You are currently viewing Danger du vaccin Pfizer !  L’Agence nationale de sécurité alerte sur les effets secondaires.

Danger du vaccin Pfizer ! L’Agence nationale de sécurité alerte sur les effets secondaires.

Attention si vous avez été vacciné par Pfizer ! L’état de la vaccination en France avec les effets secondaires supprimés.

Soudain, le monde entier a pu pousser un soupir de relâchement lors de la découverte de ce nouveau vaccin Pfizer. Les campagnes de vaccination se succèdent. Malgré de nombreuses réticences, elles se sont bien déroulées. Aujourd’hui, près de 78% de la population française est totalement vaccinée.

Le gouvernement a tout mis en œuvre pour y parvenir, notamment par le biais du carnet de vaccination. Celui-ci a été fortement contesté. D’autant que le vaccin Pfizer (ou Pfizer-BioNTech, ou Cominarty), comme tous ses concurrents, est peu efficace contre les variantes Delta et Omicron.

En revanche, il prévient le développement des formes graves de la maladie. Le nombre de personnes liées au COVID-19 a fortement diminué.

Cependant, malgré les résultats très positifs à l’échelle macroscopique, certaines personnes ont fait les frais de la vaccination.

Pfizer dans le collimateur de l’Agence nationale de sécurité du médicament française

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé est un établissement public français.

Sa mission principale est d’évaluer les risques sanitaires présentés par les médicaments et les produits de santé destinés à l’homme. Depuis la pandémie de COVID-19, les vaccins de Pfizer et ceux de ses concurrents sont passés au crible.

En mars 2022, l’agence a produit un rapport détaillé sur la surveillance des événements indésirables suite à la vaccination avec Pfizer-BioNTech. Ce rapport n’est pas très rassurant. Il montre l’apparition de divers symptômes mais aussi d’un syndrome qui semble être lié à la vaccination.

Les effets secondaires Pfizer

L’Agence nationale de sécurité du médicament a procédé à de nouvelles analyses et statistiques sur les cas rapportés depuis le début de la vaccination suite à l’évaluation effectuée dans le rapport 18 publié le 24 septembre 2021. Au total, pas moins de 43 cas de syndrome de Parsonage-Turner ont été remplacés, dont 27 sont survenus au cours de la nouvelle période d’étude.

Le syndrome de Parsonage-Turner est également connu sous le nom de névralgie amyotrophique. Le symptôme principal est une inflammation du plexus brachial, c’est-à-dire un groupe de nerfs, qui se trouve entre l’épaule et la clavicule.

Cela peut éventuellement entraîner une perte musculaire. Cette affection semble toucher principalement les hommes autour de 40 ans.

Le syndrome de Parsonage-Turner provoque une forte douleur et une sensation de choc électrique. Le bras est douloureux et devient lourd. La maladie se déroule en trois phases distinctes. Tout d’abord, la phase inflammatoire entraîne une douleur intense dans l’épaule. Ensuite, les personnes voient leur force et leur mobilité diminuer. Enfin, il y a une perte de masse musculaire.

L’étude détaillée des cas graves après la vaccination par Pfizer

L’Agence nationale pour la sécurité des médicaments a examiné et analysé tous les cas avec un neurologue expert. 18 des cas présentés n’ont pas permis d’établir un lien direct avec le vaccin Pfizer.

Cependant, pour les 25 cas restants, un lien de causalité a pu être établi. 7 de ces cas de syndrome de Parsonage-Turner sont survenus après la première dose, 14 autres après la deuxième dose, et les 4 derniers cas sont survenus après la dose de rappel.

Sur ces 25 cas liés à la vaccination Pfizer, 9 patients sont complètement guéris ou en voie de l’être. Un patient s’est rétabli mais présente des séquelles. Enfin, 14 patients ne sont toujours pas guéris, indique l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé dans son rapport d’étape du 19 mars 2022.

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSMP) dénombre 8 cas d’une forme particulière du syndrome de Parsonage-Turner. On parle de forme focale, de forme atypique ou de forme précoce. Il s’agit de termes cliniques. Ils ont également pu constater une rechute chez une personne ayant des antécédents de Parsonage-Turner, dont elle s’était apparemment totalement remise.

vaccin

Plus étrange encore, un rapport de cas montre un cas de syndrome de Parsonage-Turner controlatéral dans les bras vaccinés par Pfizer. Autrement dit, la personne a présenté les symptômes dans les bras opposés. Il existe de nombreux autres cas spécifiques à ajouter à la liste. Cependant, nous devons rester positifs. Ces 49 cas de syndrome de Parsonage-Turner ne sont rien par rapport aux 109 210 000 injections qui ont été réalisées au 10 mars 2022.

Leave a Reply