Covid – Omicron moins sévère, “une heureuse coïncidence” : pourquoi faut-il s’attendre à de nouvelles variantes plus graves ?

Covid - Omicron moins sévère, "une heureuse coïncidence" : pourquoi faut-il s'attendre à de nouvelles variantes plus graves ?
Written by admin

Une version optimiste de l’épidémie de Covid-19 dit que les prochaines variantes seront toujours plus contagieuses mais moins sévères. Une théorie que plusieurs scientifiques contredisent en bloc.

Depuis ce lundi 14 mars, la vie a repris son cours. Presque un retour à la normale, levée des restriction obliger.

Mais alors que l’essentiel des mesures sanitaires est désormais levé, les chiffres relatifs à l’épidémie de Covid-19 – en augmentation pour un 10e jour de suite – sont de nature à s’inquiéter. Et de nombreux observateurs vont même jusqu’à se demander si les restriction n’ont pas été abandonnées trop tôt.

A lire aussi :
Covid – Omicron : 18 853 contaminations ce lundi, les nouveaux cas toujours en hausse de 25%, vaguelette ou réelle inquiétude ?

Question clé

Ce lundi, également, une étude cosignée par Peter Markov (du centre commun de recherche de la commission européenne), Aris Katzourakis (Université d’Oxford) et Nikolaos Stilianakis (Université d’Erlangen-Nuremberg), et publiée dans la revue Nature, va dans ce sens.

Pour ces chercheurs, “une question clé est de prédire les paramètres épidémiologiques et cliniques” du Covid-19.

À ce niveau, “la moindre gravité d’Omicron n’est qu’une coïncidence”. Explications : “L’idée que les virus évalueront pour être moins virulents pour épargner leurs hôtes est l’un des mythes les plus persistants encadre l’évolution des agents pathogènes”. “Les virus évoluent pour maximiser leur transmissibilité et parfois cela peut être corrélé à une virulence plus élevée, par exemple, si des charges virales élevées la transmission mais augmentent également la gravité. Si tel est le cas, les agents pathogènes peuvent être évalués vers une virulence plus élevée.”

Réinfections

Deuxièmement, “une autre croyance commune repose sur un vaccin généralisé ou une immunité induite par l’infection pour garantir des infections bénignes par le SRAS-CoV-2 à l’avenir.” Ou, “Cette idée, cependant, ignore une caractéristique centrale de la biologie du SRAS-CoV-2 l’évolution antigénique, c’est-à-dire une modification continue du profil antigénique viral en réponse aux pressions immunitaires de l’hôte. Des taux élevés d’évolution antigénique peuvent entraîner une fuite immunitaire, c’est-à-dire une capacité réduite du système immunitaire à empêcher une réinfection et une maladie potentiellement grave qui s’ensuit. Au niveau de la population, l’évolution et la fuite antigéniques peuvent augmenter le fardeau en augmentant les taux de réinfection et les taux de maladie grave”.

Pour les chercheurs, si Omicron est moins virulent et que cela a été “interprété avec enthousiasme comme la fin de la maladie”ce n’est en fait qu’“une heureuse coïncidence”. “À mesure que passent les populations humaines à des niveaux élevés d’immunitéle SRAS-CoV-2 Devrait optimiser de plus en plus sa transmissibilité (Rt) en affinant sa capacité à réinfecter les individus immunisés, et moins en étant hautement infectieux. Ainsi, les niveaux croissants d’immunité sont susceptibles d’accélérer les taux d’évolution antigénique, d’augmenter à la fois le risque de réinfection et potentiellement la perspective d’une gravité plus élevée des réinfections. La propagation rapide d’Omicron a été facilitée par son extraordinaire capacité à réinfecter des individus immunisés, illustrant cette stratégie évolutive”.

Leave a Comment