Essai Skoda Enyaq Coupé RS iV : la version de trop ?

Essai Skoda Enyaq Coupé RS iV : la version de trop ?
Written by admin

Skoda surfe sur la mode des SUV coupés. Un mode qui permet au constructeur d’afficher un coefficient de trainée plus optimisé (0,234 contre 0,257) et de réduire les consommations, fer de lance des véhicules électriques. La marque dévoile ainsi une variante coupé de son SUV 100 % électrique en proposant l’Enyaq coupé RS iV.

© David Lefèvre / Les Numériques

L’Enyaq Coupé iV est conçu sur la plateforme modulaire MEB commune au groupe Volkswagen et utilisé sur l’ID.4. Elle se décline en quatre chaînes de traction, avec une entrée de gamme (version 60) reposant sur un moteur situé sur l’essieu arrière développé 182 ch alimenté par une batterie de 62 Wh (brut). Au-dessus, l’Enyaq Coupé iV 80 offre un moteur de 204 ch alimenté par une batterie de 82 kWh (brut) pour une autonomie annoncée de 545 km. La version 80x repose quant à elle sur la même batterie de 82 kWh, mais alimente cette fois deux moteurs (un sur chaque essieu) pour une transmission intégrale permettant de faire passer 265 ch et 425 Nm de couple.

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

Enfin, la version RS, première Skoda électrique à arborer l’emblème sportif du constructeur, repose également sur deux moteurs électriques développés cette fois 300 ch et alimentés par la batterie de 82 kWh. Elle se distingue du reste de la gamme par des performances rehaussées, un châssis sport, un Travel Assist 2.5, une face avant dite Crystal Face, des jantes spécifiques de 20 pouces et une couleur exclusive Vert Mamba.

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

Les prix ne sont pas encore dévoilés, mais l’Enyaq coupé dans sa configuration standard devrait afficher un prix avoisinant les 45 000 €, et la version RS ici testée devrait voir son prix placé entre 60 000 et 61 000 €.

Le Skoda Enyaq Coupé RS trouvera sur sa route le Kia EV6 quatre roues motrices en finition GT-Line à 59 790 €, le Tesla Model Y dont le tarif commence à 62 990 €, le Mustang Mach-E AWD dont le prix débute à 60 500 €, ou encore l’ID.5 GTX (à partir de 57 950 €).

Le Skoda Enyaq Coupé RS iV mesure 4,65 m de long, 1,87 m de large pour une hauteur de 1,62 m. Les lignes de ce SUV coupé sont athlétiques, et le dynamisme est renforcé par une jupe avant latérale et qui étire la silhouette. À l’avant et à l’arrière, on retrouve des feux Matrix Led ainsi que des clignotants à défilement. La calandre illuminée Crystale Face est de série sur la version RS.

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

Les flancs creusés renforcent l’aspect musculeux du coupé et, campés sur ses jantes de 21 pouces en option, il affiche un profil trapu. Ce style moderne renforcé par le jeu d’arêtes du hayon est mis en évidence par la ligne de toit fuyante qui intègre joliment un discret becquet.

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

La carrosserie de type coupé ne gêne en rien l’habitabilité. À l’arrière, l’espace aux jambes et aux coudes est très généreux, on note aussi une place centrale confortable avec l’absence de tunnel de service. La garde au toit satisfera aussi les plus grands, avec une assise légèrement inclinée et un ciel de toit creusé par le toit panoramique en verre. D’ailleurs, l’empattement généreux de 2,76 m profite aussi aux passagers avant qui jouissent d’un bel espace de voyage. Enfin, le coffre ne perd que 15 l sur cette version Enyaq Coupé RS par rapport à la version Enyaq standard, avec un volume de 570 l contre 585 l.

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

Bien qu’un peu froid, l’habitacle se distingue par un dessin moderne, des finitions de qualité sur les parties hautes, avec des plastiques moussés et surtout des ajustements sans reproche. La console centrale en plastique noir brillant retient un peu trop facilement les traces de doigts, comme l’écran central de 13 pouces d’ailleurs, et on déplore toujours des plastiques durs sur les parties inférieures.

