You are currently viewing Défi du ZEvent : ZeratoR et JDG sur DAoC, c’est quoi ce vieux jeu culte ?

Défi du ZEvent : ZeratoR et JDG sur DAoC, c’est quoi ce vieux jeu culte ?

News jeu Défi du ZEvent : ZeratoR et JDG sur DAoC, c’est quoi ce vieux jeu culte ?

Si vous suivez le milieu du Twitch français, vous avez sûrement vu que ZeratoR et le Joueur du Grenier jouaient ensemble à un certain Dark Age of Camelot, communément appelé DAoC. Si ce nom ne vous dit peut-être rien, c’est bien normal car il s’agit d’un vieux jeu pourtant culte.

Sommaire

  • Un MMORPG toujours debout vingt ans après
  • Dark Age of Camelot, le PVP avant tout
  • Un défi du ZEvent auquel vous pouvez participer !

Parmi les défis du ZEvent, on retrouve vraiment tout et son contraire. Si pas mal d’entre eux nécessitent une grosse organisation compte tenu de leur ambition, d’autres, plus modestes, n’en restent pas moins intéressants. Ainsi lors de la dernière édition, ZeratoR avait fixé comme donation à 175 000 € de, je cite “tryhard pour être Immortel sur Valorant ou PEX lvl max sur DAoC” en fonction du vote du chat. Finalement, c’est le second qui l’a emporté et pour compléter ce défi, le streamer de Montpellier est accompagné du Joueur du Grenier afin de relancer ce titre aussi vieux que culte qu’est Dark Age of Camelot, plus communément appelé DaoC.

Un MMORPG toujours debout vingt ans après

Sorti au départ en 2001 sur PC, Dark Age of Camelot est donc un MMORPG (jeu de rôle massivement multijoueur) développé par Mythic Entertainment et édité par Electronic Arts. Le titre est décomposé en trois factions différentes que les joueurs rejoignent en début de partie et qui s’affrontent en permanence dans des zones PVP (Players vs Players, c’est-à-dire des combats entre joueurs). Ainsi, on retrouve Albion qui est inspiré, comme son nom l’indique, de la légende arthurienne et donc de la Grande-Bretagne, le royaume d’Hibernia plutôt orienté fantasy avec sa magie et créatures féériques qui rappellent l’Ireland, et enfin Midgard qui est forcément un monde enneigé rempli de trolls et de nains compte tenu de son inspiration de la mythologie nordique.

Défi du ZEvent : ZeratoR et JDG sur DAoC, c'est quoi ce vieux jeu culte ?

L’une des premières forces du titre est que chacune des trois nations est très différente de ces rivales. Au-delà de l’esthétique de leurs villes et de leurs environnements, on ne retrouve pas forcément les mêmes races d’une faction à l’autre, ni les mêmes classes, ce qui confère une vraie identité à chaque camp. De plus, au moment de sa sortie au début des années 2000, le titre se démarque de la concurrence tout d’abord par ses graphismes en 3D, mais surtout pour ses serveurs capables de gérer un grand nombre de joueurs en même temps, ce qui n’était pas forcément gagné à ce moment-là. Fort de son succès, le titre a évidemment eu droit à des extensions, au nombre de sept, jusqu’en 2007 et comporte aujourd’hui 21 races et 44 classes jouables.

Défi du ZEvent : ZeratoR et JDG sur DAoC, c'est quoi ce vieux jeu culte ?Défi du ZEvent : ZeratoR et JDG sur DAoC, c'est quoi ce vieux jeu culte ?
Défi du ZEvent : ZeratoR et JDG sur DAoC, c'est quoi ce vieux jeu culte ?

Pour ce qui est du déroulé du jeu, on a d’abord une partie PVE (Player Versus Environment, c’est-à-dire affronter des monstres contrôlés par l’intelligence artificielle) qui permet de gagner de niveaux. Cependant, il ne faut pas oublier que le titre est sorti avant World of Warcraft et que certaines options de confort qui se sont normalisées aujourd’hui ne sont pas présentes au dans le jeu d’origine. Par exemple, au départ, il n’y avait pas de quêtes à proprement parler et il fallait tuer des ennemis en boucle pour espérer gagner des niveaux. On souhaite donc bon courage à ZeratoR pour atteindre le level max…

Défi du ZEvent : ZeratoR et JDG sur DAoC, c'est quoi ce vieux jeu culte ?

