You are currently viewing Goodmed, la nouvelle application qui prévient des effets indésirables des médicaments

Goodmed, la nouvelle application qui prévient des effets indésirables des médicaments

L’application Goodmed fonctionne avec tous les médicaments vendus en France. (©Actu.fr / Bryan Nardelli)

Beaucoup d’entre vous connaissent sûrement Yuka, l’application qui permet, en scannant le code-barres d’un aliment, de savoir si celui-ci est pénible ou non pour la santé.

Il est désormais possible de faire pareil avec les médicaments. Une idée qui a germé dans l’esprit des médecins de Synapse Medicine, une entreprise bordelaise créée en 2017 qui cherche à prévenir les risques médicamenteux en favorisant le bon usage de chaque médicament auprès des patients et des professionnels. L’application Goodmed est sortie en avril 2022. La première du genre.

« L’objectif, c’est de permettre à tous d’avoir une informations fiables et personnalisées sur le médicament », explique Louis Létinier, directeur médical et cofondateur de l’application.

Prévention et accompagnement

Initialement, Goodmed avait pour mais de répondre à un besoin essentiel selon son cofondateur : combler un retard technologique sur un enjeu majeur de santé publique. « D’après une étude récente, plus de 200 000 personnes sont hospitalisées en France chaque année à cause des effets indésirables des médicaments. »

L’objectif, ce n’est pas que le patient se gère tout seul mais c’est plutôt de lui donner de l’information et de le mettre en relation avec des professionnels de santé en le prévenant que tel médicament peut être dangereux pour lui , notamment pour ceux sans ordonnance.

Louis LétinierDirecteur médical et cofondateur de Goodmed

Pour cela, l’application se base à la fois sur les connaissances des médecins et pharmaciens de la société Synapse Medicine, mais aussi sur des documents de sources officiels comme l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

« Le but, c’est de rendre ça très simple »

Après avoir téléchargé l’application, l’utilisateur est invité à entrer ses informations personnelles telles que son nom, son âge, ses antécédents médicauxses allergies, ses traitements, ou encore la présence ou non d’une maladie cardiaque.

Alors que la lecture d’une notice de médicament peut parfois s’avérer longue et incompréhensible, Goodmed la simplifie grâce à un code couleur : en prenant en photo depuis l’application la boite d’un médicament, la couleur rouge ou verte apparaît pour signifier si la prise du traitement en question est dangereuse ou non.

Vidéos : en ce moment sur Actu

L’intérêt c’est de personnaliser l’information : on va par exemple dire à une femme enceinte qu’elle ne peut pas prendre d’ibuprofène parce que c’est très dangereux pour un fœtus.

Louis LétinierDirecteur médical et cofondateur de Goodmed

Pour chaque médicament, l’application propose également de visualiser la notice complète ainsi que des conseils sur son utilisation, les précautions à prendre, le remboursement ou encore les effets indésirables.

Disponible sur iOS et Androidl’application bordelaise est gratuite mais une version payante est disponible permettant, à l’image de Netflix, de regrouper les profils de plusieurs utilisateurs sur un même compte. Goodmed fonctionne avec tous les médicaments commercialisés en France et compte environ 30 000 utilisateurs partout en France.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Bordeaux dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Leave a Reply