Guerre Ukraine-Russie : mises à jour en direct – The New York Times

Guerre Ukraine-Russie : mises à jour en direct - The New York Times
Written by admin

Les preuves d’atrocités apparentes en Ukraine, avec des civils exécutés dans la banlieue de Kiev, rappellent une autre horreur européenne : les guerres sanglantes des Balkans des années 1990 et les efforts parfois ardus et longs pour traduire les responsables en justice.

En 1999, Slobodan Milosevic, l’ancien président de la Yougoslavie et l’architecte d’une décennie de guerre qui a coûté la vie à plus de 200 000 personnes et déchiré le pays, est devenu le premier chef d’État en exercice à être inculpé de crimes de guerre. Trois ans plus tard, il est devenu le premier ancien chef d’État à être jugé pour génocide pour la guerre en Bosnie-Herzégovine, ainsi que pour crimes contre l’humanité et violations des Conventions de Genève pour les guerres en Croatie et au Kosovo.

Rappelant l’importance du procès, Human Rights Watch, le groupe de défense, a observé dans un rapport de 2006 que le fait de traduire l’ancien président devant un tribunal pénal international “marquait la fin de l’époque où être chef d’État signifiait l’immunité contre les poursuites”.

Depuis lors, a-t-il noté, d’autres anciens chefs d’Etat, dont l’ancien Premier ministre libérien Charles Taylor et le dirigeant irakien Saddam Hussein, ont été traduits en justice.

M. Taylor a été condamné à 50 ans de prison pour son rôle dans les atrocités commises pendant la guerre civile en Sierra Leone dans les années 1990. M. Hussein a été reconnu coupable en 2006 par un tribunal spécial irakien pour crimes contre l’humanité pour la répression brutale d’une ville chiite dans les années 1980 et condamné à mort par pendaison.

M. Milosevic est mort dans sa cellule de prison à La Haye en 2006, refusant à ses victimes la clôture d’un jugement définitif, mais la diffusion publique de ses crimes odieux était néanmoins un important bilan moral et juridique.

Alors que les circonstances en Ukraine et dans les guerres des Balkans diffèrent de manière fondamentale, y compris la portée et l’ampleur de l’effusion de sang, certains parallèles sautent aux yeux, notamment l’obscurcissement et le déni de la Russie. Face aux preuves flagrantes que des civils ukrainiens dans la banlieue de Bucha, certains avec les mains liées, ont été tués par des soldats russes, Moscou a affirmé qu’il s’agissait d’un “canular”.

M. Milosevic, lui aussi, a répondu par une théorie du complot fantaisiste lorsqu’il a été accusé de complicité dans le massacre de 1995 à Srebrenica, en Bosnie, au cours duquel quelque 8 000 hommes et garçons musulmans ont été tués, dont beaucoup avaient les mains liées dans le dos. Il a déclaré que les véritables responsables du pire bain de sang en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale étaient des agents des services de renseignement français, des responsables musulmans de Bosnie et des mercenaires.

Le massacre de civils en temps de guerre sur un marché de Sarajevo n’a pas été perpétré par des Serbes mais mis en scène par des musulmans avec des corps provenant d’une morgue, a-t-il affirmé.

“Ce ne sont que des mensonges”, a-t-il déclaré au début de son procès.

Quels que soient les échos, les juristes affirment qu’amener le Kremlin à rendre des comptes serait bien plus difficile qu’il ne l’a été avec M. Milosevic.

En premier lieu, aucun président en exercice n’a jamais été remis à un tribunal international. Alors que le président Vladimir V. Poutine bénéficie d’un soutien public important et dirige une puissance nucléaire, M. Milosevic avait déjà été évincé du pouvoir lorsqu’il a été envoyé à La Haye en juin 2001.

Et la Russie n’est pas la Serbie.

M. Poutine est un dirigeant autoritaire avec un antagonisme virulent envers l’Occident et ses structures juridiques.

Le Premier ministre serbe au pouvoir lorsque M. Milosevic a été remis en jugement, Zoran Djindjic, était impatient d’un rapprochement avec l’Occident, alors que 30 milliards de dollars d’aide étrangère pour reconstruire l’économie dévastée de la Serbie étaient en jeu.

De plus, la charge de la preuve pour les crimes de guerre est très élevée.

Même avec la coopération réticente du gouvernement serbe après l’assassinat de M. Djindjic en 2003, la tâche était difficile en raison de l’obstructionnisme de M. Milosevic. Un provocateur, M. Milosevic, a refusé de reconnaître le tribunal des crimes de guerre de l’ONU, a menti, s’est dissimulé et s’est fait porter malade lorsque des témoins de l’intérieur se sont matérialisés.

Les procureurs des crimes de guerre ont parfois la chance de disposer de preuves en temps réel d’atrocités, mais ils sont toujours confrontés à d’énormes défis. De nombreux points doivent être connectés.

Dans le cas de M. Poutine, les procureurs devraient démontrer qu’il a émis des ordres spécifiques qui ont conduit à des atrocités spécifiques ou qu’il était au courant des crimes ou n’a rien fait pour les empêcher. Les procureurs devraient également démontrer que les commandants russes avaient intentionnellement ciblé des structures civiles ou les avaient frappées lors d’attaques qui n’avaient pas fait de distinction entre les cibles civiles et militaires.

Les experts disent que la Cour pénale internationale de La Haye offre la meilleure chance pour une véritable responsabilité de la Russie. Il a été créé en 1998 après que des tribunaux distincts des Nations Unies qui ont poursuivi les atrocités de masse au Rwanda et dans l’ex-Yougoslavie ont démontré la nécessité d’un organe judiciaire permanent pour traiter de telles affaires.

Les États-Unis ne font pas partie des 123 pays membres du tribunal de La Haye, et M. Poutine a récemment demandé à son gouvernement de se retirer du traité qui a créé le tribunal. Son gouvernement a qualifié le tribunal « d’inefficace et de parti pris ».

En revanche, le tribunal qui a jugé M. Milosevic a été créé par le Conseil de sécurité des Nations Unies en 1993 pour traquer et punir les responsables de l’horrible violence contre les civils lors de l’éclatement de la Yougoslavie. En tant que tel, il avait un certain muscle politique derrière lui.

Leave a Comment