Ça donne quoi la saison 2 de ce « Loft Story » de l’humour ?

Ça donne quoi la saison 2 de ce « Loft Story » de l'humour ?
Written by admin

L’une des premières questions que l’on pose généralement à un artiste lors d’une interview consiste à lui demander pourquoi avoir accepté de prendre part au projet pour lequel on l’interroge. Mais lorsque l’on fait face aux participants de la deuxième saison de LOL : qui rit, sortdont les trois premiers épisodes sont disponibles dès ce vendredi sur Amazon Prime Video, la question s’inverse : y at-il des raisons de ne pas dire oui à cette émission ?

« Il n’y a aucune raison de ne pas y participer », répond du tac au tac​ Alexandra Lamy. Celle qui a remporté la première édition du jeu revient cette année, non pas pour essayer de ne pas rire aux blagues de ses camarades mais pour faire partie de son expérience au côté de Philippe Lacheau qui arbitre toujours le programme. « J’avais très envie d’être à nouveau dans la salle mais ça aurait été un peu compliqué, ça aurait été un gros challenge », indique la comédienne.

« Ce sont des tueurs dans le casting »

Alexandra Lamy laisse donc sa place à dix visages bien connus de la comédie et de l’humour : Eric et Ramzy, Melha Bedia, Gérard Darmon, Alice David, Audrey Fleurot, Camille Lellouche, Panayotis Pascot, Just Riadh et Ahmed Sylla. Dès les premières minutes, cacher ses rictus sera bien difficile pour les membres du casting qui verront les cartons jaunes défiler devant leurs yeux. « Le niveau pour se retenir de rire est peut-être plus faible que la première saison mais le niveau d’humour est quand même assez impressionnant. Ce sont des tueurs dans le casting », commente Philippe Lacheau.

Comme l’an dernier, les candidats ont (officiellement) six heures pour essayer de faire glousser leurs potes. « En vrai c’était dur, réagit Eric Judor. C’était dix ou douze heures de tournage ». Dès qu’ils foulent le sol du studio, tout est fait pour que les participants oublient le cadre du jeu, à l’instar d’une téléréalité. « Tu es jeté dans ce décor-là, tu ne vois jamais les caméras, on n’a pas l’heure, il n’y a pas de lumière du jour… C’est le Histoire du loft du rire », compare Alice David.

Quand la compétition et la bienveillance s’opposent

Avant le tournage, quelques personnalités se sont entraînées à ne pas rire avec certains de leurs amis… Pour des résultats pas toujours probants. Alors d’autres célébrités ont carrément décidé de s’allier, à l’image de Melha Bedia et Camille Lellouche qui se connaissent depuis quinze ans. « On a fait un mini-pacte pour s’esquiver », confie la sœur de Ramzy. Mais la compétition finira-t-elle par avoir raison de leur amitié ?

« En premier lieu, ce n’est pas compétitif, souligne Camille Lellouche. Ensuite, à l’avance dans le temps. Ça fait des heures qu’on est là et sur une association à défendre donc les enjeux arrivent après. Donc au début, le but est de ne pas rire et après viennent la concurrence et les pactes ».

La rivalité fait rage entre l’union d’Eric et Ramzy, la force d’Ahmed Sylla, la surprise Audrey Fleurot et surtout la carte joker de Gérard Darmon (on ne vous en dit pas plus). Rapidement, certaines têtes d’affiche se font supprimer à l’étonnement général. L’arbitre, lui, promet des surprises jusqu’à la finale. L’ultime combat, tout comme les trois derniers épisodes, sera visible dès le 8 avril prochain.

Leave a Comment