You are currently viewing David Guetta, Omar Sy, Stromae… Le sacre de DJ Snake au Parc des Princes

David Guetta, Omar Sy, Stromae… Le sacre de DJ Snake au Parc des Princes

Douze ans que le Parc des Princes n’avait pas accueilli de concert. La dernière fois, c’était le 22 juin 2010. Ce soir-là, le groupe de rock américain Green Day avait enflammé le célèbre stade parisien. Depuis, plus rien, sauf du sport. Jusqu’à ce samedi 10 juin 2022. Pour le grand retour de la musique en son sein, l’enceinte a déroulé le tapis rouge à DJ Snake. Une consécration pour l’artiste électro qui a grandi à Ermont (Val-d’Oise). Ce samedi, ils étaient 63 000 à se ruer autour d’une imposante scène centrale, composée d’écrans géants.

À 21h20, à la manière de Johnny Hallyday en 1993, dans le même Parc des Princes, DJ Snake arrive en traversant la foule déchaînée. Le tout avant de s’élever au centre du stade, sur un piédestal de plus de dix mètres, il va électriser son public pendant 2h30. Une foule totalement acquise, lieu pour entendre les tubes de ces dix dernières années tels que « Lean On », « Loco Contigo » ou encore « Taki Taki ». Mais aussi des compositions électros, moins accessibles bien qu’aussi efficaces. Le tout agrémenté d’effets pyrotechniques à gogo : des flammes, des feux d’artifice autour du stade. Et à 22h10, après 50 minutes de ferveur, plus de musique. L’émotion est là. “On l’a fait !” On l’a fait ! On l’a fait !, s’enthousiasme Snake, William Grigahcine de son vrai nom. On m’a dit que ce ne serait pas possible. On m’a dit de faire deux trois Bercy, qu’on sortait de pandémie… Je m’en bats les couilles, on l’a fait ! »

Khaled chante deux titres

Si l’on a subi le spectacle déjà bien exécuté, les invités qui se sont succédés ont réussi à enflammer toujours plus le Parc des Princes. À commencer par le comédien Omar Sy. Appelé à la rescousse dans l’enceinte parisienne, ce fan de l’Olympique de Marseille a d’abord été gentiment hué avant de célébrer son ami aux cris de « Ici c’est Snake City », référence directe au slogan « Ici c’ est Paris ». Le tout avant de faire s’affronter les deux côtés du Parc dans une bataille d’ambiance, devant se baisser au maximum avant de sauter le plus haut possible. Un classique pour les fans, d’une efficacité redoutable. Mais pas le temps de souffler que DJ Snake remet le couvert, avec son « king ». Introduit par un hymne à la tolérance. « Mon prochain invité, c’est que de l’amour. Et c’est la France qu’on représente. Peu importe la couleur, peu importe la religion, peu importe d’où vous venez. Et c’est ça notre France à nous. La France que j’aime et que je représente dans le monde. Ce soir, c’est sûrement la plus belle soirée de ma vie et on vit ça ensemble », at-il lancé avant d’accueillir Khaled pour deux titres. N’évidemment pas « Aïcha », reprise en chœur par les 63 000 spectateurs de la soirée. Plus tard, autre gros coup avec la venue d’un autre grand DJ français connu dans le monde entier en la personne de David Guetta. « On nous a souvent opposés mais on ne fait pas le même style de musique. Mais sans David, il n’y a pas de Snake », confie la star de la soirée. Pendant une quinzaine de minutes, l’hôte laisse même les manettes à son aîné, disparaissant totalement de la scène. Sans jamais faire retomber l’ambiance.

Après deux heures de show, le DJ de 36 ans en un encore sous le pied. Fils public aussi. Preuve en est avec la venue surprise de Stromae. Même si un problème technique a empêché le public d’entendre le début de « Alors on danse », la chanson une nouvelle fois fait mouche. Et même « L’enfer », sur la dépression et le suicide, a su résonner dans le stade.

« Ce soir je suis chez moi et je fais un peu ce que je veux. J’ai quartier libre », avait affirmé l’hôte en cours de soirée. La promesse est tenue. Grâce à un show millimétré et parfaitement prévu pour le Parc des Princes, DJ Snake a réussi à électriser la foule, sans laisser personne de côté. Un sacré en bonne et due forme, sublimé à la nuit tombée grâce à d’importants jeux de lumière. Ce samedi, au Parc des Princes, DJ Snake était plus qu’un prince : un roi.

Leave a Reply