Face au voisin russe, la neutralité de la Finlande à l’épreuve de la guerre en Ukraine

Face au voisin russe, la neutralité de la Finlande à l'épreuve de la guerre en Ukraine
Written by admin

Publié le :

Impensable il y a vingt ans, l’adhésion de la Finlande à l’Otan devient un scénario de plus en plus crédible. Un bouleversement de la politique extérieure de ce pays nordique qui a longtemps cessé la confrontation avec son voisin russe.

C’est un basculement historique de l’opinion publique finlandaise. Selon un sondage publié cette semaine, 62 % de la population se dit favorable à rejoindre l’Otan. Il y a deux semaines, une autre enquête avait pour la première fois donné une majorité absolue (53 %) à cette adhésion à l’alliance militaire occidentale, soit un lien de près de 25 points, après l’invasion russe de l’Ukraine.

Au sein de la classe politique, le débat est ouvert et la question de la sacro-sainte neutralité finie apparaît de plus en plus secondaire dans le contexte actuel sécuritaire. Dès le début de l’attaque menée par Vladimir Poutine, la Première ministre Sanna Marin avait annoncé qu’elle fournissait des armes à l’Ukraine, du jamais vu pour ce pays nordique, militairement non aligné mais membre de l’Union européenne.

Le président Sauli Niinistö a récemment appelé ses concitoyens à garder “la tête froide” sur la question. « Il y a une émotion au sein de l’opinion publique dans un pays qui est gouverné ces derniers temps par deux partis atlantistes, à savoir la coalition nationale et les sociaux-démocrates, explique Maurice Carrez, professeur à Sciences Po Strasbourg, joint par France 24. “Mais le président a bien rappelé qu’il fallait éviter d’agir sous le coup de l’émotion”, ajoute le directeur de la revue d’Histoire nordique.

Avertissements russes

Cependant, garder son sang-froid pour la Finlande et ses 5,5 millions d’habitants se révèle un défi de taille alors que les menaces russes se font de plus en plus précises.

“Il y a des avertissements fréquents de la Russie envers la Suède et la Finlande. Par exemple, début mars, quatre avions de chasse russes ont violé l’espace aérien suédois alors que les armées suédoises et finlandaises menaient des exercices sur l’île du Gotland [la plus grande île de Suède située en mer Baltique]”, rappelle Chiara Ruffa, professeure à l’université suédoise de la Défense sur l’antenne de France 24. “Toutefois, personne ne croit vraiment à l’hypothèse d’une attaque imminente mais il est désormais très clair qu’il va falloir se préparer à cette échec”, ajoute la chercheuse.

“Les mouvements de troupes russes à proximité de la frontière des pays baltes ont également joué un rôle dans cette inquiétude qui remonte en réalité à 2014”, précise Maurice Carrez.

En effet, avec l’annexion de la Crimée et la montée en puissance de la Russie dans la mer Baltique, la méfiance de la Finlande s’est accentuée vis-à-vis de Moscou ces dernières années. Le pays a donc entrepris de moderniser son armée et a multiplié les initiatives pour se rapprocher de l’Otan, sans toutefois y adhérer.

Souvenirs de “la guerre d’Hiver”

Cette crainte d’une attaque russe puise également ses racines dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Délimité à l’est par plus de 1 300 kilomètres de frontière avec la Russie, l’invasion de son territoire par l’Armée rouge en 1939, reste un événement marquant dans la mémoire collective. Lors de cette “guerre d’Hiver”, les Finlandais ont mené une résistance acharnée contre l’ogre russe, perdant plus de 80 000 soldats.

Si le pays est indépendant depuis le 6 décembre 1917 après avoir été sous la domination de l’Empire russe pendant plus d’un siècle, c’est bien le deuxième conflit mondial qui a servi de mythe fondateur à la nation finlandaise, explique Maurice Carrez .

“Après l’indépendance, il y a eu une terrible guerre civile et tout l’entre-deux-guerres a été marqué par un conflit entre les Rouges et les Blancs. Mais au moment de la guerre d’Hiver [guerre russo-finlandaise durant l’hiver 39-40], une partie de cette division a disparue. Aujourd’hui, les Finlandais se souviennent plutôt de cet événement comme étant celui qui a marqué la naissance de la Finlande”, analyse l’historien.

>> À voir : Ukraine : pas à la “finlandisation” ?

Avec la Guerre froide, la Finlande adopte ensuite une politique prudente pour ne pas contrarier Moscou. Dès le printemps 1948, Helsinki signe un “traité d’amitié” et de coopération avec Moscou.

“La Finlande n’est pas devenue neutre parce qu’elle avait perdu la guerre contre l’Union soviétique en 1944″, précise toutefois Maurice Carrez.” En réalité, la Finlande a toujours essayé de se présenter comme un pays neutre, même pendant C’était évidemment une neutralité contrainte liée à la présence d’un État très puissant à sa frontière”, détaille le spécialiste de la Finlande.

Le pour et le contre

Après l’effondrement de l’URSS, la Finlande s’ancre logiquement à l’ouest et adhère en 1995 à l’Union européenne mais choisit de rester en dehors de l’Otan. Comme la Suède, le pays est également non aligné, bien qu’il soit des partenaires de l’alliance.

Cependant, la guerre en Ukraine change la donne. “Les experts parlent d’un processus d’adhésion relativement rapide car les capacités militaires de la Suède et de la Finlande sont bien connues et il y a un niveau très élevé d’interopérabilité, ces deux pays ayant participé à de nombreuses missions communes avec l ‘Otan”, précise Chiara Ruffa.

>> À lire : Crise en Ukraine : l’Otan at-elle “trahi” la Russie en s’élargissant à l’Est ?

Côté finlandaise, la question devrait être examinée au Parlement en avril, après la remise d’un rapport sur les “bénéfices et risques” d’une telle option.

Le principal intérêt pour le pays bénéficierait de l’article du 5 du Traité de l’Otan. Mais “est-ce que l’Otan offre une réelle protection ? Cela pourrait être aussi contre-productif”, estime Maurice Carrez qui souligne l’importance des liens unissant la Russie à la Finlande où vit une importante communauté russophone.

Franchir le Rubicon signifierait aussi mettre à mal ses relations économiques avec Moscou, un partenaire commercial important, qui lui fournirait la quasi-totalité de son gaz. Selon eurostat, 97 % des importations de gaz naturel de la Finlande se déroulent en Russie.

.

Leave a Comment