You are currently viewing Dix risques méconnus pour la santé liés à une consommation excessive chronique d’alcool

Dix risques méconnus pour la santé liés à une consommation excessive chronique d’alcool

Une consommation fréquente et excessive d’alcool est bénéfique pour la santé. L’alcool peut avoir un impact sur tous les systèmes du corps. La quantité d’alcool consommée, les facteurs génétiques, le sexe, la masse corporelle et l’état de santé général sont autant de facteurs qui influencent la façon dont la santé d’une personne réagit à une forte consommation chronique d’alcool. Cependant, les études démontrent systématiquement que, dans l’ensemble, une consommation excessive d’alcool est préjudiciable à la santé et constitue une cause majeure de décès évitable.

Lorsque le corps absorbe plus d’alcool qu’il ne peut en métaboliser, l’excès s’accumule dans la circulation sanguine. Le cœur fait circulaire l’alcool sanguin dans tout le corps, ce qui entraîne des modifications de la chimie et des fonctions normales du corps. Même un seul épisode de consommation excessive d’alcool peut entraîner une déficience corporelle importante, des dommages ou la mort. Avec le temps, la consommation excessive d’alcool peut entraîner le développement de nombreuses maladies chroniques et d’autres problèmes de santé graves. Il a été constaté que l’alcool contribue à au moins 60 problèmes de santé différents.

Dix effets les plus courants de la consommation excessive d’alcool

Quelques faits sur la consommation excessive chronique d’alcool

Voici quelques points essentiels sur la consommation excessive chronique d’alcool.

La définition de la consommation excessive d’alcool est la consommation de huit verres ou plus par semaine pour les femmes, et de 15 ou plus pour les hommes.
Toute consommation d’alcool par une femme enceinte est une consommation excessive.
La consommation d’alcool est associée aux crimes violents.
Les personnes qui commencent à boire avant l’âge de 15 ans ont cinq fois plus de risques de devenir dépendantes de l’alcool que celles qui commencent à boire à l’âge de 21 ans ou après.

1. Maladie du foie

La consommation excessive d’alcool peut affecter de nombreux systèmes de l’organisme. L’alcool est principalement métabolisé dans le foie, c’est pourquoi ce dernier est particulièrement exposé à des dommages.

Le corps métabolise l’alcool en acétaldéhyde, une substance qui est à la fois toxique et cancérigène. La maladie alcoolique du foie est transmise par la quantité et la durée de l’abus d’alcool. Une consommation chronique et importante d’alcool constitue un risque important pour son développement. Une consommation excessive d’alcool augmente considérablement le risque de stéatose hépatique alcoolique, une précoce et réversible de la consommation excessive d’alcool. La consommation chronique d’alcool altère le déficit hépatique des graisses, et l’excès de graisse s’accumule dans le foie.

Parmi les autres effets sur le foie, on trouve une inflammation à long terme, appelée hépatite alcoolique. Cela peut conduire à la formation de tissu cicatriciel. Sur une période allant de plusieurs années à plusieurs décennies, la cicatrisation peut envahir complètement le foie, le rendre dur et nodulaire. C’est ce qu’on appelle la cirrhose. Si le foie n’est pas en mesure d’assurer ses fonctions vitales, une défaillance de plusieurs organes et la mort compensée. Les symptômes ne se développent souvent qu’après que des dommages importants ont déjà été causés.

2. Pancréatite

La surconsommation d’alcool peut entraîner une pancréatite, une inflammation douloureuse du pancréas qui nécessite souvent une hospitalisation. L’inflammation est probablement liée à l’activation prématurée des proenzymes des enzymes pancréatiques et à l’exposition chronique à l’acétaldéhyde, ainsi qu’à d’autres activités chimiques dans le pancréas causées par les dommages causés par l’alcool. Environ 70 pour cent des cas de pancréatite touchent des personnes qui consomment régulièrement de grandes quantités d’alcool.

3. Cancer

La consommation chronique d’alcool peut augmenter le risque de développer différents cancers, notamment ceux de la bouche, de l’œsophage, du larynx, de l’estomac, du foie, du côlon, du rectum et du sein. L’acétaldéhyde et l’alcool lui-même contribuent à l’augmentation du risque. Les personnes qui fument du tabac en plus de boire présentent un risque plus élevé de cancer du tractus gastro-intestinal supérieur et des voies respiratoires.

4. Ulcères et problèmes gastro-intestinaux

Une consommation excessive d’alcool peut causer des problèmes avec le système digestif, tels que des ulcères d’estomac, des reflux acides, des brûlures d’estomac et une inflammation de la paroi de l’estomac, connue sous le nom de gastrite. Lorsque l’alcool traverse le tube digestif, il commence à exercer ses effets toxiques. Les dommages causés au système digestif peuvent également entraîner de dangereuses hémorragies internes dues à l’hypertrophie des veines de l’œsophage liées à une maladie chronique du foie. L’alcool interfère avec la sécrétion d’acide gastrique. Il peut retarder la vidange gastrique et altérer les mouvements musculaires de l’ensemble de l’intestin. Le tractus gastro-intestinal subit une quantité considérable de dommages causés par l’alcool.