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

L’ergonomie peut être déroutante pour certains, avec des commandes de climatisation réduites à quelques touches de raccourcis sur la partie à droite de la touche warning sur la baie de boutons conservés. À droite, idem, on trouve quelques touches de raccourcis sur les modes de conduite ou d’assistance. Bien sûr, sur ce Skoda Enyaq Coupé il faut, comme sur les autres productions du groupe reposant sur cette plateforme MEB, passer par l’écran central pour faire appel aux fonctions de confort ou par l’assistant vocal.

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

Cet écran de 13 pouces (33 cm), justement, possède d’une belle surface d’affichage et d’un bon contraste. Sa réflectance est maitrisée.
Le graphisme est moderne et l’interface globalement agréable à utiliser, grâce notamment à une réactivité dans la moyenne haute de la catégorie. On n’est pas encore au niveau du Model Y, mais les efforts sont notables. En revanche, on aurait apprécié qu’il soit légèrement plus incliné vers le conducteur et qu’il prenne un peu moins les traces de doigts.

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

Reste que pour accorder la climatisation, il faudra passer par la barre de tâches sur le bas de l’écran, ce qui oblige à quitter la route des yeux.
La navigation est globalement réactive et nous n’avons pas noté durant notre essai de perte de position. D’ailleurs, celle-ci peut être projetée non seulement sur le combiné d’instruments, mais surtout sur l’affichage tête-haute à réalité augmentée. Ce dernier peut afficher des informations sur la distance restante jusqu’à la destination, des animations pour signaler les ronds-points ou encore des informations sur l’autonomie. À l’usage, l’affichage se montre discret et ne gêne pas la conduite.

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

De série, l’Enyaq coupé RS iV est également proposé avec le Digital Cockpit de 5,3 pouces qui permet d’afficher les informations de conduite principales en face du conducteur. La personnalisation des modes d’affichage reste très sommaire.

Le Skoda Enyaq Coupé RS iV fait la part belle aux équipements, avec principalement le freinage automatique avec assistance anti-collision, l’aide au maintien dans la voie, les radars de stationnement avant et arrière, la caméra de recul (dont la qualité d ‘image est appréciable) avec vision 360°, le détecteur de fatigue, la détection d’angle mort et le régulateur de vitesse adaptatif avec système d’assistance dans les embouteillages.

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

La version RS intègre également le Travel Assist 2.5 avec le maintien dans la voie en milieu urbain, l’assistance au changement de voie, la communication sur les conditions de circulation entre véhicules équipés du même système et une nouvelle fonction d’aide au stationnement. En plus de l’assistance classique au parking, il est aussi possible d’enregistrer une manœuvre de parking à l’Enyaq, exactement comme un script. Une fois cette dernière enregistrée, il est possible de lancer la séquence a postériori lorsque l’on souhaite retrouver son emplacement de garage, par exemple. La voiture surveille automatiquement les alentours et arrête la séquence en cas d’anomalie détectée.

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

Un mot sur les solutions Simply Clever de Skoda, car elles enrichissent l’expérience utilisateur et rendent le véhicule plus facile à vivre. L’Enyaq coupé n’est pas le seul de la gamme à bénéficier de ces astuces de rangement, mais elles participent au confort général. Ainsi on retrouve un compartiment parapluie dans la portière, divers porte-bouteilles, gobelets, stylos, des aumônières avec emplacements smartphones à l’arrière, 4 ports USB-C, un chargeur à induction avec deux emplacements pour smartphone, ou encore divers espaces, sacs de rangement et filets de séparation dans le coffre. Indéniablement, ces solutions Simply Clever ajoutent une touche de praticité bienvenue que l’on aimerait voir proposé par d’autres constructeurs.

