You are currently viewing Bagarre après le match de rugby de Maubourguet : “En 58 ans de rugby, je n’ai jamais vu ça”

Bagarre après le match de rugby de Maubourguet : “En 58 ans de rugby, je n’ai jamais vu ça”

l’essentiel
À l’issue de la finale Occitanie entre le club de rugby de Maubourguet et le club héraultais de l’entente Fleury Salles Coursan, une bagarre d’une rare violence s’est révélée. La police a dû intervenir pour disperser les belligérants à coups de bombe lacrymogène.

Alors que le club du SOMR (Stade olympique maubourguétois rugby) a remporté avec la manière la finale Occitanie face au club héraultais de l’entente Fleury Salles Coursan, sur le terrain de Foix, deux bagarres entre supporters dont une très violente en fin de match , sont lieux entacher cette journée qui reste pourtant dans le marbre sportif du club de rugby de Maubourguet. “Tout a commencé avant le match des réserves, raconte Thierry Guinle, le coprésident de la SOMR. Nous étions en train de manger tranquillement au club-house avec les “officiels”. Les supporters de l’équipe réserve des Rives d’Orb ont commencé à bousculer un de nos dirigeants puis ils se sont bagarrés dans les tribunes.

Un supporter du SOMR victime d’un KO

Heureusement qu’ils ont décidé de rester en surveillance car la bagarre a repris à la fin du match des équipes premières entre la SOMR et l’Entente Fleury Salles Coursan. Là, c’était d’une violence extrême. Ils ont tenu tête à la police. C’est simple : en 58 ans de rugby, je n’ai jamais vu ça. C’est déplorable car il y avait des jeunes enfants de joueurs qui ont assisté à ce spectacle désolant dans l’assistance. La police a été obligée d’utiliser les bombes lacrymogènes pour disperser les belligérants. À notre connaissance, l’un d’entre eux a été placé en garde à vue. L’un de nos supporters a pris un coup de poing et a été victime d’un KO. Il a été évacué au centre hospitalier de Foix mais a priori ses jours ne sont pas en danger. D’après ce que nous avons pu apprendre sur place, les agresseurs sont des éléments perturbateurs “satellites” qui se greffent au groupe de supporters en fin de saison. Je voudrais préciser que tout s’est très bien passé entre les joueurs sur le terrain comme en dehors, et entre les dirigeants, notamment du club local qui nous ont accueillis avec une grande hospitalité. Simplement, compte tenu du contexte, il n’y a pas eu de réception “officielle” à la fin des rencontres. Personne n’avait le cœur à se retrouver. Nous avons décidé de ne pas déposer plainte car nous estimons c’est compliqué de faire payer un club pour les agissements de quelques individus qui voient “leur” équipe au mois de mai, dans l’objectif de se saouler et d’en découdre “.

Leave a Reply