercredi 23 mars. Soit son plus haut niveau depuis près de deux semaines. Des chiffres qui inquiètent, et qui font planer un sérieux doute sur les prix pratiqués à la pompe en France. Le pouvoir d’achat des Français est en difficulté, et cela ne risque pas de s’arranger. Une légère accalmie était aperçue depuis quelques jours, retour à la case départ. C’est pourquoi, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) se pose de lourdes questions sur le marché pétrolier mondial jusqu’à envisager un “choc mondial de l’offre pétrolière“. De quoi anticiper en proposant une liste de 10 solutions avec effet immédiat pour tenter de limiter ses dépenses comme la circulation alternative dans les grandes villes. En France, les mouvements de blocage devraient se poursuivre tout au long de la semaine et dans les jours suivants, comme cela est le cas depuis le début de la semaine dans les Bouches-du-Rhône.

Face à l’augmentation inédite du baril de pétrole la semaine dernière, tutoyant les 140 euros le baril, les pays membres de l’AIE doivent être libérés pas moins de 60 millions de barils de pétrole de leurs réserves. Un objectif, stabilisateur d’un marché en panique. Alors, faut-il s’attendre à une nouvelle hausse du prix du carburant en France, quand les tarifs pratiqués ont déjà atteint des records ? Les prix du carburant étant fortement indexés sur le cours du baril de pétrole, une nouvelle hausse des prix à la pompe est à prévoir malgré la nouvelle mesure d’aide mise en place par le gouvernement. Les consommateurs français pourraient bien être les premières victimes d’un embargo potentiel. Difficile pour l’Europe de se retourner rapidement, des alternatives sont envisageables, mais elles prendront du temps avant de se mettre en place. En France, le prix du litre de gazole est repassé sous les 2 euros, en moyenne, sur l’ensemble du territoire (1,97 euros le litre). Mais à l’image de la première flambée au début du mois de mars, la répercussion à la pompe devrait être salée. Rappelons que l’effet en France de la hausse du coût du pétrole européen se sent après 8 à 10 jours environc’est le temps de la répercussion réelle.

Depuis le début de la semaine, on observe un petit répit avec une relative stagnation des cours. Ceux-ci ont repassé la barre sous les 100 dollars en début de semaine avant d’augmenter à nouveau de manière significative. Le Premier ministre Jean Castex a annoncé deux aides sur le carburant, mercredi 16 mars, lors de la conférence de presse de présentation du plan de résilience. D’abord, une remise de 15 centimes sur le carburant pour l’ensemble des Français à partir du 1er avril et pour 4 mois. Ensuite, une aide plus importante de 35 centimes par litre de carburant de pêche pour les pêcheurs durement touchés par l’explosion des prix. Une aide valable du 17 avril au 31 juillet pour leur permettre de reprendre la mer dans des conditions décentes.

  • 7 mars 2022 : 139 dollars le baril
  • 8 mars 2022 : 128 dollars le baril
  • 10 mars 2022 : 110 dollars le baril
  • 15 mars 2022 : 98 dollars le baril
  • 16 mars 2022 : 100 dollars le baril
  • 17 mars 2022 : 106 dollars le baril
  • 18 mars 2022 : 109 dollars le baril
  • 21 mars 2022 : 111 dollars le baril
  • 22 mars 2022 : 118 dollars le baril
  • 23 mars 2022 : 116 dollars le baril

La guerre en Ukraine fait planer le doute sur l’approvisionnement et le prix de l’énergie. Mis à part le gaz, une question reste centrale et attise la curiosité, quel est le prix du baril de pétrole dans ce marasme ? En hausse quasi constante depuis décembre 2021, le prix du baril est désormais stable autour de 100 dollars, mesuré exactement à 116 dollars ce mercredi 23 mars.

Lorsque vous faites un plein d’essence, les taxes représentent 60 % du plein. Et ces taxes, elles, malgré la guerre en Ukraine, fluctuent assez peu. Notamment la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), qui représente tout simplement la quatrième recette de l’État, derrière la TVA, l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés. Le prix du carburant en sortie de raffinerie, lui, correspond à 1/3 du plein d’essence. Notamment transmis par le cours du baril de pétrole sur les marchés internationaux. Les pompistes n’auront d’autre choix que de répercuter cette hausse sur le prix au litre.

Gardez à l’esprit qu’il existe un temps de latence entre l’augmentation du prix d’achat du baril de pétrole et la répercussion réelle sur les prix à la pompe. Ce délai varie de 8 à 10 jours environ. Pour tenter d’endiguer ce phénomène, plusieurs aides ont été mises en place et distribuées par le Gouvernement. Notamment la prime inflation accordée à 38 millions de ménages modestes, ainsi que la revalorisation du barème kilométrique pour 2,5 millions de foyers fiscaux. La menace d’un embargo européen sur le gaz russe pourrait faire exploser le prix du baril de pétrole à 300 dollarsvoire encore davantage.

Selon l’INSEE, la Russie est le 3ème producteur mondial de pétrole avec 10 millions de barils par jour, dont 2 millions transitent vers l’Europe. La La Franceelle, importer 9% de son pétrole brut depuis la Russie. Et les pays qui pourraient substituer le rôle majeur de la Russie dans l’exportation de pétrole ne sont pas légion. Le Nigéria, l’Angola et la Libye par exemple, ne reprennent même pas leurs propres objectifs de production. Le Nigeria (9,6% des importations de pétrole en France), l’Algérie (10,3%), et l’Arabie Saoudite (11,8%) restent des partenaires commerciaux cruciaux pour la France vers lesquels le gouvernement pourrait se tourner davantage pour alimenter le pays.

“Nous avons des stocks stratégiques de pétrole importants qui sont défectueux près de trois mois de consommation et nous permettent de faire face à des perturbations d’approvisionnement. Les Français ne risquent pas de manquer de carburant ou de gaz pour se chauffer dans les prochains mois” déclarait le ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili le 23 février dernier. L’Union Européenne pourrait même décider de libérer une partie de ses stocks Stratégies de pétrole pour contrer la hausse des prix du carburant face à cette forte perturbation des marchés. Une décision prise à seulement trois reprises dans l’histoire, par exemple après l’ouragan Katrina aux États-Unis.

Leave a Comment