5. Dysfonctionnement du système immunitaire

Une consommation excessive d’alcool affaiblit le système immunitaire, entraînant l’organisme vulnérable aux maladies infectieuses, telles que la pneumonie et la tuberculose. L’alcool entraîne des modifications des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes. L’alcoolisme peut entraîner une baisse du nombre de globules blancs. Cela se produit parce que la production de globules blancs par l’organisme est supprimée et que les cellules sont piégées dans la rate. Chaque épisode de consommation excessive d’alcool réduit la capacité de l’organisme à lutter contre les infections. L’exposition à grandes quantités d’alcool et la consommation chronique et importante d’alcool ont un effet négatif sur la production et la fonction des globules blancs au fil du temps. Le risque de pneumonie, de tuberculose (TB), d’infection par le VIH et d’autres maladies sera plus élevé.

6. Lésions cérébrales

L’alcool est associé à des troubles de la vision, des trous de mémoire, des troubles de l’élocution, des difficultés à marcher et un ralentissement du temps de réaction. Tous ces symptômes sont dus à ses effets sur le cerveau. Il modifie les récepteurs et les neurotransmetteurs du cerveau et interfère avec les fonctions cognitives, l’humeur, les émotions et les réactions d’une personne à plusieurs niveaux.
L’alcool étant un dépresseur du système nerveux central (SNC), il entraîne des difficultés à traiter les informations et à résoudre des problèmes simples. L’effet de l’alcool sur les récepteurs de la sérotonine et du GABA peut entraîner des modifications neurologiques susceptibles de réduire la peur normale d’une personne des conséquences de ses propres actes, ce qui contribue à des comportements violents ou à la prise de risques. L’alcool perturbe également la coordination motrice fine et l’équilibre, ce qui entraîne souvent des blessures dues à des chutes. Une consommation excessive d’alcool peut provoquer des « trous de mémoire » ou l’incapacité de se souvenir d’événements. Une consommation excessive d’alcool à long terme peut accélérer le processus normal de vieillissement du cerveau et entraîner une démence précoce et permanente. Jusqu’à l’âge de 24 ans, le cerveau est encore en développement. Par conséquent, les jeunes adultes sont particulièrement vulnérables aux effets néfastes de l’alcool.

7. Malnutrition et carences en vitamines

Une consommation d’alcool dysfonctionnelle entraîne une malnutrition et des carences en vitamines. Cela peut être dû en partie à une mauvaise alimentation, mais aussi au fait que les nutriments ne sont pas décomposés correctement. Ils ne sont pas correctement alimentés par le sang à partir du tractus gastro-intestinal et ne sont pas utilisés efficacement par les cellules du corps. En outre, la capacité de l’alcool à interrompre la production de globules rouges par la moelle osseuse et à provoquer des ulcères gastriques peut entraîner le développement d’une anémie ferriprive.

8. L’ostéoporose

Une consommation excessive d’alcool à long terme peut provoquer une forme de démence qui affecte la mémoire, l’apprentissage et d’autres fonctions mentales. Une forte consommation chronique d’alcool, en particulier pendant l’adolescence et le début de l’âge adulte, peut affecter considérablement la santé osseuse, et elle peut augmenter le risque de développer une ostéoporose, avec une perte de masse osseuse, plus tard dans la vie. L’ostéoporose augmente le risque de fractures, notamment au niveau du fémur proximal de la hanche. L’alcool interfère avec l’équilibre du calcium, la production de vitamine D et les niveaux de cortisol, ce qui s’ajoute à l’affaiblissement potentiel de la structure osseuse. Les personnes qui boivent excessivement sont plus susceptibles de se fracturer une vertèbre que celles qui ne le font pas. La consommation de grandes quantités d’alcool à l’adolescence augmente le risque d’ostéoporose plus tard dans la vie.

9. Maladies cardiaques et santé cardiovasculaire

Le poids peut entraîner une pression artérielle élevée en déclenchant la libération de certaines hormones qui provoquent la constriction des vaisseaux sanguins. Cela peut avoir des effets néfastes sur le cœur.
La consommation excessive d’alcool est depuis longtemps liée à de multiples complications cardiovasculaires, dont l’angine de poitrine Source de confiance, l’hypertension artérielle et un risque d’insuffisance cardiaque. L’accident vasculaire cérébral est une complication potentiellement mortelle du binge drinking. Les fluctuations de la pression artérielle et l’augmentation de l’activation des plaquettes sont courantes pendant la période de récupération de l’organisme après une beuverie. Cette combinaison mortelle augmente le risque d’accident vasculaire cérébral ischémique.

10. Accidents et blessures

La consommation d’alcool, quelle que soit la quantité, est liée aux accidents de voiture, à la violence domestique, aux chutes, aux noyades, aux accidents du travail, aux suicides et aux homicides.
La capacité de conduire peut être altérée par un seul verre, et une personne qui boit beaucoup est susceptible de subir des blessures plus graves en cas d’accident. La consommation chronique ou excessive d’alcool présente un risque énorme pour la santé. Une consommation excessive d’alcool, que ce soit en une seule occasion ou sur une période prolongée, peut entraîner des dommages corporels graves et irréversibles. Aucun mode de consommation d’alcool n’est totalement exempt de risques et il n’existe pas de méthode fiable pour prédire comment et quand une personne subira les conséquences d’une consommation excessive chronique d’alcool.

* Presse Santé s’efforce de transmettre la connaissance santé dans une langue accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations ne peuvent remplacer l’avis d’un professionnel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

Leave a Reply