De plus, toutes les classes respectent strictement leur rôle et ne peuvent pas tout faire comme ça peut être le cas dans des MMORPG plus récents. Par exemple, un healer (classe qui soigne) n’est vraiment pas efficace pour combattre, tandis qu’un tank (classe qui encaisse les dégâts pour ses compagnons) prendra longtemps à vaincre son adversaire. Pour facilement gagner de l’expérience, il faut donc forcément former un groupe avec des joueurs pour créer des synergies et être efficaces. Cependant, contrairement à d’autres titres du même genre sorti à l’époque, DAoC propose des raccourcis pour les compétences ce qui, croyez-moi, n’était pas le cas de tout le monde. Malgré tout, on reste en face d’un jeu qui a plus de vingt ans et qui est donc assez difficile d’accès aujourd’hui, rien que pour ses graphismes par exemple, d’autant plus car il s’agit d’un MMORPG qui est un genre dont les codes ont beaucoup évolué depuis la sortie de WoW.

Dark Age of Camelot, le PVP avant tout

Défi du ZEvent : ZeratoR et JDG sur DAoC, c'est quoi ce vieux jeu culte ?

Bien plus que pour son PVE, si Dark Age of Camelot fait partie de ses vieux MMORPG encore en ligne plusieurs décennies après sa sortie comme Ultima Online, EverQuest ou Final Fantasy XI Online, c’est grâce à son PVP, c’est-à-dire ses affrontements entre joueurs. Plus précisément, ce mode s’appelle ici RvR, Royaume contre Royaume. Concrètement, chacune des trois possède une zone frontière qui est en contact avec celle des autres et qui est protégée par un château qui sert de place de forte à défendre. Au-delà du plaisir du jeu, le vrai intérêt de ce de mode, c’est surtout de pouvoir récupérer les reliques des autres.

Défi du ZEvent : ZeratoR et JDG sur DAoC, c'est quoi ce vieux jeu culte ?

En effet, chaque faction dispose de deux reliques, l’une donnant des bonus de force, la seconde des bonus de mana. Pour les deux camps adversaires, le but est de mettre la main sur ces reliques pour bénéficier de ces boosts de caractéristiques et ainsi être plus efficaces sur le champ de bataille. Cependant, plus un royaume possède de reliques, plus les défenses de son fort sont faibles, avec moins de gardes présents qui finissent par ne plus donner l’alerte en cas d’assaut passer un certain cap, ce qui fait que l ennemis peuvent récupérer plus facilement les reliques. C’est donc un équilibre subtil qu’il faut protéger en permanence pour espérer profiter de bonus. Clairement, c’est grâce à ce mode de jeu que le titre est encore aujourd’hui disponible et qu’il peut compter sur une communauté de joueurs fidèles.

Défi du ZEvent : ZeratoR et JDG sur DAoC, c'est quoi ce vieux jeu culte ?

De nombreux joueurs gardent de très bons souvenirs de ces affrontements épiques, à commencer par le JDG qui en a beaucoup parlé sur sa chaîne YouTube secondaire, le Bazar du Grenier. Grand joueur de MMORPG devant l’éternel, ce dernier a surtout fait ses armes sur Dark Age of Camelot comme il le raconte avec une certaine nostalgie dans l’épisode de “Ces jeux qui m’ont marqué” que vous pouvez voir ci-dessous. D’ailleurs, c’est pour cette raison que, fort de son expérience, il accompagne ZeratoR pour son retour sur le jeu, même si le fondateur ZEvent connaît aussi très bien le titre.

Un défi du ZEvent auquel vous pouvez participer !

Défi du ZEvent : ZeratoR et JDG sur DAoC, c'est quoi ce vieux jeu culte ?

Maintenant que vous avez cerné la nature du titre, vous comprenez mieux en quoi le défi de ZeratoR est donc particulièrement audacieux. Fort heureusement, pour atteindre le niveau max, il peut compter sur l’aide d’autres streamers, en plus de JDG, comme Gius, Lapi, ou encore Lyk. Cette semaine de redécouverte du jeu doit durer jusqu’au 24 juillet, soit dimanche, mais vous pouvez aussi y participer à votre façon. En effet, Dark Age of Camelot est aujourd’hui free-to-play et donc jouable gratuitement jusqu’au niveau 50 et au-delà sans avoir à payer un abonnement, mais avec quelques restrictions, bien sûr.

Si vous voulez participer à cette aventure, sachez que toute cette équipe joue sur le serveur privé gratuit Uthgard et qu’un Discord a été créé pour l’occasion, vous pouvez d’ailleurs le rejoindre ici. Cependant, dans un tweet publié lundi, ZeratoR demande tout de même à ceux qui seraient tentés de venir d’aller dans les factions Albion et Midgard pour équilibrer le serveur. Ce dernier a d’ailleurs fait l’objet d’un pic à 500 joueurs le soir de lancement de l’opération, ce qui est franchement pas mal pour un jeu vieux de 20 ans. Dans tous les cas, il ne reste plus qu’à attendre dimanche pour savoir si ZeratoR aura réussi son défi du Z Event 2021.

Leave a Reply