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

Connectivité et application

La Skoda Enyaq Coupé RS bénéficie d’une connexion via une eSim qui permet d’accéder à diverses informations de divertissement ou de trafic, mais aussi de bénéficier d’une assistance de dépannage en cas d’urgence. La connexion sans fil via Apple CarPlay — et filaire pour Android Auto — autorise l’accès à la navigation et autres applications compatibles de son smartphone vers l’écran central. Une connectivité Wi-Fi et Bluetooth est également disponible.

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

Le Skoda Enyaq Coupé RS est compatible avec l’application My Skoda qui permet d’avoir un compte-rendu de ses trajets, de vérifier l’autonomie, la consommation, de programmer la recharge ou, mieux encore, de planifier un trajet avec les arrêts de recharge. Classiquement, on retrouve aussi la géolocalisation, le verrouillage-déverrouillage à distance, la prise de rendez-vous en atelier ou le manuel d’entretien. Il est aussi possible d’acheter des fonctions supplémentaires a postériori.

skoda enyaq coupé RS iV électrique

Tenue de route et performances

Le Skoda Enyaq Coupé RS fait donc la part belle au style. Mais en apposant le blason RS sur son SUV, Skoda signe aussi une version plus affutée. Ainsi la puissance est portée à 300 ch et est répartie entre les deux moteurs (un par essieu, comme sur le 80x), qui sont alimentés par une batterie de 77 kWh (net). Le couple est annoncé pour 460 Nm et surtout le 0 à 100 km/h est donné pour être balayé en 6,5 s. La vitesse maximale est de 180 km/h. Sur le papier ces chiffres ne donneront pas le grand frisson à l’amateur de sportivité.

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

Est-ce que sur la route les sensations permettront de retrouver un peu de fun ? Clairement, le Skoda Enyaq sait donner le sourire quand on écrase la pédale de droite. Malheureusement, il faudra se contenter de réaliser cet exercice sur des lignes droites, lisses et planes. En effet, grevé par son poids pachydermique de 2255 kg, ce coupé RS n’a tout simplement rien de sportif. Pourtant, le châssis sport avec sa garde au sol rabaissée (-15 mm à l’avant et -10 mm à l’arrière) laissait augurer un comportement un peu dynamique. Mais dans notre version d’essai dotée de la suspension pilotée, l’amortissement est bien trop souple, même en mode sport. Pire, sur les routes un peu défoncées et tournoyantes de Toscane, elle laisse échapper d’étonnants mouvements de caisse et de roulis.

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

Il est totalement inutile de vouloir augmenter le rythme avec ce Skoda Enyaq Coupé RS. Malgré son nom, il est nécessaire de l’emmener à un rythme tranquille et de profiter de son excellent confort, contrepartie de son amortissement souple. Là, il se conduit avec aisance, son moteur gorgé de couple répond à la moindre sollicitation et au profit d’une excellente insonorisation. L’Enyaq Coupé RS est donc avant tout un véhicule familial à la présentation flatteuse.

Mesure du bruit à 50 km/h

Mesure du bruit à 130 km/h

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

Avec sa batterie de 77 kWh censée alimenter deux moteurs délivrant 300 ch, l’autonomie de cette version Enyaq Coupé RS est annoncée pour 504 km. C’est un peu moins que la version 80x (520 km). Si vous préférez maximiser l’autonomie au détriment de la performance, il vous faudra tourner vers la version 80 disposant d’un moteur unique de 204 ch et promettant 545 km.

Lors de notre essai, nous avons relevé une consommation moyenne de 20,8 kWh, ce qui autoriserait une autonomie mixte de 370 km, avec 18 kWh en ville, 20 kWh sur route et 26 kWh sur autoroute.

skoda enyaq coupé RS iV électrique

© David Lefèvre / Les Numériques

Skoda annonce une recharge de 0 à 100 % sur une borne AC 11 kW en 7 h 30 min, et 29 minutes pour passer de 10 à 80 % sur une borne DC 135 kW.

Leave a Comment