You are currently viewing Bardet crie à l’injustice

Bardet crie à l’injustice

A la lutte pour le podium du Tour de France, Romain Bardet dit les efforts consentis pour décrocher une place d’honneur sur la Grande Boucle.

Chassez le naturel, il revient au galop. Alors qu’il avait assuré, avant le début du Tour de France, ne pas faire du classement général son objectif prioritaire, Romain Bardet est à la lutte pour le podium. Quatrième au classement général, l’Auvergnant, deuxième en 2016 et troisième en 2017, ne pointe qu’à 18 secondes de la troisième place avant la traversée des Pyrénées. De quoi donner des idées au leader du DSM.

Lire aussi : Pogacar, le clash programmé

Le natif de Brioude s’attend à une lutte sans merci ces trois prochains jours. La faute notamment à Tadej Pogacar, qui annonce vouloir attaquer à tout va pour combler ses 2’22” de retard sur Jonas Vingaard. « On voit que le peloton est fatigué, tout le monde est un peu à la limite. Il n’y a pas eu une journée sur le Tour de France où on a pu laisser couler, se reposer un petit peu et discuter. J’ai l’impression de ne pas avoir soufflé du tout sur ce Tour de France. Les trois dernières étapes de montagne, ça va être la lutte finale pour le classement général donc on peut s’attendre à du mouvement. Ça va être explosif », at-il prévenu.

C’est plus dur de faire le classement général que de jouer les victoires d’étape

Et Romain Bardet se veut d’autant plus prudent que les Pyrénées n’accordent que peu de répit aux coureurs. « Les Pyrénées, c’est souvent assez explosif puisqu’il y a assez peu de vallée entre chaque col. En troisième semaine, c’est très prouvé, le massif pyrénéen peut toujours faire de gros dégâts », at-il désigné, se montrant pessimiste quant à ses chances d’y remporter une étape : « J’aimerais bien en gagner une belle à la pédale. Je ne sais pas si ça sera possible, car ils sont très forts devant. Mais en tout cas, c’est important pour moi, après un début de saison contrasté, de me retrouver avec les meilleurs mondiaux à l’avant.»

L’ancien d’AG2R se satisfera sans mal d’une place d’honneur. A son sens, un bon classement sur le Tour de France n’est d’ailleurs pas reconnu à sa juste valeur. « C’est plus dur de faire le classement général que de se relever certains jours et de jouer les victoires d’étape. Je ne dis pas que c’est facile de gagner sur le Tour. C’est tout sauf facile. Mais en tout cas, on déprécie souvent un top 7 ou top 8, at-il ainsi regretté. Les efforts consentis pour y arriver, c’est énorme. C’est 21 étapes à fond. Bien sûr, j’aimerais bien gagner sur le Tour, mais je trouve ça encore plus gratifiant de se battre tous les jours avec les meilleurs en montagne.»

Lire aussi :Jalabert, coup de tonnerre sur le Tour validé !Dopage mécanique : Grosse confirmation pour VoecklerAlaphilippe, Marion Rousse craqueDopage: vidéo troublante sur le Tour

Leave a Reply